Navigation – Plan du site
Parlement et environnement socio-institutionnel

Le premier parlement de sang bleu ?

Nobilité, filtrage et exclusion en Bretagne aux xviie et xviiie siècles
The First Blue-Blooded Parlement? Nobility, Filtering and Exclusion in Brittany in the Seventeenth and Eighteenth Centuries
Gauthier Aubert
p. 55-74

Résumés

L’exclusion des roturiers du parlement de Bretagne dès les années 1670 passe pour un des faits les mieux établis de l’histoire sociale bretonne, et introduit habituellement dans l’historiographie le temps de la réaction nobiliaire dont cette cour de justice aurait été, par cette mesure, l’aiguillon. Née de circonstances particulières sur lesquelles il convient de revenir, la fermeture en question semble cependant avoir souffert bien des exceptions qui amènent à se demander de quoi cette singulière fermeture est le nom. L’analyse permet de montrer en outre que la fermeture réelle date moins des années 1670 que des premières années du xviiie siècle. En confrontant les proclamations officielles et la pratique, en s’appuyant sur quelques cas bien documentés (dont le frère de Chateaubriand), et en intégrant à l’analyse les relations entre le parlement et la monarchie, le propos entend revenir sur les mécanismes internes de reproduction sociale dans un corps doté d’une forte cohérence par-delà les lignes de fracture internes qui le traversent.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire des parlements de l’ancienne France semble avoir été un de ces laboratoires historiographiques où s’est élaborée de longue date une histoire sociale du politique. L’importance de ces cours de justice dans la vie politique, et singulièrement dans la crise finale de l’état absolu, a conduit assez tôt à chercher les racines de leur positionnement politique dans le profil sociologique des magistrats. Défendant l’Ancien Régime politique, et réputés guidés par leur seul intérêt, ils ne pouvaient être, pour beaucoup, que des hommes de l’Ancien Régime social. Bref, des nobles, des privilégiés par excellence. Cette vision des choses puise en particulier ses racines dans le cinglant discours adressé par Mirabeau le 9 janvier 1790 aux magistrats du parlement de Rennes venus, dans un ultime et pathétique baroud d’honneur, tenter de sauver l’ancien monde :

  • 1 Discours contre le parlement de Rennes, 9 janvier 1790. Avant Mirabeau, on peut toutefois not (...)

« Messieurs, ceux qui se présentent à vous ne sont que les champions plus intéressés encore qu'audacieux d'un système qui valut à la France deux cents ans d'oppression publique et particulière, politique et fiscale, féodale et judiciaire […]. Privilégiés ! Cessez de vous porter pour représentants de la province dont vous êtes les oppresseurs. Ne parlez plus de ses franchises pour l'enchaîner, de ses libertés pour l'asservir1. »

2Le parlement rennais était en réalité un coupable idéal : dernier défenseur de l’Ancien Régime, il était le bras armé d’une noblesse bretonne qui avait refusé de députer aux états généraux et était réputé composé, plus que toute autre haute cour de justice, d’aristocrates. Le ci-devant marquis de Boisrobert, voyageur d’origine normande de passage en Bretagne, se fera bientôt l’écho de ce trait distinctif :

  • 2 La Vallée, Voyage en Bretagne 1793-1794, Huelgoat, éd. Morvan, 1978, p. 7.

« Cette noblesse [bretonne] avait eu d’ailleurs une adresse qu’elle n’avait point eue ailleurs. Ailleurs, elle semblait dédaigner la magistrature ; au contraire, ici, elle avait accaparé la magistrature. C’étaient des familles qu’un ridicule usage avait bassement désignées par l’épithète de haute distinction, qui siégeaient au parlement ; et si ailleurs les aînés nobles mettaient leur gloire à occuper les charges militaires, au contraire, en Bretagne, c’étaient les aînés nobles qui tiraient vanité d’être sénateurs2. »

  • 3 Le conseiller Desnos des Fossés (1692-1781) a laissé d’intéressantes notes manuscrites sur l’ (...)
  • 4 Cité par Meyer, Jean, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, éd. ehess, 1966, p. 927.
  • 5 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Imprimerie de la Manu (...)
  • 6 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit. p. 929 sq.
  • 7 Égret, Jean, « L’aristocratie parlementaire à la fin de l’Ancien Régime », Revue historique, (...)

3De fait, dès le xviiie siècle, le parlement de Bretagne était souvent considéré comme le plus noble de France du fait de la composition de ses membres, réputés être de noblesse de race, et non des anoblis ou des fils d’anoblis. Les magistrats rennais n’étaient pas les derniers, on s’en doute, à répandre cette idée. En 1745, le conseiller Desnos lance l’expression de « chevaliers de Malthe de la robe3 » et un de ses confrères, dans le Dictionnaire de Moreri, compare le parlement de Bretagne au sénat de Venise et conclut bien immodestement que « l’usage de n’admettre […] que des personnes de naissance le rend fameux dans toute l’Europe4 ». Les historiens n’ont, à vrai dire, jamais contesté cette idée. À l’aube du siècle dernier, Frédéric Saulnier et Arthur Le Moy tinrent le fait pour acquis5. À leur suite, Jean Meyer alla sur la même voie6. De leurs travaux naquit l’idée que, dès la fin du xviie siècle, ce parlement n’acceptait en son sein que des nobles. Ainsi, celui qui allait être le dernier parlement à défendre la société de privilèges avait été le premier à se fermer aux roturiers. À sa suite, vinrent Grenoble (1762), Aix (1769), Rouen (1777), Bordeaux (1780) mais aussi, à des dates difficiles à établir avec fermeté, Toulouse et Nancy7. L’édit de Ségur (1781), ce symbole absolu de la « réaction aristocratique », n’était donc pas un coup de tonnerre dans le ciel serein du siècle des Lumières méritocratophiles, et apparaissait ce faisant une suggestive fusion des noblesses d’épée et de robe dans le refus d’une certaine modernité politique rimant avec égalité sociale. Face aux forces (sempiternellement ?) montantes de la bourgeoisie, la noblesse se serait barricadée dans son conservatisme intéressé.

  • 8 Discours sur la noblesse du parlement de Bretagne, op. cit.

4Concernant la Bretagne, nul ne peut nier que l’année 1788 a vu l’essor de revendications roturières à entrer au parlement, justifiant les premières recherches en archives commanditées par la cour rennaise afin de savoir si elle refusait depuis ses origines des gens « sans naissance8 ». La démarche réalisée alors commanda toutes celles qui suivirent, mais sans doute peut-il être utile d’une part de reprendre le dossier en prenant soin de ne pas envisager cette question depuis son point final révolutionnaire, ou prérévolutionnaire, mais depuis ses racines, et d’autre part de tenter de voir comment les textes normatifs s’incarnaient dans la pratique.

