Navigation – Plan du site

D’un port à l’autre : le temps dans les récits de traversée des mers du Ponant au xve siècle

From one port to the next: Time in fifteenth-century accounts of the crossing of the western seas
Michel Bochaca
p. 43-65

Résumés

Compte tenu de la rareté des écrits laissés par les marins de l’Atlantique de la fin du Moyen Âge, en dehors du contexte des grandes découvertes, les récits de voyageurs qui empruntèrent un navire au cours de leur périple, au nombre desquels figurent les ambassadeurs, permettent de pallier partiellement ce vide. Un Français, Regnaud Girard, deux Anglais, Thomas Beckington et Roger Machado, et un Tchèque, Léon de Rozmital, amenés à traverser la Manche, le golfe de Gascogne ou le proche Atlantique dans les années 1430-1490 pour les besoins de leur(s) mission(s) fourniront la matière de l’étude, avec pour fil conducteur une réflexion sur la manière dont le temps est perçu par ces personnages et les membres de leur suite au cours d’un voyage par mer, considéré depuis l’arrivée sur le port d’embarquement jusqu’au débarquement dans le port de destination.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les temps forts du voyage par mer
Choisir un port d’embarquement
Trouver un navire et embarquer
Franchir la mer
La notion du temps et la perception de son écoulement pendant le voyage en mer
La mesure du temps qui passe
La dilatation du temps : retards et lenteurs
Quand le temps échappe aux hommes

Aperçu du texte

Plus encore que pour la circulation terrestre, le franchissement d’une étendue marine n’était pas au Moyen Âge une simple question de distance à parcourir. Le temps constituait un autre paramètre important pour le voyageur, qu’il soit marin ou simple passager. Ce dernier n’avait de plus aucune prise sur la marche du navire et était obligé de s’en remettre à l’art de naviguer du maître et de l’équipage. On peut se demander en quoi la perception du temps liée à des repères acquis sur la terre ferme se trouvait modifiée par le fait de s’aventurer sur la mer, voire altérée lorsque le périple se compliquait.

Contrairement à la Méditerranée dont la traversée aux xive et xve siècles est assez bien connue, entre autres grâce aux récits de pèlerins chrétiens se rendant en Terre sainte, les voyages à travers les mers du Ponant, c’est-à-dire les eaux atlantiques baignant les côtes de l’Europe, n’ont donné lieu q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bochaca, « D’un port à l’autre : le temps dans les récits de traversée des mers du Ponant au xve siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 43-65.

Référence électronique

Michel Bochaca, « D’un port à l’autre : le temps dans les récits de traversée des mers du Ponant au xve siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3054 ; DOI : 10.4000/abpo.3054

Haut de page

Auteur

Michel Bochaca

professeur d’histoire médiévale, Université de La Rochelle – UMR 7266 LIENSs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page