Navigation – Plan du site

Un aspect de l’implication de l’École dans la Grande Guerre : l’hommage aux « maîtres morts pour la France » dans l’académie de Poitiers (1914-1930)

An aspect of the involvement of schools during the Great War: an homage to the « maîtres morts pour la France » in the local education authority of Poitiers (1914-1930)
Hugues Marquis
p. 119-137

Résumés

Cet article s’intéresse aux origines et aux formes de l’hommage rendu aux instituteurs tués au combat pendant la Première guerre mondiale. Cet hommage s’organise précocement, avant même la fin de la guerre et connaît son plein développement dans les premières années d’après-guerre. Il est orchestré localement, principalement par le rectorat et les inspections académiques, dont les initiatives sont relayées par les associations professionnelles. L’académie de Poitiers qui comprend alors huit départements est représentative de cette mise en mémoire, qui voit se multiplier, dans toute la France après la guerre, les livres d’or et les monuments dédiés aux maîtres morts pour la patrie. Érigés dans les écoles normales départementales, les monuments aux instituteurs témoignent d’une volonté de souligner leur sacrifice dans un souci d’exemplarité et de montrer la participation à l’effort de guerre et à la victoire des enseignants du primaire, longtemps soupçonnés de défaitisme.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le Livre d’or de l’Université
Une mise en place dès les premiers mois de la guerre
Livres d’or au lendemain de la guerre
Des livres d’or aux monuments
Les premiers projets
Pour un monument national aux instituteurs morts pour la France
Les médailles du ministère de l’Instruction publique
Monuments aux morts, stèles et plaques
La mémoire s’inscrit dans l’espace
L’Instruction primaire rend hommage à ses morts
Pourquoi cet attachement à souligner le sacrifice des instituteurs ?
Reconnaître l’implication du corps enseignant dans la victoire
Des instituteurs soupçonnés de défaitisme
Effacer le congrès de Chambéry
Servir d’exemple aux futures générations de maîtres

Aperçu du texte

Au lendemain de la Grande Guerre, la quasi-totalité des 36 000 communes françaises érigent des monuments qui rendent hommage à leurs habitants morts à la guerre. À côté de cela, on voit aussi se multiplier les monuments émanant de différentes professions et qualifiés de « corporatifs ». Les instituteurs, qui ont payé un lourd tribut à la guerre, sont honorés dans des monuments qui sont érigés dans l’enceinte des écoles normales dans la quasi-totalité des départements. Rappelons que, dans ce contexte mémoriel, le terme de monument désigne une « construction faite pour transmettre à la postérité la mémoire de quelque personnage illustre, ou de quelque événement considérable ». Les textes de l’époque se rapportant aux différentes formes d’hommage aux morts de la Grande Guerre utilisent tous le terme de « monument » pour désigner indifféremment les plaques, stèles ou ensembles monumentaux. Ils sont présents da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Marquis, « Un aspect de l’implication de l’École dans la Grande Guerre : l’hommage aux « maîtres morts pour la France » dans l’académie de Poitiers (1914-1930) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 119-137.

Référence électronique

Hugues Marquis, « Un aspect de l’implication de l’École dans la Grande Guerre : l’hommage aux « maîtres morts pour la France » dans l’académie de Poitiers (1914-1930) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3067 ; DOI : 10.4000/abpo.3067

Haut de page

Auteur

Hugues Marquis

Docteur en histoire, professeur agrégé à l’ESPE – Université de Poitiers, chercheur associé au CRIHAM (EA 4270 Poitiers-Limoges)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page