D’une affaire particulière faire une règle générale

  • 9 Saulnier de la Pinelais, Gustave, Les gens du roi au Parlement de Bretagne, 1553-17 (...)
  • 10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

5Il importe, pour commencer, de revenir précisément sur la chronologie, pour dire que, contrairement à ce que tous les historiens répètent depuis Gustave Saulnier de La Pinelais9, le texte clef, qui marque la fermeture aux roturiers, ne date pas de 1678, mais de 167710. La remarque serait anecdotique si ce décalage de quelques mois ne conduisait pas à replacer la décision dans une chaîne évènementielle qui permet de mieux la comprendre. Le texte, très court, est précédé d’une longue liste de noms, la cour étant réunie « chambres assemblées » : l’affaire n’est donc pas jugée mineure. Quant au texte, il stipule qu’il « ne sera reçu aucun président, conseiller ni gens du roi en icelle qui ne soit d’extraction noble ou de condition avantageuse ». Comment comprendre cette double indication ? Si la première renvoie clairement à la noblesse, la seconde est un peu plus floue et laisse ouverte l’hypothèse selon laquelle la cour pourrait s’ouvrir à des gens en cours d’anoblissement. En outre, la mesure doit être confirmée par le roi.

  • 11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

6Il apparaît en réalité que ce court texte fondateur du 9 janvier 1677 est le fruit de discussions dont nous ne percevons que des bribes. Le 8 janvier, la veille donc, la cour s’était déjà réunie pour en discuter, sans qu’on sache ce qui s’est dit ce jour-là11. Or, cette délibération fait elle-même suite à une autre, en date du 18 décembre 1676, qui permet d’en savoir davantage :

  • 12 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

« Sur ce que Maistre François Foucquet président aux enquêtes a dit à la cour chambres assemblées que ce jour dans leur chambre des enquêtes il avoit esté arrété que l’on demanderoit a la cour l’assemblée des chambres a ce qu’il fut délibéré sur la proposition qu’ils font qu’à l’advenir que nul ne soit admis et reçu dans la compagnie s’il n’est d’une naissance avantageuse, fut délibéré et esté arresté que les semestres seront assemblés au premier vendredy d’après la feste des roys12. »

7Par l’expression « naissance avantageuse », le parlement dévoile que sa préférence va à un recrutement nobiliaire, même si elle laisse possible une interprétation favorable à quelque bonne famille non encore totalement bleuie sous le harnais.

  • 13 Piste suggérée par Jarnoux, Philippe, « Un exil intérieur : le parlement de Bretagn (...)
  • 14 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 578, Registres secrets (informations contenues da (...)
  • 15 Voir par exemple, à la même époque, la réception du conseiller Ruellan, descendant d’un per (...)

8Mais pourquoi prendre cette décision à ce moment-là ? Il semble qu’il faille connecter tout cela à ce que l’on peut appeler « l’affaire Girard13 ». Nicolas Girard sieur de La Hardouynais, avocat au parlement de Paris, s’est porté acquéreur de l’office de conseiller commissaire aux requêtes détenu jusque-là et depuis 1668 par Eusèbe Le Lièvre ; or, Le Lièvre a acquis en 1674 un office de conseiller et cherche donc à vendre sa précédente charge. L’affaire devait être suffisamment bien engagée pour que le 7 janvier 1677, le roi signe les lettres de provision en faveur de Girard, dont on trouve copie dans les registres secrets, un peu plus tard, en juillet14. Or, à cette occasion, et de manière tout à fait inhabituelle15, le détail de l’arbre généalogique des Girard est exposé pour remonter à l’arrière-grand-père de Nicolas, soit François « dit la Fosse » condamné à mort par sentence prévôtale rendue à Fougères en 1597, pour un crime de fausse monnaie datant de 1578, la procédure étant dûment indiquée comme ayant été menée par la maréchaussée. D’autres actes signalés dans le registre permettent de situer la famille Girard à la fin du xvie et au début du xviie siècle : deux sont recteurs de paroisses rurales, un autre est procureur au parlement, plusieurs sont dit « sieurs de ». Bref, une famille caractéristique de l’honnête petite notabilité provinciale. En l’espèce, ce qui retient l’attention de la cour est la condamnation à mort de l’aïeul. S’appuyant sur ce point, le parlement refuse de recevoir Girard, lui interdit de se représenter, nomme trois conseillers pour archiver tous ces documents qui sont confiés au greffier en chef criminel et non au greffier en chef civil car celui-ci est le beau-frère de Girard.

  • 16 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 579, Registres secrets, en date des 10 et 26 nove (...)

9L’affaire, probablement du fait de Girard lui-même, remonte alors au Conseil, lequel demande au parlement de justifier cette décision16. Sentant sans doute qu’une explication est nécessaire, la magistrature rennaise adresse à Pomponne, secrétaire d’état qui a la Bretagne dans son département, une mise au point qui montre sa détermination :

  • 17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bc 5, lettre du 28 décembre 1677.

« Les soings que prend l’appellé Gérard et Le Clerc, greffier civil de la cour son beau frère, d’insinuer qu’ils sont apuyez de vostre protection nous alarmeroient infinimant sy nous en étions persuadez, nous avons peine à croire que vous voulussiez interposer vostre credit pour nous forcer dans nostre retranchement et nous obliger de recevoir parmi nous un homme dont la reception nous exposeroit à la honte et au mespris de toutte la province. Il importe au service du Roy que les parlements soient en quelque consideration dans la province ou ils sont etablis. Nous regardons l’honneur comme la dernière table de nostre naufrage. Il recevroit une atteinte mortelle et nos charges tomberoient dans un avilissement étrange, et pour l’honorable, et pour l’utille, sy nous étions forcés de recevoir parmy nous un sy mauvais sujet. Il ne se trouveroit plus de gens de qualité et de mérite qui voulussent prendre party dans une compagnye deshonorée et ce seroit le dernier coup de foudre qui nous pourroit arriver dans l’estat deplorable ou nous sommes reduits17. »

  • 18 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bc 5, lettre du 25 octobre 1678.
  • 19 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 579.
  • 20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 584, Registres secrets, 19 juillet 1680.
  • 21 Comme le suggère le début de la lettre, il est possible que les liens qui unissent Girard a (...)

10La réponse du ministre, qui arrive dix mois plus tard, se veut rassurante18. Sans l’attendre, le parlement s’est opposé à ce que Le Lièvre soit rayé de la liste des conseillers commissaires aux requêtes19, sans doute afin de bien montrer que la place n’est pas libre pour l’intrus. On perd ensuite le fil de l’affaire, et tout juste constate-t-on le retournement de la situation : Pomponne disgracié, le Conseil finit par trancher en faveur de Girard et lui permet d’être reçu au parlement en 168020 mais il ne reste que peu de temps au palais et six ans plus tard, il résigne sa charge, que son père revend21.

