Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Annales briochines, 1771, Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse

Philippe Loupès
p. 180-183
Référence(s) :

Ruffelet, Christophe-Michel, Les Annales briochines, 1771, Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse, Charles, Olivier (éd. et dir.), Rennes/Saint-Brieuc, PUR/Société d’émulation des Côtes-d’Armor, coll. « Mémoire commune », Rennes, 2013, 625 p.

Texte intégral

1Né à Saint-Brieuc dans la bonne bourgeoisie cultivée de fonction et de commerce, Christophe-Michel Ruffelet fait ses études au collège de sa ville. Peuplée de 6 000 habitants, Saint-Brieuc est alors un siège épiscopal relativement médiocre, comme il y en a tant dans la France d’Ancien Régime, une cité qui se signale par une forte densité ecclésiastique. Ordonné prêtre en 1749, Ruffelet fréquente la boutique de Prud’homme, l’imprimeur et libraire briochin bien connu, et commence à rassembler sa belle bibliothèque, qui sera la plus importante de Bretagne, après celle du président Robien. Entré au chapitre collégial Saint-Guillaume en 1771, il n’accède au chapitre cathédral que trop tard (le 17 juillet 1789 !) ; quelques mois plus tard, tous les chapitres de France sans exception sont éteints. Depuis longtemps, il aspirait à cette consécration ; avec son cas, on a la preuve des nombreuses démarches et tractations pour accéder à un canonicat, qu’on ne fait généralement que subodorer. Emprisonné sous la Terreur, il récupère lors de son élargissement sa chère bibliothèque avec les fonctions de gardien de cette dernière. Cette collection de quelque 4 000 ouvrages que l’inventaire révolutionnaire dressé dans l’été 1794 permet d’appréhender est au centre de sa vie, comme elle est au cœur de sa demeure. Elle est tout à la fois bibliothèque, cabinet de curiosité, cabinet scientifique. Logiquement assise sur une base religieuse, elle est cependant diversifiée et largement ouverte sur le monde contemporain. En 1803, Ruffelet réintègre le nouveau chapitre concordataire, mais meurt peu après, en 1806, léguant tous ses livres à l’évêque de Saint-Brieuc pour « être employés à l’instruction des séminaristes ». Ces milliers de volumes ont effectivement alimenté la bibliothèque de séminaire et la bibliothèque des Archives départementales.

2La bibliothèque du chanoine avait été précocement le socle de ses investigations qui avaient abouti en 1771 à la publication à Saint-Brieuc de ses Annales, petit livre broché de quelque 250 pages, au prix abordable de 25 sols. Ces annales sont à vrai dire un curieux livre, constitué de plusieurs textes juxtaposés annonçant un ouvrage plus important qui ne verra jamais le jour. Après une description liminaire de son diocèse, Ruffelet se laisse porter par la chronologie, de l’Antiquité jusqu’en 1768. Il embrasse donc largement, des lointaines origines de la Bretagne jusqu’à « l’affaire de Bretagne » au service de laquelle il engage sa plume. Suivent dans l’esprit érudit de l’époque, des notices diverses, comme une liste documentée des paroisses du diocèse, la chronologie des évêques de Saint-Brieuc assortie de véritables biographies. La formule typée des annales égrène un bref récit année par année, les notices s’étoffant à l’époque moderne avec une information plus abondante et plus sûre. Pour le Moyen Âge, Ruffelet retient les épiscopats, les fondations religieuses, les faits d’armes ou bien des événements marquant pour l’histoire de la Bretagne comme cette famine de 1161 où les hommes furent « obligés à manger jusqu’à la terre » (p. 232). À l’époque moderne, son attention est plus spécialement retenue par les nombreuses fondations de la Réforme catholique et aussi les séquelles des guerres de Religion, comme le pillage de Saint-Brieuc en 1592 par l’armée des Espagnols et des Lorrains. Sur la longue durée pluriséculaire, le passionne l’histoire du duché-pairie de Penthièvre dont « l’histoire est trop intéressante, trop intimement liée à l’histoire briochine » pour ne pas en faire un long tableau.

3Ce seul texte en lui-même valait la publication et l’on peut remercier la Société d’émulation des Côtes-d’Armor d’avoir joué son vrai rôle de société savante en rendant un document de première importance facilement accessible aux lecteurs curieux ou érudits et à la communauté des chercheurs. Mais le présent ouvrage dépasse largement ce niveau, avec sa structure emboîtée. Non seulement y sont adjoints des notes, des commentaires, des analyses, des annexes le rendant parfaitement intelligible, mais encore, à un niveau supérieur, des études replaçant le tout dans l’historiographie contemporaine. L’ensemble est impressionnant par son ampleur, sa pertinence, son érudition qui est en prise avec les plus récents travaux.

