Navigation – Plan du site

Pierre, fils de Jean II, duc de Bretagne ou l’existence mouvementée d’un noble cadet dissipateur

Peter, son of John II, duke of Brittany, or the tumultuous life of a younger son
Marjolaine Lémeillat
p. 7-41

Résumés

Pierre de Bretagne, fils puîné du duc Jean II de Bretagne (1286-1305) a été longtemps laissé de côté, peu mis en valeur par les historiens successifs de la Bretagne médiévale, mis à part le fameux épisode de son emprisonnement pour dettes à Paris en 1293. L’examen de l’ensemble des sources subsistant à son sujet permet de découvrir un personnage inhabituellement détonnant, comparé à la famille ducale de Dreux don il est issu : cadet visiblement dépensier et sans scrupule, il accumule les dettes, ravages et déprédations, tant dans le duché de Bretagne que sur la place de Paris. Amateur de vins et de chevaux, il est tout à la fois débiteur auprès de marchands pour plusieurs centaines de livres qu’auprès de modestes veuves pour quelques dizaines de sous, et bénéficie en outre, malgré les plaintes, de la protection ducale.
La disparition inattendue de son père en 1305 lui a offert l’opportunité inespérée de liquider le colossal passif qu’il avait accumulé, les exécuteurs testamentaires ducaux ayant notamment pour mission de régler toutes ses dettes. C’est à cette longue suite de paiements que nous devons la connaissance dudit « Pierres, jadis fiulz dou duc de Bretaigne et conte de Richemond », prodigue et pillard au gré de ses envies.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Pierre, fils de Jean, duc de Bretagne et comte de Richemont : quelles sources ?
Dettes, chevaux, vins, « injures et autres mals » : une turbulente existence
De 36 sous à 370 livres : le règlement des dettes
Religieux, bourgeois ou veuves : les créanciers et plaignants de Pierre de Bretagne

Aperçu du texte

C’estoit un homme qui avoit succédé au dernier Hervé, vicomte de Léon
dans ses profusions sans bornes, comme dans ses terres.
Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, t. i, p. 280.

Cette observation résume bien qui fut Pierre de Bretagne, fils cadet du duc Jean II (1286-1305). Il est associé dès 1275 par son grand-père Jean Ier (1237-1286) à l’acquisition d’une des très nombreuses cessions que fit Hervé IV de Léon de son patrimoine ; mais c’est surtout à partir de 1291 qu’il se fait remarquer, lorsqu’il se retrouve retenu à Paris pour 9 000 livres de dettes. Ce scandale lui vaut l’attention de dom Lobineau, puis de dom Morice, frappés par l’ampleur de la chose. Toutefois, mise à part cette affaire, les Mauristes ne lui consacrent que quelques courts passages dans leurs publications respectives. Arthur de La Borderie le gratifie d’une courte notice dans son « Recueil d’actes », mais Pierre n’apparaît ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjolaine Lémeillat, « Pierre, fils de Jean II, duc de Bretagne ou l’existence mouvementée d’un noble cadet dissipateur », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 7-41.

Référence électronique

Marjolaine Lémeillat, « Pierre, fils de Jean II, duc de Bretagne ou l’existence mouvementée d’un noble cadet dissipateur », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3048 ; DOI : 10.4000/abpo.3048

Haut de page

Auteur

Marjolaine Lémeillat

Doctorante en histoire médiévale (CRBC), ATER à l’université de Bretagne Occidentale

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page