11L’important est cependant ailleurs : il s’agit de savoir si cette affaire a, comme le voulaient les magistrats, une portée générale, ou bien si elle est restée une petite affaire limitée au cas de l’indésirable Girard. En l’espèce, il ne faut pas minorer ce qui est présenté comme la grande particularité de l’impétrant et qui est non pas tant qu’il soit ignoble, mais qu’il ait un aïeul indigne. Dans une société dans laquelle l’illustration familiale est une valeur clef, où la qualité se lit à l’aune de la lignée, avoir un arrière-grand-père criminel exécuté par décision de justice est à l’évidence une tâche difficilement délébile, surtout pour quelqu’un qui aspire à être juge souverain. Et il est également parfaitement normal que les autres magistrats estiment que l’indignité de l’un d’eux ne pourra que rejaillir sur tous. Cela est vrai, mais on remarque cependant que la cour ne s’est pas contentée d’exprimer le désir de bloquer l’arrivée de personnages au profil peu recommandable : ils ont cherché à aller au-delà en exprimant leur préférence pour des candidats de sang bleu, ou y ressemblant. L’attachement à l’idée selon laquelle « bon sang ne saurait mentir » l’explique, mais peut-être faut-il aller plus loin pour tenter de le comprendre.

De quoi cette fermeture est-elle le miroir ?

  • 22 Aubert, Gauthier, Les révoltes du Papier timbré (1675). Essai d’histoire évènementi (...)
  • 23 Le Mao, Caroline, Les fortunes de Thémis. Vie des magistrats du Parlement de Bordeaux au (...)

12La référence, dans la lettre adressée à Pomponne, à « l’estat deplorable » où est réduit le parlement de Bretagne comme l’emploi du mot « naufrage » pour qualifier l’auguste compagnie, font à l’évidence référence au récent transfert du parlement de Rennes à Vannes, pour ne pas avoir été à la hauteur de l’évènement à l’occasion de la révolte du Papier timbré (1675)22. Doit-on considérer dès lors que ce qui a été perçu comme une catastrophe doublée d’une injustice de la part de magistrats encore abasourdis d’être punis spectaculairement alors qu’ils pensaient n’avoir fait que leur devoir est la cause profonde de cette réaction de fierté ? Les magistrats auraient-ils cherché dans l’orgueil social de quoi panser leur honneur politique blessé ? Il est évident que ce contexte a joué dans l’éveil de la revendication, mais cela suffit-il à tout expliquer ? Le parlement de Bordeaux, puni de la même façon pour des causes proches, ne semble pas avoir voulu changer ou infléchir son recrutement23.

  • 24 Ropars, Sigismond, « Exil du parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690 », Bulletin de l’Ass (...)
  • 25 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 589.
  • 26 Ibidem, p. xxxvi-lx. Pour le xviiie siècle : Jean Meyer, La noblesse breton (...)

13La lettre à Pomponne montre aussi que les magistrats connectaient la déchéance de leur cour avec les difficultés du marché de l’office. Les nuages, en effet, s’accumulent. En mars 1677, une fronde des substituts révèle qu’une des deux charges d’avocat général est vacante depuis trois ans24. Quant à l’office que visait Girard, il était en vente depuis au moins 1674, voire 167125. La crise politique de 1675 aggrave la situation, mais ne la crée pas. Le marché de l’office, ici comme ailleurs, a connu une inflexion au cours des années 1660, liée à la politique de Colbert de limitation des prix26. Tout laisse donc supposer que les magistrats bretons ont cherché dans l’affirmation d’un pedigree impeccable un moyen de maintenir à un prix élevé, ou du moins acceptable, la valeur des charges. En se montrant exigeant quant au profil des candidats à la magistrature, le parlement faisait le choix de devenir un club select.

  • 27 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 929-931.
  • 28 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lix-lxiii.
  • 29 Réédition Paris, 1855, p. 104.

14Mais sommes-nous face à un choix délibéré de rupture marqué par une volonté d’aristocratiser la compagnie ? C’est ce que pensait Jean Meyer pour qui la cause de la décision devait être connectée ni à une réaction d’orgueil post-révolte, ni à une évolution du marché de l’office, mais aux suites de la réformation de la noblesse. Selon lui, il était évident que la fermeture des années 1670 en est une conséquence directe27. Il inscrivait ce faisant son analyse dans le sillage d’un des principaux historiens du parlement, Frédéric Saulnier. Pour ce dernier, il y eut un avant et un après réformation de la noblesse dans le recrutement, que l’on résumera ainsi grossièrement : avant 1672, c’était le temps des bourgeois gentilshommes ; après, c’était celui des gentilshommes magistrats28. Pour illustrer la situation antérieure, il fournit un tableau montrant les recrutements avant et après 1671 (cf. ci-dessous tableau 2) et cite, à l’appui de sa démonstration, les propos que l’on peut lire dans les Caquets de l’accouchée29, disant que tel fils d’apothicaire refusé au parlement de Paris pourra bien l’être à celui de Rennes. Reprenant et amplifiant ces analyses, Jean Meyer développa l’argumentaire suivant : la réformation ayant été opérée par une commission constituée des parlementaires eux-mêmes, dans cette province sans intendant, et ceux-ci ayant su être outrageusement généreux à leur endroit et pour les leurs, ils auraient réaffirmé quelques principes pour les nouveaux venus, afin de faire oublier les mollesses et autres petits arrangements entre gens de bonne compagnie. Il fallait préserver l’acquis (la nobilité des membres du parlement fixée par la réformation) et assurer l’avenir (en fermant l’accès du palais aux roturiers).

  • 30 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit..
  • 31 Donc, non noble (Arch. mun. Rennes, BMS paroisse Toussaints, 10 février 1646, mariage (...)

15Dans ce contexte, Girard aurait donc fait les frais de cette politique, lui dont le père s’est désisté de sa prétendue noblesse en 166830 et qui, dans les années 1640, est qualifié de simple « noble homme» dans les registres paroissiaux31. L’affaire Girard, ainsi, aurait servi de prétexte à l’affirmation d’une politique du recrutement articulée aux définitions en cours des frontières du second ordre.

16Toutefois, l’idée selon laquelle il y aurait une date frontière marquant de toute évidence un avant et un après 1672 ou 1677 est à relativiser. Ainsi, aux Caquets de l’accouchée, on peut opposer un autre récit, documenté celui-ci, dû à Dubuisson-Aubenay en 1636 :

  • 32 Bourdeault, Amédée (éd.), « Journal des états de Bretagne tenus à Nantes en 1636 par (...)

« Vincent de Breunegat […] fut premièrement refusé au Parlement de Bretagne pour la bassesse de son origine et autres raisons secrètes. Il s’en alla à Dijon et feignant l’amour pour la fille d’un conseiller de Dijon, s’y fit recevoir32. »

  • 33 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 170.

17De fait, on sait que ce conseiller a été reçu au parlement de Bourgogne en 1617, après avoir été juge criminel à Vannes ; grâce au détour par Dijon, il put enfin devenir conseiller à Rennes en 163133. Certes, si on en croit Dubuisson-Aubenay, il n’y avait pas que sa basse naissance qui lui était reprochée, et son cas fait alors penser à celui de Girard.

18Au-delà de l’anecdote, un coup d’œil sur la sociologie du recrutement du parlement renvoie bien l’image d’une cour précocement marquée par un processus d’aristocratisation antérieur aux années 1670 (tableau 1).

