Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bretagne, la nation invisible (1750-1950)

Yvon Tranvouez
p. 191-193
Référence(s) :

Gemie, Sharif, Bretagne, la nation invisible (1750-1950), Spézet, Coop Breizh, 2013, 328 p.

Texte intégral

1Il y a tellement peu de traductions de l’historiographie anglo-saxonne, chacun étant aujourd’hui supposé lire couramment l’anglais, qu’on ne peut que se réjouir de l’initiative mettant opportunément à la disposition du public de langue française cet ouvrage sur la Bretagne, écrit par un universitaire gallois. Tout au plus peut-on regretter que l’opération, sans doute un peu précipitée, n’ait pas fait l’objet d’un ultime examen qui aurait permis de la débarrasser de quelques distractions factuelles, de quelques lourdeurs stylistiques, ou d’un certain nombre de coquilles que le lecteur est obligé, selon la formule consacrée, de corriger lui-même.

2Le titre intrigue. Pourquoi donc la Bretagne serait-elle une nation « invisible » ? Parce qu’on la cache ? Parce qu’elle se cache ? Les deux, finit-on par comprendre. En gros, le nationalisme breton s’est trouvé doublement empêché, contrarié dès le xixe siècle par la politique jacobine des gouvernements français et délégitimé au milieu du xxe par le dévoiement fasciste de ses éléments les plus radicaux. Il en a été réduit, après 1945, à se recomposer comme une simple identité sociale et culturelle, rejoignant ainsi aujourd’hui le courant du « néonationalisme », au sein de ce qu’il est convenu d’appeler les minorités nationales. Mais dans la variante soft : celle qui n’éprouve plus le besoin de créer des frontières ni donc d’accéder au pouvoir d’État, à la différence de la variante hard, type flamand, qui y prétend encore. « Les enfants de Mordrel, conclut l’auteur, ont, dans leur très grande majorité, rejeté son déterminisme de la terre et du sang pour créer quelque chose de plus subtil, de mieux adapté à l’échelle humaine : ils habitent une nation invisible » (p. 292).

3Avant de s’achever sur ce puissant raccourci, le livre entraîne le lecteur dans un curieux parcours, parfois déconcertant, alternant vastes panoramas et observations de détail, à travers deux siècles dont les bornes temporelles annoncées dans le titre indiquent un cadre général plus qu’un programme exhaustif ou un itinéraire chronologique. Le premier chapitre, largement nourri des travaux de Jean-Yves Guiomar, rappelle l’enjeu du mythe celte dans la partition nationale française au xixe siècle, et comment la pensée bretoniste a tendu à isoler la singularité celtique de l’héritage breton, repoussant l’identité française vers la romanité. Sharif Gemie insiste ensuite, à juste titre, sur la fracture induite en Bretagne par la Révolution française, le long d’une ligne essentiellement religieuse : c’est en effet la profondeur de cette cassure qui explique, dans la longue durée du xixe et du premier xxe siècle, l’impossible réconciliation bretonne de la gauche et de la droite, des bleus et des blancs. Le troisième chapitre, très stimulant, montre comment le concept d’orientalisme, emprunté à Edward Saïd, peut être appliqué aux discours dominants tenus sur la Bretagne au xixe siècle. Renvoyant une image ambivalente d’archaïsme et d’authenticité, et distinguant la « vraie » Bretagne, bretonnante, de l’autre, « débretonnisée » selon le mot de Flaubert, ces stéréotypes favoriseront, à terme, une vision coloniale de la région.

