Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Bretagne Linguistique, n° 17

Éva Guillorel
p. 193-194
Référence(s) :

Thomas, Mannaig (dir.), La Bretagne Linguistique, n° 17, Brest, CRBC, 2012, 286 p.

La Bretagne Linguistique, n° 17

Texte intégral

1Cette livraison de La Bretagne Linguistique réunit les communications présentées lors des journées d’études organisées à Brest en 2010-2011 par le GRELB (Groupe de recherche sur l’économie linguistique de la Bretagne). Elle donne un bon aperçu de l’actualité de la recherche des universitaires brestois – ainsi que de chercheurs issus d’autres universités – portant sur des sources en langue bretonne, dans une perspective interdisciplinaire.

2Les cinq premiers articles ont pour point commun le dictionnaire breton-français de Coëtanlem, dont plusieurs pages sont reproduites en couleur dans le volume. Acheté par la ville de Brest et conservé au CRBC, ce dictionnaire manuscrit de huit volumes totalise plus de 8 300 pages. Il a été entièrement numérisé en 2008 et est désormais accessible sur le site Hermine [http://www.hermine.org]. Compilé par l’érudit Pierre Joseph Jean de Coëtanlem de Rostiviec (1749-1827), il reprend, commente et complète les principaux auteurs de dictionnaires bretons des xviie et xviiie siècles : Julien Maunoir (1659), Grégoire de Rostrenen (1732) et surtout Dom Louis Le Pelletier (1752). La version définitive du manuscrit a été mise en forme entre 1808 au plus tôt et 1820 au plus tard, même si le travail a vraisemblablement commencé au cours de la Révolution française. Le dictionnaire de Coëtanlem constitue donc, comme le suggère Ronan Calvez dans l’article introductif du volume, « la dernière somme encyclopédique – dans le sens des Lumières – du breton » (p. 15). L’objet du symposium organisé en décembre 2010 a été de mettre en valeur cette source longtemps ignorée des chercheurs. On peut toutefois regretter que ce salutaire travail de réhabilitation ne soit pas précédé par une présentation biographique approfondie de l’auteur : on ne parle en effet de la vie de Coëtanlem que par allusions, laissant au lecteur le soin de se reporter à la maigre littérature scientifique existant sur le sujet, à savoir deux courts articles de Louis Dujardin et François Falc’hun publiés en 1948 dans la Nouvelle Revue de Bretagne.

3Dans un article très complet intitulé « Les dictionnaires bretons, une source pour l’ethnographie » (p. 25-64), Fañch Postic se concentre sur les pratiques calendaires liées aux quêtes des étrennes de fin d’année, sur lesquelles il travaille depuis plusieurs décennies. Il revient sur les attestations écrites en Bretagne et dans d’autres aires culturelles européennes et américaines en mettant en parallèle les informations contenues dans les dictionnaires avec de nombreuses sources depuis le xve siècle. En lien avec la pratique de cet eginane, un terme dont l’étymologie a suscité de nombreuses interprétations, il propose des réflexions stimulantes sur les groupes de jeunesse, la transformation des modes d’assistance aux pauvres, le contrôle des festivités par le clergé ou la redistribution du calendrier des fêtes. Jean-François Simon s’intéresse pour sa part à « la lexicographie au service de la technologie » dans le domaine des techniques agricoles bretonnes (p. 65-79) et montre que les dictionnaires anciens permettent souvent de pallier les imprécisions des ouvrages agronomiques. Ronan Calvez analyse avec minutie les commentaires fournis dans le dictionnaire de Coëtanlem pour mieux appréhender la culture de ce gentilhomme lettré et plurilingue : ceux-ci révèlent à la fois une culture classique française et latine bien ancrée et une connaissance intime de la culture bretonne populaire – qu’il s’agisse des dialectes locaux ou des usages différenciés du breton selon selon les milieux sociaux – teintée de paternalisme (p. 81-109). Enfin, Daniel Le Bris se penche sur les termes nautiques dialectaux fournis par Coëtanlem qui, depuis son manoir de Trogriffon au bord de la Penzé, est le témoin quotidien des activités maritimes de la baie de Morlaix (p. 111-123). Au-delà du cas particulier de Coëtanlem, ces différents articles permettent donc de rappeler la grande valeur des dictionnaires compilés sous l’Ancien Régime pour la connaissance des comportements pré-révolutionnaires. Il semblerait dès lors pertinent d’élargir le cadre disciplinaire et géographique de cette étude pour intégrer les apports d’autres recherches sur l’usage des dictionnaires en sciences humaines et sociales : on pense par exemple aux remarques proposées par l’historien Philippe Joutard dès 1983, lorsqu’il met en avant dans son essai pionnier Ces voix qui nous viennent du passé (p. 33-36) l’intérêt des dictionnaires languedociens des xviie-xviiie siècles comme sources pour la compréhension des cultures populaires.