  • 34 Sondages réalisés à partir des informations fournies par Frédéric Saulnier.

Tableau 1 – Pères des parlementaires bretons (xvie-xviiie siècle)34

Entrée :

Parlement

Autre juriste

Finance

Noblesse div.

Non déterminé

1577-1588

6

11

6

19

4

1641-1655

24

5

3

12

2

1688-1699

19

5

2

14

0

1741-1755

12

0

0

14

0

1780-1789

5

2

0

20

0

19Ces chiffres vont dans le même sens que ceux établis par Saulnier lui-même, qui ne montrent pas une rupture franche de part et d’autre de 1671, mais plutôt une accélération de l’aristocratisation (tableau 2).

  • 35 D’après les chiffres fournis par Saulnier, Frédéric (Le Parlement de Bretagne…, op. (...)

Tableau 2 – Origine des familles parlementaires au moment de leur entrée35

Bourgeoisie

Noblesse récente


(xvie-xviiie s.)

Noblesse attestée au moins au xve s.

Avant 1671

17,6 s%

27,9 %

54,4 %

Après 1671

2,1 %

21,9 %

75,8 %

  • 36 Cubells, Monique, La noblesse provençale du milieu du xviie à la Révolution, Aix, pup, 2002 (...)
  • 37 Aubert, Gauthier, « Une ville au miroir de ses riches : Rennes dans les années 1620 ou la (...)
  • 38 Nassiet, Michel, « Noblesse et offices de justice en Bretagne au xvie siècle », Bulletin de (...)

20Ainsi le paysage qui se dégage est le suivant. Aux premiers temps du parlement, des familles depuis peu sorties de la roture viennent s’y anoblir, ou finissent de le faire, conformément à un processus classique. Elles y retrouvent des rejetons de la gentilhommerie moyenne bretonne dont le nombre, d’emblée significatif, donne au parlement de Bretagne sa coloration nobiliaire particulière. Par rapport à Aix, où on a pu observer un processus comparable, le phénomène est à Rennes à la fois plus massif et plus durable36. Mais alors qu’à Aix, les mesures, souvent oubliées, de fermeture officielle prises dès le début du xviie siècle à l’encontre des fils et petits-fils de marchands tenant boutique et ambitionnant d’entrer au parlement indiquent peut-être qu’on cherchait par là à se protéger de l’arrivée de gens ayant les moyens financiers de leurs ambitions, à Rennes, il semble que la médiocrité du commerce, déjà manifeste au début du xviie siècle, mais aussi de la finance, a favorisé l’aristocratisation de la cour37. En effet, ces messieurs ne trouvant pas dans la bourgeoisie rennaise des gens assez riches à qui vendre leurs offices et avec qui nouer des alliances, ont été vraisemblablement enclins à se tourner vers la noblesse moyenne du pays, nombreuse et déjà notablement présente dans l’office38. Cette gentilhommerie, qui ne cherchait pas des offices anoblissants, semble avoir voulu, ce faisant, maintenir et accroître un rôle social et politique en occupant la première cour de justice de la province, le tout s’accordant à l’idéal de service du prince. Le bénéfice était total, du moins tant que le relatif isolement armoricain permettait de maintenir l’idée que le service dans la robe était égal, voire supérieur, au service par les armes.

  • 39 Voir par exemple  Virieux, Maurice, Le Parlement de Dauphiné au xviie siècle. Étude sociale(...)
  • 40 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 774, 756.
  • 41 Collins, James, « Le système de reproduction des magistrats du parlement de Bretagne : ques (...)

21Ainsi, dès le xvie siècle, le parlement de Bretagne connaît-il une déjà notable présence de la noblesse. Il voit ensuite son recrutement se polariser sur les fils de parlementaires, ce qui est classique39, et sur les nobles qui, souvent, sont des gentilshommes bretons. Ceux-ci peuvent être déjà insérés dans des réseaux parlementaires : le premier Rosnyvinen à revêtir la robe, en 1614, est ainsi apparenté au président d’Argentré et quand les Robien entrent au palais en 1655, leur premier représentant est certes le fils du gouverneur d’une petite cité bretonne, mais il est aussi l’arrière-petit-fils d’un premier président et le cousin de celui alors en place40. Comme l’a souligné James Collins, le processus de recrutement ne peut être séparé des réseaux tissés par le jeu des alliances matrimoniales41.

  • 42 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 263.

22Ainsi, quand la volonté de fermeture est exprimée à la face de Girard, le processus est déjà bien lancé. En témoignent les hommes qui siègent à ce moment-là au palais. Celui-ci est alors, en attendant la réception de Pontchartrain quelque temps après comme premier président, tenu par un Fouquet, dont nul n’ignore l’origine récente dans le second ordre. Puis vient le président de Cornulier, dont l’arrière-grand-père, trésorier de France à la fin du xvie siècle, se donnait du « noble homme42 ». Mais derrière ces nobles somme toute récents, figure une bonne douzaine de magistrats, Bretons pour la plupart, qui peuvent revendiquer d’être d’ancienne noblesse ; à côté d’eux, autant sont, à l’instar des premiers cités, des nobles récents. C’est parmi ces derniers que se trouve un autre cousin Fouquet, qui fut le premier, en tant que président de la chambre des enquêtes, à porter à la connaissance de ses confrères le cas de Girard. Les derniers arrivés ne sont souvent pas les plus tendres en matière d’intégration…

23En somme, la décision de 1677 s’inscrit dans la continuité d’une évolution sociologique. Elle la prolonge, en est le fruit, et jaillit au grand jour à la faveur d’un contexte qui rend la cour soucieuse de maintenir et de réaffirmer les signes de sa grandeur compromise. La volonté de fermeture est donc à la fois le fruit d’une réaction à une conjoncture défavorable pour la cour bretonne et d’un processus plus long, que le malaise conduit à exprimer, le tout dans un contexte post-réformation propice à ériger des frontières sociales distinctives, et à s’en glorifier pour ceux qui sont du bon côté. S’il ne semble pas que le Bourgeois gentilhomme ait été joué à Vannes ces années-là, on peut estimer que, dans les cénacles parlementaires, l’affaire Girard en a tenu lieu, mais ne fit sans doute pas rire grand monde. Incontestable aboutissement d’une longue évolution, cette affaire n’a donc pas été le commencement de l’aristocratisation de la cour bretonne, mais le commencement de l’institutionnalisation de cette aristocratisation.

Le chemin chaotique de l’aristocratisation

24Résumons : en 1677, prenant appui sur le refus d’accepter dans ses rangs un personnage à l’arbre généalogique peu reluisant, le parlement de Bretagne, par ailleurs inquiet de sa perte de prestige susceptible de peser sur un marché de l’office déjà morose, demande au roi que les nouveaux entrants soient nobles ou approchant. Et le roi, en 1680, sans se prononcer sur la règle de généralité, demande que l’indésirable soit reçu. Il faut donc rappeler avec force l’évidence : la volonté de fermer le parlement n’a pas été d’emblée appliquée.

