Navigation – Plan du site

Des confréries sans confrères et des « boîtes » sans fonds à Baugé, dans le diocèse d’Angers, aux xviie et xviiie siècles

Of brotherhoods without brother and bottomless « boxes » in Baugé in the diocese of Angers in the seventeenth and eighteenth centuries
Antoine Follain et Matthieu Archaleüs
p. 67-83

Résumés

L’article reprend la question des confréries religieuses en s’appuyant sur le cas de la petite ville de Baugé en Anjou. Il s’agit de confronter les institutions, les documents normatifs, avec les pratiques des chrétiens. Les confréries sont définies par les exercices religieux qu’elles proposent à leurs membres. Elles instaurent un lien social et spirituel entre les confrères et organisent des exercices collectifs. Être des confrères c’est faire ensemble des exercices de dévotion et des actes de charité. Sans confrères et sans activités, les confréries deviennent rapidement des « boîtes ».

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Baugé
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les confréries en Anjou
De l’héritage médiéval aux créations du xviie siècle
La question des indulgences
Les créations à Baugé
Organisation et activités
Droits d’entrée, cotisations et repérage des confrères
Les officiers ecclésiastiques et laïcs
Les activités dévotes, d’entraide et de charité
À Baugé, des confréries ou des « boîtes » ?
Des confréries vidées de leur substance
Vers l’extinction des confréries

Aperçu du texte

« Henry par la miséricorde de Dieu et par la grâce du S[ain]t Siège apostolique, évesq[ue] d’Angers, à tous les fidèles de la ville de Baugé, salut. Un des principaux soings des évesques estant de maintenir les privilèges et les louables pratiques qu’ils trouvent establies dans leur diocèse, nous n’avons pu apprendre sans douleur qu’il y en avoit une parmy vous qui s’en alloit presque tout esteinte et abolie et laquelle, sy nous n’y donnions ordre, le seroit bientost entierrement ; je veux dire cette célèbre et ancienne confrairie de saint Sébastien […] »
Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1847. Ordonnance donnée à Baugé par l’évêque Henri Arnauld, dans le cours de sa visite du 27 juillet 1663, interdisant la faillite de l’une des confréries.

Les confréries religieuses sont un héritage médiéval et une composante de la dynamique catholique après le concile de Trente et au xviie siècle. Mais la définition m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Follain et Matthieu Archaleüs, « Des confréries sans confrères et des « boîtes » sans fonds à Baugé, dans le diocèse d’Angers, aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 67-83.

Référence électronique

Antoine Follain et Matthieu Archaleüs, « Des confréries sans confrères et des « boîtes » sans fonds à Baugé, dans le diocèse d’Angers, aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3056 ; DOI : 10.4000/abpo.3056

Haut de page

Auteurs

Antoine Follain

Professeur des universités, EA3400 ARCHE (ARts Civilisation et Histoire de l’Europe), Université de Strasbourg

Matthieu Archaleüs

Étudiant à l’université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page