4Pour mener à bien cette tâche ambitieuse, le maître d’œuvre, Olivier Charles, expert en études capitulaires, s’est adjoint une quinzaine de collaborateurs dont les compétences complémentaires « couvrent » la totalité de l’œuvre, jeunes chercheurs prometteurs et historiens confirmés. Les angles d’approche variés donnent du relief à l’ensemble. Impossible d’énumérer toutes les contributions : la moisson est impressionnante, allant bien au-delà de ce que l’on est en droit d’attendre pour la bonne intelligence d’un document. À titre d’exemple, on sait tout, ou presque, sur le Saint-Brieuc du chanoine Ruffelet, jusqu’au climat frais qui y régnait, grâce aux relevés météorologiques effectués entre 1772 et 1790 par Jean-Louis Bagot, docteur en médecine et maire de la ville. Parmi toutes ces contributions de qualité, la plus importante est sans doute celle d’Oliver Charles intitulée « Les chanoines historiens en France aux xviie et xviie siècles ». Remarquablement informée et problématisée, c’est le point actuel sur cette question. Deux cartes suggestives y montrent que l’histoire capitulaire est le fait de la France septentrionale, Bretagne exceptée !

5En historiens critiques aux bons sens du terme, les co-auteurs de cet ouvrage n’ont jamais pour Ruffelet la complaisance coupable, fréquente chez les biographes. Par exemple, pour son analyse de la société rurale, Yann Lagadec ose même dans son titre le terme fort des « œillères du chanoine Ruffelet », lequel il est vrai se borne à des stéréotypes et ne voit guère les paysans. Curieusement, Ruffelet reste également muet sur les querelles religieuses sous l’Ancien Régime : rien sur le protestantisme, sur le jansénisme, sur les dévotions collectives… En fait, ces lacunes ne minimisent pas l’intérêt des Annales qui sont pour l’essentiel la construction d’une identité diocésaine. Dans ce domaine, Ruffelet n’est certes pas un pionnier ; il s’inscrit dans une longue lignée de chanoines érudits comme Hiérosme Lopès à Bordeaux ou du célèbre abbé Lebeuf pour Auxerre puis Paris. Lui aussi veut honorer sa « patrie », comme il le dit à plusieurs reprises, d’autant que son diocèse pâtit en Bretagne d’un déficit de notoriété. Ses annales sont porteuses d’un projet cohérent de « recharge identitaire », prometteur aussi pour l’avenir du diocèse. Cela dit, Ruffelet n’innove en rien ; il se conforme à la tradition pour laquelle l’histoire d’un diocèse demeure dans sa structure celle de ses évêques. Mais sur cette trame classique, les questions de fond ne sont pas éludées, comme les origines de la ville avec son saint éponyme. Ruffelet mentionne les indécisions autour de saint Brieuc (ve ou vie siècle ?), il ne masque pas le « trou béant » entre saint Brieuc et le premier de ses successeurs à être attesté en 1032. C’est d’ailleurs, avec compétence qu’il se passionne pour l’histoire de l’Antiquité ; plus de 10 % des ouvrages sa bibliothèque ne relèvent-ils pas de cette période ?

6La France de l’Ouest s’est engagée résolument dans la publication de mémoires d’ecclésiastiques, comme Les Souvenirs d’un nonagénaire, en l’occurrence François-Yves Besnard, ou les Mémoires du chanoine Le Sage, toutes sources passionnantes. Certes, on ne saurait attendre des Annales Briochines des « tranches de vie », comme on en trouve dans Le livre de raison de Jean-Gaspard de Grasse, chanoine de Cavaillon (éd. aux éditions du CTHS en 2002), ou le Journal du chanoine du Mans, René-Pierre Nepveu de La Manouillère (édité aux PUR en 2013) ; c’est simplement affaire de genre : les annales sont un exercice d’érudition, non propice aux faits divers souvent anodins ou aux épanchements.

7Cet homme de la République des Lettres méritait de sortir de l’oubli, comme d’ailleurs l’ensemble de l’ordo canonicus longtemps négligé par la recherche historique, en fonction d’anachroniques jugements de valeur qui n’ont pas leur place en histoire. Le chanoine Ruffelet fut un polygraphe dont malheureusement sont perdus la plupart des écrits. Polygraphe, il l’était dans sa manière de travailler, honnête, méticuleuse, quasi mauriste ; ses sources furent sans doute les archives de la collégiale Saint-Guillaume, sa bibliothèque et un réseau érudit difficile à cerner. Ses Annales briochines, tout à la fois riches et lacunaires, sont une source documentaire de premier plan, non seulement pour Saint-Brieuc, mais aussi pour la Bretagne et l’histoire en général, en particulier urbaine et religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Loupès, « Les Annales briochines, 1771, Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 180-183.

Référence électronique

Philippe Loupès, « Les Annales briochines, 1771, Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2803

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page