Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le journal d’un chanoine du Mans. Nepveu de La Manouillère (1759-1807)

Olivier Charles
p. 178-180
Référence(s) :

Granger, Sylvie, Hubert, Benoît, Taroni, Martine, (ed.), Le journal d’un chanoine du Mans. Nepveu de La Manouillère (1759-1807), Rennes, PUR, coll. « Mémoire commune », 2013, 738 p.

Texte intégral

1Trois chercheurs manceaux du Centre de Recherches Historiques de l’Ouest ont uni leurs compétences pour nous offrir en un épais volume très soigné la publication in extenso et la critique approfondie d’un important journal, un texte qui se trouve à la jonction de deux chantiers historiques aujourd’hui féconds : l’étude des écrits du for privé d’une part ; celle des chanoines et du monde capitulaire d’autre part. Ce Journal d’un chanoine du Mans est d’autant plus précieux qu’il fait partie des rares journaux ou mémoires de chanoines séculiers qui nous soient parvenus. Il prend ainsi place aux côtés de ceux de Guillaume Baston, chanoine de Rouen jusqu’à la Révolution, et de quelques autres publiés à la fin du xixe ou au début du xxe siècle (par exemple ceux de Jacques de Banne, chanoine de Viviers à la fin du xvie et au début du xviie siècle, de Pierre Le Folmarié, chanoine de Châlons dans la première moitié du xviie, de Mathieu Perrot, chanoine de Bourges à la fin du xviie, de Louis Le Gendre, chanoine de Notre-Dame de Paris au début du xviiie) et, surtout, de la précieuse édition critique du livre de raison tenu entre 1664 et 1684 par Jean-Gaspard de Grasse, chanoine de Cavaillon, due à Frédéric Meyer. Le Journal de René-Pierre Nepveu de La Manouillère est un écrit très riche dans lequel l’auteur, entre 1759 et 1807, glisse progressivement du cérémonial au journal capitulaire, du journal familial à la chronique mondaine. La présente édition, scientifiquement irréprochable, est servie par un cahier d’illustrations très soigné – notamment les cartes et plans, très commodes pour les lecteurs les moins familiers des réalités mancelles – et par un imposant index des noms de personnes de 44 pages.

2Le Journal du chanoine Nepveu est déjà bien connu des historiens du Maine en particulier et, plus largement, des spécialistes de l’histoire capitulaire. Cependant, le manuscrit original ayant depuis longtemps disparu, ils ne disposaient jusqu’à présent que d’une copie (1866-1867) et d’une édition ancienne (1877-1879) dues à l’abbé Gustave Esnault. Mais Sylvie Granger, Benoît Hubert et Martine Taroni nous démontrent que si la première est scrupuleuse et fiable, la seconde s’en écarte parfois malheureusement beaucoup. L’éditeur, cédant à de réels partis-pris idéologiques, religieux et sociaux, a en effet opéré de multiples coupes dans sa copie originale et procédé à « une réécriture discrète mais constante (p. 83) » du texte de Nepveu. Se fondant donc sur la copie initiale du texte et élargissant l’appareil critique au-delà de l’univers généalogique d’Esnault aux réflexions actuelles sur la culture des élites, les réseaux, le for privé et le monde capitulaire, les auteurs nous offrent assurément l’édition scientifique de référence du journal du chanoine Nepveu de La Manouillère.

3L’intérêt majeur de ce texte est de mettre en scène un chanoine banal de l’ancienne France. À son contact, nous entrons en effet dans le petit monde aujourd’hui bien connu des chapitres cathédraux. Mais, ce qui ne nous était souvent que suggéré par les austères registres de délibérations, les longs statuts capitulaires et autres arides comptabilités s’anime soudain, et apparaît alors un portrait de chanoine ordinaire de l’Ancien Régime finissant. Nepveu est ainsi d’abord un chanoine issu des élites et parfaitement inséré dans la société urbaine, ce dont témoigne l’index de l’ouvrage qui recense pas moins de « 2 000 personnages différents (p. 66) ». Né en 1732, après une enfance dorée, il fréquente la progéniture de l’élite mancelle au collège de l’Oratoire et au séminaire. Ordonné prêtre en 1756, il attend une prébende à la cathédrale, seul bénéfice jugé digne du statut familial. Il en prend possession en 1759 à 27 ans et sera l’homme d’un seul bénéfice. C’est alors qu’il entreprend la rédaction de son journal… dans lequel on découvre sans surprise une sorte de chronique mondaine ou de gazette locale. Il présente ainsi Le Mans et son diocèse au prisme des élites en une sorte de vaste base de données avant l’heure où de nombreuses précisions familiales côtoient des informations relatives à son tissu relationnel. À cet égard, le point d’orgue est incontestablement la réception donnée à l’occasion de la naissance du Dauphin en 1782 où soupent 70 personnes dûment nommées. Par ailleurs, Nepveu nous apprend qu’il fréquente des lieux révélateurs d’une certaine sociabilité des Lumières comme les sociétés de Concert et du Jardin de Saint-Vincent, une sorte d’académie.

