Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Bretons et la Grande Guerre

Ronan Richard
p. 189-191
Référence(s) :

Guyvarc’h, Didier, Lagadec, Yann, Les Bretons et la Grande Guerre, Rennes, PUR, 2013, 208 p.

Texte intégral

1Traditionnellement, les années commémoratives constituent des effets d’aubaine qui suscitent toujours une incroyable inflation de publications d’une qualité scientifique pour le moins inégale. Le centenaire du déclenchement de la Première guerre mondiale ne fait pas exception à la règle si l’on en juge par le foisonnement d’ouvrages en tout genre qui, sans attendre l’été 2014, inondent déjà par anticipation les étals des libraires. Pour autant, ce centenaire constitue aussi un rendez-vous pédagogique capital entre historiens et grand public, l’engouement médiatique rendant indispensable une mise au point rigoureuse et documentée, ne serait-ce que pour contrecarrer les ouvrages où l’intérêt lucratif le dispute au sérieux du contenu. C’est le défi ambitieux auquel s’attèle cet ouvrage. Pour premier atout, et non des moindres, cette mission a été confiée à des plumes qualifiées dont l’expérience sur le sujet est incontestable. Ajoutons que cet ouvrage est préfacé par Alain Croix dont la grande rigueur achève de nous parer contre tout soupçon de publication de pure circonstance.

2D’emblée, l’ouvrage affiche son angle d’attaque méthodologique. Publié dans la collection « Images et histoires », il privilégie le recours à cette image qui informe ou qui déforme, qui témoigne ou qui manipule, une image porteuse de sens car toujours replacée dans son contexte général. Le panel iconographique offre une lecture de l’histoire riche, variée et équilibrée (cartes postales, journaux, peintures, dessins et croquis, photographies privées ou institutionnelles, affiches, archives, monuments, vitraux…), étayée par de nombreux témoignages émanant du terrain. L’intérêt de cette démarche réside d’abord dans la forme. L’ouvrage est au premier abord un bel objet, agréable à compulser et dont les illustrations permettent une entrée facile dans la lecture. Ce choix n’est certes pas sans écueil. En effet, partir de l’image aboutit parfois à réduire l’histoire à ses aspects purement matériels et conduit à faire l’impasse sur ces autres pans plus immatériels et invisibles que constituent les représentations, les sentiments ou les mutations culturelles. Le grand mérite des auteurs est d’avoir justement su contourner finement cet obstacle et faire disparaître au gré des pages cette crainte et ces réserves d’ordre méthodologique, dressant par exemple un tableau très complet de la vie matérielle du combattant mais aussi de la culture du front, du rapport à la mort, des solidarités, des expédients pour tenir et lutter contre le cafard, des peurs, des doutes et des défaillances aussi (fraternisations, folie, suicide, mutinerie). La problématique générale pose la question d’une hypothétique « façon d’être Breton dans la guerre ». De fait, les auteurs ne découvrent guère de particularisme régional dans les comportements ni les représentations durant la guerre. Les mobilisés partent comme partout en France, sans enthousiasme, graves mais résolus. L’engagement et la ténacité légendaires du soldat breton relèvent moins du constat réel que d’une image héroïsante sciemment conçue pour « faire tenir ». Certes, l’appartenance à la petite Patrie et la pratique linguistique nouent des solidarités et le combattant breton reste ancré à ses symboles culturels et à sa foi catholique qui constituent de réels marqueurs régionaux. Pour autant, l’identité régionale bretonne se trouve globalement noyée dans le brassage régimentaire dès la fin de l’année 1914. À l’arrière, la spécificité de la Bretagne tient à sa situation géographique. Terre d’ouverture par ses ports, terre de repli militaire et sanitaire, terre d’accueil des réfugiés et prisonniers, elle connaît par ailleurs les mêmes mutations que le reste de la France : l’adaptation fébrile à l’économie de guerre, la crise de la main-d’œuvre, les conflits sociaux… Quant au recours aux « bretonnités », stéréotypes culturels d’une « Bretagne pour veillée de chaumière », il témoigne moins d’une identité régionale revigorée que d’une instrumentalisation par les autorités au service de l’intégration et de l’unité nationale. Le titre même de l’ouvrage révèle enfin un autre angle d’attaque très pertinent : les auteurs ne traitent pas des Bretons dans la Grande Guerre mais des Bretons et de la Grande Guerre. Nuance d’importance puisqu’au-delà de la simple chronique des années 1914-1918, ils posent la question du rapport des Bretons à la Mémoire de la guerre et à ses effets différés. Là se retrouve sans doute le mieux la spécificité régionale par la forte instrumentalisation mémorielle et politique de la guerre, spécialement sur la question, très sensible encore aujourd’hui, des pertes de guerre. Avec 140 000 à 150 000 décédés, soit près de 22 % des mobilisés, la Bretagne demeure l’une des régions les plus durement touchées. Ce constat, justifié par la grande part de ruraux affectés à l’infanterie et par une démographie dynamique fortement pourvoyeuse de mobilisés, a suscité de nombreuses récupérations dans une région où le rapport à la mort est important. L’inflation du chiffre des morts, scellé dans la pierre de Sainte-Anne-d’Auray à 240 000 et parfois gonflé jusqu’à 300 000, légitime les revendications des uns et des autres et l’idée d’une dette sacrée contractée par la France. Ce rappel au sang versé justifie la volonté de reconnaissance régionale d’une Bretagne catholique affichée par l’Église, celle d’une intégration nationale exprimée par les républicains ou le séparatisme revendiqué par les mouvements nationalistes. Ce n’est pas le moindre atout de cet ouvrage, ni le moins courageux, que d’en finir avec ce fantasme doloriste, victimaire et identitaire d’une Bretagne sacrifiée, vision reconstruite et légendaire aux visées propagandistes encore très présente malgré les progrès de la recherche. Au final, cet ouvrage de grande qualité, aussi bien sur la forme que sur le fond, comble un vide et apporte un éclairage intelligent et très accessible intégrant les recherches historiques les plus récentes. Si l’on nous permet de célébrer tout de même un petit particularisme breton, saluons donc la parution de ce livre qui distinguera dans les rayonnages le sérieux et la qualité de l’historiographie bretonne sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Richard, « Les Bretons et la Grande Guerre », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 189-191.

Référence électronique

Ronan Richard, « Les Bretons et la Grande Guerre », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2816

Haut de page

Auteur

Ronan Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page