4Les quatre articles suivants sont issus d’une journée d’étude qui s’est déroulée en février 2011 sur la rhétorique en langue bretonne, un thème jusqu’à présent peu étudié. Ronan Calvez reprend le recueil de Kerenveyer Ar farvel göapaër dont il a publié une édition critique en 2005 et auquel le lecteur pourra utilement se reporter pour approfondir le contexte général de l’œuvre qui n’est ici qu’effleuré (la date de l’ouvrage n’est pas même précisée) : il analyse les figures de style de trois des sonnets comme la marque d’un breton mondain reflet de la culture rhétorique des Lumières (p. 127-139). C’est également à travers l’analyse de la structure grammaticale et des procédés stylistiques qu’Yves Le Berre réfléchit à la spécificité des complaintes bretonnes en s’appuyant sur trois gwerzioù publiées par Luzel (p. 141-160). Les nombreux calculs statistiques proposés paraissent toutefois avoir une valeur limitée au vu de la faible taille du corpus retenu, d’autant plus que les procédés mis en évidence diffèrent en partie selon les trois chants étudiés, ce qui conduit l’auteur à inviter à des sondages complémentaires. Il ressort de cette analyse que certains procédés stylistiques reviennent de façon récurrente : Yves Le Berre les rattache à deux univers rhétoriques, l’un issu de la tradition orale et l’autre de la « sphère de la lecture-écriture ». Nelly Blanchard propose pour sa part une étude approfondie des doublets synonymiques (le rapprochement de deux mots de sens voisin) présents dans l’autobiographie d’Hervé Burel rédigée en 1905 et dont elle a publié une édition critique en 2011 (p. 161-180). Elle démontre que ce procédé hérité de la rhétorique antique permet, dans une situation sociale diglossique, de s’adresser à des publics différents en jouant sur les registres de langue : dans le cas de Burel, paysan-écrivain syndicaliste, les doublets sont même un outil de revendication qui vise à rapprocher les classes sociales. Enfin, Mannaig Thomas étudie le syncrétisme linguistique de l’autofiction Piv a glevo ? publiée par Hervé ar Gall en 2003, en analysant notamment l’usage de néologismes adaptés de la syntaxe française au service de revendications politiques dans une Bretagne de la fin des années 1950 marquée par la guerre d’Algérie (p. 181-201).

5Les trois derniers articles sont le résultat d’une journée de séminaire organisée en mai 2011. Au contraire des deux autres ensembles, ils ne portent pas sur un thème défini et leur seul point commun tient au fait qu’ils ont été écrits par des chercheurs étrangers, spécialistes ou non de la matière bretonne. Sont ainsi traitées l’origine des cantiques vannetais du xviie siècle – à travers l’analyse des rimes internes et de l’influence des modèles français – par Anders Richardt Jørgensen (p. 203-231) et l’image des langues minoritaires à travers les médias irlandais, maoris et bretons par Ruth Lysaght (p. 233-252). Un dernier article théorique de Vittorio Dell’Aquila et Gabriele Iannàccaro porte quant à lui sur les usages cartographiques au service de la géolinguistique (p. 253-286). Ces travaux rappellent qu’une part importante des recherches sur les sources bretonnes se fait en dehors de France, ce qui ne peut qu’inciter à la multiplication des rapprochements avec les réseaux internationaux dans le domaine des études celtiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éva Guillorel, « La Bretagne Linguistique, n° 17 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 193-194.

Référence électronique

Éva Guillorel, « La Bretagne Linguistique, n° 17 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2820

Haut de page

Auteur

Éva Guillorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page