4Mais, comme tout bon chanoine, Nepveu est avant tout un spécialiste des affaires religieuses. Sous sa plume apparaissent, à l’occasion de cérémonies inusitées le plus souvent, les rites et usages en vigueur au sein du chapitre cathédral. Évocations de Te deum, de Fêtes-Dieu, des fêtes de l’Ascension, de l’exposition de la châsse de sainte Scholastique, de bénédictions de chapelles, des cérémonies du Jubilé… c’est un véritable cérémonial qu’il propose de fait à ses lecteurs. Il en est de même lorsqu’il décrit avec luxe détails les obsèques ou la prise de possession d’un évêque. À cette occasion, il montre que les affaires diocésaines retiennent aussi toute son attention. Dans le même registre, il nous dévoile le déroulement d’une période interépiscopale : entre janvier et juillet 1778 sont successivement évoqués le départ de l’évêque, la nomination de vicaires capitulaires, le siège vacant, l’arrivée et la prise de possession du nouvel évêque puis la mise en place d’une nouvelle administration épiscopale. Au-delà, son diocèse se limite le plus souvent aux nominations à la tête des cures dépendant du chapitre. En matière de vie capitulaire, il relève les prises de possession des chanoines et des membres du bas chœur puis en propose de rapides portraits.

5Révélateur des réalités canoniales, Nepveu l’est encore par sa retenue. C’est en vain que l’on cherchera des jugements tranchés sur ses contemporains ou en matière théologique. De même, dès sa prise de possession, il se fond dans son chapitre et, en épousant les intérêts, fait corps avec lui. Dès lors, certains traits de sa personnalité s’effacent et il nous apparaît bien terne. Nepveu semble ainsi être, comme nombre de ses confrères à travers le royaume, un chanoine en définitive peu investi dans son chapitre. Il n’occupe pas d’office particulier au sein de sa compagnie, ne semble pas intéressé par l’accès à une quelconque dignité ou responsabilité. Ses préoccupations majeures sont la défense de la place du chapitre dans l’ordre social et, à l’intérieur de la compagnie, le maintien des hiérarchies. Son idéal ? Celui du « très bon chanoine, bien exact à tous ses devoirs (p. 426) »… tout en restant, à l’occasion, sensible aux honneurs : dire la messe, porter les objets du culte pendant les processions…

6Enfin, à partir de 1789, Nepveu apparaît comme un chanoine hostile au nouveau cours des choses mais manquant singulièrement de clairvoyance. Tout comme les chapitres à travers le royaume continuent à enregistrer le train-train capitulaire dans leurs registres, Nepveu consigne les événements habituels affectant sa compagnie – nomination d’un archidiacre, procession de la Fête-Dieu, décès d’un confrère… – et nourrit son carnet mondain – on ne compte plus les naissances, mariages ou décès. La pose des scellés à la cathédrale le 4 décembre 1790 marque certainement une rupture : dès lors, on sent une certaine irritation poindre. Après le serment de 1791, il refuse de croire « que les Cures de Ville qui, suivant le Décret, sont déclarées vacantes, soient remplies par ces mauvais sujets (p. 507) », c’est-à-dire par les jureurs. Plus tard, il se laisse aller à un commentaire acerbe lors de l’élection de l’évêque constitutionnel du Mans. Puis, quand ce dernier ordonne ses premiers prêtres, il les qualifie de « rebut de l’ancien séminaire (p. 520) ». A-t-il pour autant compris que le royaume était entré dans une nouvelle ère ? On en doute. Les États généraux ne valent que parce que « touttes les Compaignies y étoient, comme d’usage (p. 471) », la prise de la Bastille et la Grande peur ne suscitent qu’un bref commentaire et un renvoi laconique « aux papiers publics de ce tems (p. 476) », l’abolition des privilèges le laisse de marbre (« On n’a jamais vu chanter un Te Deum pour si peu de chose », p. 481). Plus tard, après bien des péripéties, il devient chanoine honoraire du chapitre concordataire mais « ce n’est plus comme autrefois (p. 613) » et il donne l’impression d’être un peu perdu dans un monde que n’est plus tout à fait le sien.

7En définitive, nous tenons là un ouvrage qui est beaucoup plus que l’édition d’un écrit du for privé, un journal qui est beaucoup plus qu’un document local. Certes, à l’échelle mancelle, il permet de pallier l’absence des registres de délibérations du chapitre cathédral et dévoile de l’intérieur le fonctionnement de certains aspects de la complexe machinerie capitulaire. Mais, plus largement, il s’agit d’un travail de référence pour tous ceux qu’intéresse le monde des chanoines. L’imposante introduction scientifique (p. 13-87) non seulement dégage très clairement les centres d’intérêt du Journal mais constitue un véritable essai sur l’univers capitulaire, certes au prisme de l’expérience de Nepveu et du Mans… mais qui vaut pour bien d’autres chanoines et chapitres. Les références bibliographiques livrées en fin de volume ou en notes dans l’introduction permettent quant à elles de guider l’entrée parfois délicate dans le monde des chanoines. À cela, ajoutons le très complet glossaire de la vie canoniale (p. 657-679) appelé à devenir un instrument de travail essentiel et pratique puisque renvoyant systématiquement au texte de Nepveu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Charles, « Le journal d’un chanoine du Mans. Nepveu de La Manouillère (1759-1807) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 178-180.

Référence électronique

Olivier Charles, « Le journal d’un chanoine du Mans. Nepveu de La Manouillère (1759-1807) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2802

Haut de page

Auteur

Olivier Charles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page