  • 43 Ibidem, p. 354 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 589, Registres secrets, 19 décembre 1682
  • 44 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 650-651, 660-661, 694.
  • 45 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 932-933.
  • 46 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 324.

25Dans les années qui suivent, plusieurs affaires donnent l’occasion au parlement de réaffirmer sa volonté de contrôler l’accès à ses rangs. En 1682, une affaire assez obscure met en scène un certain Alphonse de La Bernardaye : l’homme a acheté une charge, mais il ne parvient pas à se faire pourvoir, sans qu’on en connaisse les raisons43. Faut-il voir là la conséquence du fait que cet avocat avait dû, en 1668, se désister de sa prétendue noblesse ? Puis, en 1693, le parlement doit accepter contraint et forcé par le Conseil deux fils de secrétaires du roi (La Monneraye et Artur), puis en 1695 un fils de juge roturier (Mosnier) et enfin en 1701 le fils d’un greffier en chef débouté de la noblesse en 1668 et secrétaire du roi (Picquet)44. Le point commun entre chacun de ces candidats est un rapport incertain à la noblesse, mas est-ce là la seule et principale raison ? Un témoignage anonyme cité par Jean Meyer rapporte qu’Artur n’osa durant sept ans venir à la buvette du palais car « on ne voulait pas le souffrir à cause de sa naissance45 ». On sait cependant combien, au sein d’un corps à forte cohésion interne et perçu comme tel par ceux qui n’en sont pas, ou ne se sentent pas en être, les profils atypiques peuvent lire le rejet qu’ils ressentent comme une forme de discrimination fondée sur leur différence apparente, là où d’autres raisons, plus difficiles pour le sujet à admettre et à discerner, peuvent jouer, tout ou partie. Ainsi, La Monneraye et Mosnier ont eu du mal à entrer au palais en raison de connaissances juridiques jugées insuffisantes. Il en va de même d’un certain Louis Eudo de Keronic46, dont les médiocres compétences juridiques ont retardé l’admission, et non, semble-t-il, sa naissance, lui dont la famille n’avait pourtant pas été maintenue noble lors de la réformation et attendra le xviiie siècle pour obtenir cette reconnaissance, bien après être entrée au parlement. Mais on connaît aussi l’argument qui consiste à dire qu’en pareil cas, on pardonne mal au horsain ce que l’on excuse plus facilement de celui qui est bien intégré, fils, neveu ou gendre de.

  • 47 Bibliothèque municipale de Rennes (médiathèque des Champs Libres), notes manuscrites.
  • 48 Aubert, Gauthier, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumièr (...)

26Cette courte liste montre surtout que le parlement de Bretagne n’est pas encore parvenu à exclure autant qu’il l’aurait souhaité mais elle ne doit toutefois pas faire illusion outre mesure : comme le notera au xviiie siècle le conseiller Desnos47, il est probable que certains échouent sans doute sous la pression plus ou moins informelle, sans que cela laisse de traces, tandis que d’autres comprennent certainement sans mot dire qu’ils n’ont à gagner que des humiliations et à perdre beaucoup de temps et d’argent dans l’aventure, et ne tentent même pas, ou renoncent trop tôt pour laisser des archives. La rixe, célèbre en son temps, qui oppose en 1722, lors d’une réception officielle, le conseiller de Robien, féru de généalogie, et le conseiller Picquet doit peut-être être vue comme révélatrice des difficultés d’intégration de ces nouveaux venus : pour ce dernier, se faire traiter publiquement de « coucou », du nom de cet oiseau qui niche chez les autres, est un possible message de malvenue dans la noblesse parlementaire bretonne48.

  • 49 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 512.
  • 50 Ibidem, p. 250.
  • 51 Ibid., p. 66.
  • 52 Ibid., p. 836.

27Mais dans le même temps, comme pour achever de montrer que le paysage est complexe, quelques admissions de roturiers sont observées dans les mêmes années, qui ne semblent pas avoir suscitées d’hostilité. Dès 1678, Charles Huby devient conseiller et commissaire apparemment sans problème, alors que son père est dit « noble homme ». Certes, il a pour lui d’avoir eu un ancêtre de son nom membre de la cour rennaise, dans les années 1570, mais si sa famille a porté le titre d’écuyer, sa mère, lors de la réformation, s’est désistée pour ses enfants de leurs prétentions à la noblesse tandis que son oncle a été proprement débouté49. Puis, en 1680, c’est un certain Colin qui entre au parlement comme conseiller, et pas commissaire cette fois, dont le père se donne également du « noble homme ». Simple procureur au parlement, l’homme a été lui aussi débouté en 166950. La famille ne sera reconnue noble par la cour des aides qu’en 1710, et le parlement attendra 1744 pour entériner cette décision. Un autre cas identifié est celui du conseiller Beauclerc, qui avait pour lui d’avoir été précédemment conseiller au parlement de Metz et ne fut pas inquiété malgré une noblesse ne remontant pas en deçà des années 1620, obtenue par charge de secrétaire du roi51. Tout juste le parlement lui demanda-t-il d’attendre six mois pour être reçu après le fils du conseiller de Langle, en vertu des privilèges des enfants de maîtres, mais ce dernier accepta que la mesure ne soit pas appliquée. Un dernier cas apparaît en 1703, avec le sieur Trouilllet, lui aussi fils d’un simple « noble homme » conseiller au présidial52, et reçu comme conseiller. Ces cas, oubliés par une historiographie obnubilée par l’exclusivisme nobiliaire et qui s’est polarisée en conséquence sur les difficultés de certains à entrer au palais, attestent que le parlement ne s’est pas fermé dans les années 1670. Mieux : cette courte liste, à peine moins longue que celle de ceux qui furent admis dans la douleur, vient compromettre l’idée selon laquelle ces derniers ont été victimes d’une discrimination fondée sur leur naissance. Les choses sont à l’évidence plus complexes, et d’autres paramètres ont dû peser, qui nous échappent pour l’essentiel, faute d’archives.

  • 53 En atteste l’origine des 26 conseillers reçus entre 1700 et 1707 : 12 sont de noblesse médi (...)
  • 54 Michel de Boislisle, Arthur, Correspondance des contrôleurs généraux des finances a (...)
  • 55 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Ba 31, registre des enregistrements, fol. 240v°.

28Pourtant, les magistrats n’avaient à l’évidence pas renoncé à l’idée exprimée en 1677, d’autant que le processus d’aristocratisation n’avait pas faibli depuis cette date53. Les besoins financiers de la monarchie allaient permettre de remettre le dossier sur la table, et d’obtenir gain de cause. En 1704, guerre de Succession d’Espagne oblige, l’État demanda aux parlements de payer une dispense relative à l’anoblissement de certains de leurs membres. Celui de Rennes fit la sourde oreille, considérant que les questions d’anoblissement ne le concernaient pas. Le gouvernement n’était pas dupe. Constatant en 1707 que les Bretons étaient les seuls à ne pas s’être exécutés, le contrôleur général Chamillart déclara qu’il comprenait bien que ce « refus obstiné » était dû aux prétentions que les Bretons avaient d’être titulaires de charges réservées à des nobles, et non de charges anoblissantes54. De fait, la négociation qui s’engagea alors permit au parlement d’avoir la confirmation qu’il n’avait pas obtenue en 1677 : le parlement paierait, mais le roi acceptait en échange de reconnaître que « de tous temps » la cour rennaise était composée de nobles55. Le gouvernement faisait la guerre, et les magistrats en profitaient pour faire avancer leur cause. Pour ces derniers, le fait de voir qualifier « leur » parlement de « compagnye dont le zelle pour notre service a toujours esté inviolable » sonnait comme un retour en grâce, faisant contraste avec l’après-1675.