4La suite donne la priorité aux problèmes proprement politiques. On voit, dans le quatrième chapitre, comment les vaincus de la Révolution française, les blancs, s’emparent logiquement de la cause bretonne, étroitement associée à une mémoire enchantée de la chouannerie et dès lors interdite, en quelque sorte, aux bleus. Cette captation n’est cependant pas purement réactionnaire : en écho notamment aux travaux de Michel Lagrée, l’auteur rappelle qu’au tournant du xixe et du xxe siècle, l’aristocratie et le clergé apparaissent comme les promoteurs d’une modernité catholique alternative à la républicaine. Mais surtout, ce n’est qu’une captation : la cause est bretonne par accident et non par destination. Les deux chapitres qui suivent inversent le point de vue en se plaçant du côté de l’État. Très fouillé, mobilisant abondamment des sources primaires, le cinquième étudie particulièrement le révélateur que constituent les fêtes politiques sous la Monarchie de Juillet et la Seconde République, tandis que le sixième, plus aérien, s’attache à la politique d’intégration nationale menée par le Second Empire puis la Troisième République (mais, contrairement à ce que le titre annonce généreusement, le xxe siècle est peu abordé). De ce triptyque, il ressort que, au moins jusqu’en 1914, la revendication bretonne n’est jamais que le visage conjoncturel d’une protestation d’une autre origine, qu’elle soit politique, sociale ou religieuse. Ainsi, quand la République est bonne fille, l’Église n’éprouve pas le besoin de faire local ; mais quand Émile Combes paraît, la défense religieuse s’hypostasie en défense de la Bretagne. Feiz ha Breiz est moins une pétition de principe qu’une arme de circonstance. En somme, le catholicisme breton n’est qu’une déclinaison conjoncturelle de la Bretagne catholique, comme la démocratie bretonne de la Bretagne démocratique : l’isolement de l’abbé Perrot rejoint celui d’Émile Masson.

5La fin de l’ouvrage s’attache à la configuration institutionnelle du mouvement breton, en distinguant logiquement régionalisme et nationalisme. Sharif Gemie rappelle dans le septième chapitre que le xixe siècle est régionaliste, avec l’Association bretonne (née en 1843, interdite en 1859, ressuscitée en 1873), très conservatrice, l’Union régionaliste bretonne (1898) qui l’est à peine moins, le Bleun-Brug (1905), version catholique du mouvement breton, et la Fédération régionaliste bretonne (1911), dissidence de l’URB et première variante bleue de l’emsav. L’année 1911 voit aussi la fondation de l’éphémère et confidentiel Parti nationaliste breton. Mais c’est au lendemain de la Grande Guerre que le nationalisme se développe, porté par une nouvelle génération autour de Breiz Atao et de ses principales déclinaisons successives en Parti autonomiste breton (1927) et Parti national breton (1931), le tout-venant, dans le contexte de la crise des années trente, déborder le régionalisme par la droite. Le huitième et dernier chapitre, qui porte sur la période de l’Occupation, souligne l’effet ravageur, pour le mouvement breton, de l’engagement collaborationniste de ses représentants les plus exaltés, qui sont aussi les plus bruyants, et donc les plus visibles. La Bretagne s’en retrouve condamnée, de facto, à demeurer politiquement invisible, ou pour le dire dans le langage de l’entre-deux-guerres, à n’être pas plus qu’une petite patrie – purement décorative – dans la grande patrie française.

6Tout cela n’est pas neuf, évidemment, mais on saura gré à l’auteur d’avoir proposé une vision d’ensemble de la question nationale bretonne, et non pas seulement une histoire du mouvement breton. L’ouvrage étant paru au Royaume-Uni en 2007, et ayant été écrit pour l’essentiel au début des années 2000, on ne s’étonnera pas qu’il ne fasse pas mention de travaux importants publiés depuis, comme ceux de David Bensoussan ou de Laurent Le Gall par exemple. On appréciera, en revanche, les nombreuses références à des recherches anglo-saxonnes que les historiens hexagonaux ne suivent pas toujours avec l’attention qu’il faudrait – et je le dis d’autant plus simplement que je suis le premier à devoir confesser cette insuffisance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Bretagne, la nation invisible (1750-1950) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 191-193.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Bretagne, la nation invisible (1750-1950) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2818

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page