Navigation – Plan du site

La prépondérance socio-économique des négociants protestants à La Rochelle au xviiie siècle

The socio-economic preponderance of protestant merchants in eighteenth-century in La Rochelle
Brice Martinetti
p. 85-98

Résumés

La Rochelle présente la physionomie originale d’une cité portuaire où la conduite du grand commerce est dominée par une élite protestante, dans un royaume où la cohabitation religieuse hésite au xviiie siècle entre tolérance et répression. C’est ainsi que les protestants forment la majeure partie du milieu négociant rochelais, commandent l’activité de la place et en impulsent les courants commerciaux. Chose remarquable, les négociants de la Religion Prétendue Réformée arrivent à contrôler les institutions économiques de leur ville et ce avec l’entier soutien de la monarchie. Cette bienveillance à l’égard d’une élite économique illégale en termes de droit public témoigne sans nul conteste de son incontournable position socio-économique. Plus encore, les protestants gardent à La Rochelle une influence certaine sur les cercles de pensée, mais aussi en matière de religiosité et de charité chrétiennes. C’est ainsi qu’ils investissent tous les rouages ou presque de la vie publique et se posent comme les premiers interlocuteurs de la société, voire comme la principale élite urbaine.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

La Rochelle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La mesure de l’effectif protestant
Une mainmise sur le grand commerce international
Une stratégie de contournement pour l’expression d’une domination économique
Une influence certaine sur les sociabilités culturelles
Religiosité et charité chrétienne

Aperçu du texte

Au xviiie siècle, La Rochelle vit au rythme du grand commerce colonial, né à la confluence du marché canadien, de la droiture avec les Antilles et de la traite négrière. Au sein de la ville atlantique se démarque dès lors une élite qui tient le haut du pavé : les négociants. Moteur de la croissance et de l’emploi, à la tête des plus grandes fortunes et propriétaires des plus beaux hôtels particuliers, ils construisent un esprit de corps autour duquel se cristallisent une conscience et une culture partagées. Regroupés derrière leur chambre de commerce et valorisés par l’honorabilité de leur profession, les négociants se positionnent comme les figures dominantes d’une ville où les élites traditionnelles ont toujours été quelque peu effacées. La notoriété acquise à La Rochelle par le milieu du grand commerce n’est toutefois pas spécifique au temps des Lumières. En effet, de par ses origines, la capitale de l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brice Martinetti, « La prépondérance socio-économique des négociants protestants à La Rochelle au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 85-98.

Référence électronique

Brice Martinetti, « La prépondérance socio-économique des négociants protestants à La Rochelle au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3060 ; DOI : 10.4000/abpo.3060

Haut de page

Auteur

Brice Martinetti

Post-doctorant en histoire, Institut des Amériques, Universités de La Rochelle et du Québec à Montréal, CRHIA (EA 1163) et LHPM

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page