  • 56 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Renn (...)
  • 57 Cité par Soulabaille, Anaïk, Guingamp sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 1999, p. 2 (...)
  • 58 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 841-843.
  • 59 Le grand et sublime cérémonial du mortier de Bretagne (Bibl. mun. de Nantes, [média (...)

29Par rapport à 1677, il ne s’agissait donc plus d’empêcher frontalement une intrusion d’indésirables, mais de décourager ceux qui voudraient se servir du « sénat armoricain » comme d’une vulgaire manufacture de « savonnettes à vilains ». Il est difficile de ne pas voir là une mesure anti-malouine. Les si proches « Messieurs de Saint-Malo » sont alors à la tête de fortunes colossales et se tournent massivement, depuis la guerre de la ligue d’Augsbourg et plus encore au cours de celle de la succession d’Espagne, vers les offices capables de les faire changer d’horizon en leur apportant du prestige et une certaine sécurité56. Le père de cet Artur, riche Malouin qui eut tant de difficultés à se faire admettre, résuma de manière lapidaire la situation : « De St Malo […] ils veulent bien les filles, a ce qu’ils disent, mais non les hommes57. » Car à la même époque, les mariages mixtes se multiplient58, donnant l’impression que les magistrats rennais se sont lancés dans une guerre de course matrimoniale dont le but était la captation du pactole malouin par le biais des dots. Certains en ricanèrent d’ailleurs sous cape, tel le président de Cornulier qui, dans un pamphlet mordant adressé au président de Kerambourg qui avait fait fortune en convolant avec une héritière du Rocher, lâcha : « Que Madame la présidente oublie qu’elle est extraite de vile bourgeoisie ; qu’elle attende les visites59. »

  • 60 Courville, Loïc de, « La chancellerie près le Parlement de Bretagne et ses officiers », Bul (...)
  • 61 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 968 sq.

30Il faut croire que la mesure eut, cette fois, un certain effet car, de fait, nul fils de négociant malouin, ni plus tard de négociant nantais d’ailleurs, ne vint revêtir la robe rouge. Le prix des charges parlementaires continua donc de baisser, tandis que, précisément dans les premières décennies du xviiie siècle, le prix des charges de secrétaire du roi s’envolaient, signe de leur succès auprès du monde négociant60. On pourra s’étonner de cette apparente cécité financière des membres du parlement de Bretagne, et gloser sur une aristocratie qui, en se repliant sur elle-même, créait les conditions de sa ruine économique. C’est peut-être oublier un peu vite que l’office, dans les fortunes robines, pesait relativement peu61. La terre était plus que jamais le socle sur lequel reposait tant le capital économique que le capital symbolique de ceux qui se pensaient comme des gentilshommes et des magistrats. La nobilité du parlement était, à l’instar du placement de quelque rejeton dans l’ordre de Malte, un élément clef d’une identité sociale flatteuse, plus symbolique que financier.

  • 62 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 351, Registres secrets, 2 janvier 1732.
  • 63 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lxi.
  • 64 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 375 et 407, Registres secrets, 9 août 1756 et 12 mars 178 (...)
  • 65 Desnos indique que « cet usage s’observe, j’en ai souvent été témoin », et rapporte deux ca (...)

31Dans les années centrales du xviiie siècle, discours et réalité se rejoignaient. Le parlement cessa de recevoir d’autres personnages que des fils de ses membres et des nobles déjà établis (cf. tableau 1 ci-dessus), et proclamait sa nobilité avec force. L’emballement est manifeste. L’exigence de 1708 est réaffirmée en 173262, et imprimée en 175463. Il est stipulé que les impétrants non fils de maîtres doivent fournir les arrêts de maintenue obtenus de la commission de réformation de l’époque de Colbert, dont on se souvient qu’elle était en son temps composée de magistrats au parlement. La cour rappelle aussi cette exigence en 1756 et 178864, sans que l’on puisse raccrocher cela à quelqu’affaire connue65. Alors que la récurrence des textes est souvent l’expression d’un écart entre le prescrit désiré et le réel constaté, il semble en la matière que cette accélération corresponde bien à l’apogée du processus d’aristocratisation de la cour rennaise. C’est d’ailleurs aussi de cette époque-là que datent les proclamations citées plus haut relatives à la nobilité du corps.

  • 66 Cubells, Monique, La noblesse provençale…, op. cit., p. 111.
  • 67 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 100-102.
  • 68 Aubert, Gauthier, Le président de Robien…, op. cit., p. 17 et « Des difficultés d’être (...)
  • 69 Chaline, Olivier, « Parlementaires bretons et normands au xviiie siècle. Deux élite (...)

32Pourtant, l’emballement discursif est peut-être aussi révélateur d’une posture défensive rendue nécessaire par l’ouverture progressive de la noblesse bretonne au monde, c’est-à-dire à la cour, et à ses normes, où sont regardées de haut les charges de justice, fussent-elles bretonnes. Comme l’a résumé Monique Cubells, c’est dans les cinquante années qui ont précédé la Révolution que « le discours sur la vocation militaire des nobles [est] devenu totalement prégnant, pour ne pas dire obsessionnel66 ». Le président de Boisgelin, poussant son fils né en 1732, le futur cardinal, vers la cour, lui recommanda de minimiser le passé robin de sa lignée, ce qui était sans doute compliqué pour quelqu’un qui venait d’une famille présente au parlement en ligne directe depuis 1616, et dans le mortier depuis 165367. À peu près à la même époque, les Robien, qui ont plus que tous les autres exalté la thématique du gentilhomme magistrat, voient avec étonnement leur noblesse qualifiée de « maigre » par Chérin, qui fit remarquer que, quoique cette famille soit fort ancienne et que les charges parlementaires bretonnes « jouissent de beaucoup de considération », elle subissait le contrecoup du « préjugé qui s’est établi contre la robe68 ». Face au scepticisme condescendant que suscitait en haut lieu la grandeur des « chevaliers de Malte de la robe », le premier réflexe fut donc certainement d’affirmer avec hauteur l’excellence aristocratique de la robe bretonne et de clamer à tous les Chérin du monde qu’être au parlement de Rennes n’était pas une petite chose. Ces proclamations cependant étaient déjà une manière de se placer sous les fourches de la cour où, désormais, il fallait être présenté pour être vraiment quelqu’un. Et de fait, derrière les discours, les grandes familles emblématiques de la robe rennaise préparaient toutes leur exfiltration69.

