Navigation – Plan du site

À la guerre comme à la guerre

Une conserve de poisson au goût déroutant pendant la Seconde Guerre mondiale en France
All’s fair in love and war. Fish tins with a disconcerting taste during the Second World War in France
Jean-Christophe Fichou
p. 139-153

Résumés

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la conserverie de poisson, en particulier de sardine et de thon à l’huile, est une grande spécialité de l’industrie française préparée dans 160 à 170 usines implantées entre Lannion et Saint-Jean-de-Luz. Les boîtes de sardines et de thon à l’huile sont vendues dans le monde entier comme des produits de luxe. Dès la déclaration de guerre en septembre 1939, le gouvernement français décide d’encourager et d’aider cette industrie car les conserves sont considérées non plus comme un produit d’exportation, mais comme une denrée stratégique pour les armées. Durant l’Occupation, les activités ne cessent pas et c’est au tour de la Wehrmacht de passer des commandes massives pour ses soldats, friands des poissons en conserves. Rapidement le poisson, l’huile et le fer-blanc manquent, et pourtant les fabricants s’adaptent et imaginent de nouveaux procédés de fabrication pour répondre à la pénurie ambiante. Les conserves présentées aux soldats allemands et à une petite partie de la population française, la plus aisée et la seule capable de s’offrir ce produit très cher, sont toujours aussi recherchées, mais leur goût devient de plus en plus surprenant et n’a plus rien à voir avec celui qui a fait la fortune et la renommée des conserveurs français. Peu à peu, le poisson, les condiments, les sauces utilisées diffèrent totalement des ingrédients traditionnels utilisés dans les conserves originales, mais pourtant tous les stocks sont facilement écoulés. Faute de grives on mange des merles, voire pire.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

1939-1945
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La conserve de poisson : un produit très recherché
Les huiles
Le poisson
Les boîtes
Les normes de qualité

Aperçu du texte

La conserverie de poisson, en particulier de sardine et de thon à l’huile, est une grande spécialité de l’industrie française à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cette industrie emploie 20 000 ouvrières réparties dans 160 à 170 usines implantées entre l’entrée de la Manche et la frontière espagnole. Les conserveries font vivre 40 000 pêcheurs, soit la moitié des équipages français embarqués, et elles travaillent en moyenne tous les ans 20 000 tonnes de sardines fraîches et une quantité équivalente de thons, maquereaux et sprats. Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, les ateliers fonctionnent à plein régime pour satisfaire les commandes de l’armée ; les difficultés d’approvisionnement en poisson, mais surtout en huile et en fer-blanc, interdisent cependant d’améliorer plus encore une production en forte hausse. Durant l’Occupation, les activités ne cessent pas, bien au contraire, puisque c’est au tou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Fichou, « À la guerre comme à la guerre », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-2 | 2015, 139-153.

Référence électronique

Jean-Christophe Fichou, « À la guerre comme à la guerre », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-2 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3069 ; DOI : 10.4000/abpo.3069

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Fichou

Lycée de Lapérouse-Kérichen – Brest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page