Un triomphe qui reste ambigu

  • 70 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lx et 607. Cette affaire est su (...)
  • 71 Ibidem, p. 671.
  • 72 Chaline, Olivier, « Les infortunes de la fidélité. Les partisans du pouvoir royal dans les (...)
  • 73 Saupin, Guy, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, (...)

33Au xviiie siècle, ainsi, le parlement ne semble plus avoir reçu de roturiers dans ses rangs. Quant aux incidents de réception, ils se font plus rares, mais n’en demeurent pas moins révélateurs de l’existence d’une frontière qui, si elle est plus nette qu’auparavant, n’en est pas moins encore un peu floue. En 1729, un Nantais parvient à acheter une charge, mais ne peut aller plus loin suite à une intervention du parlement auprès du Conseil qui, cette fois, le suivit70. L’homme, un certain du Breil, fut bon pour revendre l’office à un personnage qui annonçait une noblesse remontant au moins au xve siècle71. L’affaire révèle que l’impétrant malheureux avait le soutien du premier président de Brilhac, homme étranger aux cercles locaux, – il venait du parlement de Paris –, peu apprécié dans sa propre compagnie et mal noté par le gouvernement. Les motivations de ce dernier sont à première vue obscures, au-delà de l’idée selon laquelle on ne faisait que suivre ce qui avait été acté en 1708. Il est cependant possible d’aller plus loin et d’émettre l’hypothèse que cela entrait dans le cadre d’une volonté d’apaiser les relations avec la Bretagne et ses élites politiques, après les remous de l’affaire Pontcallec. Une certaine entente cordiale caractérise en effet les années 1720-1750, non sans lien avec l’influence que pouvaient exercer des familles du parlement qui, aussi puissantes socialement que sages politiquement, cultivaient alors avec soin l’idéal du parfait gentilhomme magistrat72. Le résultat était que, pour la première fois, le parlement parvenait à vraiment empêcher une admission, en tout cas si bien engagée. Il est clair, à suivre les notes du conseiller Desnos, que le refus ici fut bel et bien justifié par l’absence de noblesse de du Breil. Mais est-ce si sûr ? Il semble en effet que du Breil descendait d’un procureur du roi à la prévôté de Nantes vivant sous Louis xiii et qui fut, avec difficulté il est vrai, anobli en son temps73. Signe de l’ambiguïté de la situation, quelques années après son échec, du Breil put obtenir le droit de partager noblement, preuve selon Desnos qu’il n’était effectivement pas noble en 1729 (sans quoi il n’aurait eu besoin de lettres du roi pour ce faire) mais signe, aussi, que cette famille était dans un entre-deux. Peut-être ainsi que ce qui gênait n’était pas tant son absence de noblesse qu’une situation incertaine et pas assez relevée.

  • 74 L’essentiel sur cette affaire est contenu dans les notes manuscrits du conseiller D (...)
  • 75 D’Hozier, Armorial général ou registre de la noblesse de France, registre troisième, second (...)
  • 76 Ibidem, p. 991-992.

34C’est aussi cette question des marges, de la zone grise entre noblesse et roture, – qui, malgré la réformation colbertienne (et parfois à cause d’elle) continuait de subsister –, que vient soulever l’autre incident de réception connu au xviiie siècle. Elle concerne l’admission comme simple conseiller commissaire d’un certain Ravenel de Boisteilleul74. Pourtant, au départ, tout se présente bien pour l’impétrant, puisque le gouvernement ne s’oppose pas à son admission après en avoir conféré avec le premier président de La Briffe qui, d’après Desnos, « apres une légère enqueste, manda que la naissance et les qualités convenaient ». Mais comme les Ravenel n’ont pas comparu devant la commission de réformation installée en Bretagne, une enquête est ouverte. Les magistrats découvrent alors que les Ravenel ont été maintenus nobles, dit Desnos, « après la clôture de la réformation en Bretagne ». De fait, leurs arrêts de maintenue, obtenus devant la cour des aides de Paris, datent de 1677 et de 168075. Le parlement a d’ailleurs enregistré dès 1714 ces textes qui permettent à la famille de revendiquer d’être de noblesse médiévale. Le père et le grand-père ont de plus, apprend-t-on par ailleurs, siégé à plusieurs reprises dans l’ordre de la noblesse aux états provinciaux76. Les magistrats rennais chargés en 1744 d’examiner le pedigree de Ravenel notent aussi, et peut-être surtout, que, sous Louis XIV, l’arrière-grand-père (ou l’arrière-grand-oncle) de l’impétrant était banquier et fit, rapporte Desnos, « une banqueroute dans laquelle les créanciers avoient presque tous perdu leurs créances ». On suppose donc que si les Ravenel ne se sont pas présentés devant la commission de réformation, c’est probablement parce qu’ils représentent un cas de noblesse dormante. Le parlement craint-il que le passé familial du futur magistrat ne vienne le gêner dans l’exercice de la justice ? Sans l’exclure, il semble qu’il faille voir là aussi, à l’instar de l’affaire Girard, un réflexe lié à une conception qui attache une grande importance à la réputation lignagère. Face au refus du parlement d’accepter le candidat, le chancelier d’Aguesseau paraît, dit Desnos, fort agacé. À ses yeux, visiblement, l’arbre généalogique maculé de l’impétrant pesait moins que les ordres du roi qui lui avait déjà accordé les lettres de provision. Il faut dire aussi que le principe de nobilité n’est pas remis en cause. D’Aguesseau fit alors recevoir Ravenel au Grand Conseil, ce qui lui permit de revenir au parlement pour y être reçu. « On imagine aisément qu’il y ait été regardé de mauvais œil », conclut Desnos.

35L’affaire montre que l’argument nobiliaire ne saurait être le seul en jeu. Desnos le dit d’ailleurs lui-même à propos du droit du parlement de n’admettre en son sein que des nobles : « il ne faut pas prendre cela si fort à la lettre ». Que penser dès lors du cas Ravenel ? Que les Ravenel étaient indésirables parce qu’ils ne présentaient pas toutes les garanties du fait de leur passé financier ? Ou qu’ils étaient indésirables car leur noblesse était peu reluisante ? Aucun de ces deux arguments n’est décisif. En revanche, l’association des deux dimensions pouvait commencer à devenir gênante, comme dans le cas Girard, voire dans le cas Brenugat.

  • 77 Le ralliement au catholicisme est évident au xviiie siècle, symbolisé par l’entrée, (...)
  • 78 Les Ravenel sont certes apparentés aux Farcy, mais ceux-ci, restés également longtemps (...)
  • 79 Benjamin Ravenel, le grand-père du futur conseiller, avait été connétable de Rennes de 1691 (...)

36Mais sans doute faut-il dans le cas présent étendre le regard à l’histoire de cette famille au cours du siècle écoulé pour comprendre les réserves constatées à leur endroit. Les Ravenel avaient été des manieurs d’argent, longtemps protestants de surcroît77, sans parents proches et puissants au palais78, passés de plus par des fonctions regardées probablement avec mépris par les parlementaires : celle de connétable de la ville et celle de secrétaire du roi79. Et, à Rennes, « tout le monde » le savait plus ou moins. En fait, les Ravenel cumulaient les handicaps et étaient peu capables de flatter le narcissisme parlementaire, à une époque où celui-ci était à son apogée. Comme l’avait dit le premier président de La Briffe à d’Aguesseau, ce qu’il fallait pour admettre quelqu’un, c’était une naissance noble, et des « qualités », ceci pouvant englober une large palette de critères, allant de la compétence juridique à la réputation personnelle et familiale, toutes choses qui ne laissent pas forcément beaucoup d’archives.

37Indice que les critères d’appréciation étaient bien plus subtils (et partant difficiles à démêler) que ce qu’aime à penser une historiographie obnubilée par le rapport noble/roturier arrimée aux problématiques prérévolutionnaires et révolutionnaires, on remarque que, quelques années plus tard, personne ne cherche apparemment des ennuis au neveu de Ravenel, le jeune M. de Chateaubriand, lorsque celui-ci vient en 1779 frapper à la porte du sénat armoricain. Or, comme l’a raconté le frère du magistrat, les Chateaubriand étaient devenus peu de choses au cours du xviiie siècle. Mais qui sait, ou veut savoir, à Rennes que, derrière ce nom si prestigieux, que chacun savait être un des plus anciens de la province, reconnu d’ancienne extraction de chevalerie lors de la réformation colbertienne, se cache une noblesse mise en dormition par un père un temps capitaine négrier, qui avait débuté comme simple matelot dès son plus jeune âge ? Chacun voit sans doute d’abord chez l’impétrant le fils du grand seigneur austère et plein de gravité qui, tous les deux ans, sort de son château gothique pour venir prendre dignement place sur les bancs du second ordre aux états provinciaux. Dans ce cas, à la différence du précédent, la parenthèse avait été courte et les choses inavouables s’étaient passées loin des yeux. Et qui sait si le jeune Chateaubriand ne pouvait bénéficier au sein du palais du soutien de son oncle, Ravenel du Boisteilleul ?

38Le parlement de Bretagne n’avait certes pas le monopole de la passion de la reproduction sociale. L’accueil d’un nouveau membre dans un corps à forte identité est toujours un évènement, et partant, un enjeu, une naissance sociale, ou, pour ceux déjà dans la place, par effet miroir, une renaissance sociale. Reste que longtemps l’histoire de cette cour de justice a paru emblématique. Que le premier parlement de sang bleu devienne la forteresse défendant jusqu’au dernier souffle l’Ancien Régime face à l’état paré des vertus modernisatrices était parfaitement cohérent. À regarder les choses dans le détail, elles apparaissent moins simples. Le premier indice de fermeture connu date de 1632 et le processus se poursuit jusqu’en 1729. Voilà pour la pratique. Et s’il fallait choisir une date officielle pour la fermeture du parlement aux roturiers, ce ne serait ni 1672, ni 1677, mais plutôt 1708, voire 1732. Nous voilà alors relativement proche des autres parlements du royaume, et la singularité bretonne s’en trouve du coup un peu diminuée. À Rennes comme ailleurs, les proclamations sur l’excellence nobiliaire de la magistrature servent peut-être d’abord à protéger un modèle social menacé par l’essor de nouvelles valeurs. Par ailleurs, le critère nobiliaire apparaît comme un critère parmi d’autres, élément important mais non exclusif d’un arsenal destiné à écarter les candidats indésirables en raison d’éléments variés, et pas toujours avoués. Dans les cas que nous pouvons connaître, il se dégage aussi à plusieurs reprises que ce sont plusieurs paramètres qui causaient le refus d’intégrer. Celui-ci n’était de plus que l’arme ultime, celle qui pouvait servir quand la dissuasion avait échoué. À nouveau, le conseiller Desnos peut servir de guide, lui qui explique que

« J’en ay connu et j’ay oui parler de plusieurs qui à force de sollicitations et de persévérance sont parvenus à se faire recevoir ; mais les uns n’y pouvant plus tenir, se sont retirés promptement, et autres à force de patience et après avoir essuyé bien des degousts ont été soufferts, et quand ils ont eu du mérite, on leur a rendu justice. »

39Entrer au parlement de Bretagne quand on était un homo novus était donc difficile, mais pas impossible. Ce que voulaient les magistrats en place, c’était des gens qui leur ressemblent, ou du moins, qui ressemblent à la représentation qu’ils se faisaient d’eux-mêmes c’est-à-dire être des nobles impeccables. Et le chemin était aussi dur pour les petits nobles crottés, les nobles jugés douteux, les oubliés et recalés de la réformation, les anoblis passés par la Chancellerie : ceux-là n’étaient pas plus désirables que les riches roturiers. Et surtout, les magistrats voulaient avoir la possibilité de choisir leurs confrères, ce qui est le propre des structures dotées d’une forte cohésion. À la faveur des difficultés financières de la fin du règne de Louis xiv, le parlement a pu acquérir un peu de cette autonomie de gestion des recrutements que le même roi leur avait refusée quelques années plus tôt. Au fond, les parlementaires bretons ne cherchaient pas à exclure les roturiers, mais à choisir des gens à leur image. L’oublier, ne retenir que le sentiment d’exclusion ressenti progressivement et de plus en plus vivement par les seconds, c’est aborder la question du recrutement parlementaire de manière hémiplégique.

Haut de page

Notes

1 Discours contre le parlement de Rennes, 9 janvier 1790. Avant Mirabeau, on peut toutefois noter que la question de la nobilité du parlement a donné lieu à un premier traité historique imprimé justement en 1789 à la suite des débats sur cette question qui se firent jour au cours de l’année 1788 (Discours sur la noblesse du parlement de Bretagne prononcé aux chambres assemblées, avec des notes sur le même objet, tirées d’un manuscrit de M. Desnos des Fossés, ancien doyen du parlement, 1789).

2 La Vallée, Voyage en Bretagne 1793-1794, Huelgoat, éd. Morvan, 1978, p. 7.

3 Le conseiller Desnos des Fossés (1692-1781) a laissé d’intéressantes notes manuscrites sur l’institution parlementaire, conservées à la Bibliothèque municipale de Rennes (médiathèque des Champs Libres).

4 Cité par Meyer, Jean, La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, éd. ehess, 1966, p. 927.

5 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991, p. lix-lxiii ; Le Moy, Arthur, Le Parlement de Bretagne et le pouvoir royal au xviiie siècle, Paris, Champion, 1909, p. 16-20.

6 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit. p. 929 sq.

7 Égret, Jean, « L’aristocratie parlementaire à la fin de l’Ancien Régime », Revue historique, t. ccviii, 1952, p. 1-14 ; Coulomb, Clarisse, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006, p. 41-51 ; Cubells, Monique, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au xviiie siècle, Paris, Maloine, 1984, p. 30 ; Chaline, Olivier, « Siéger au Palais », dans Plantrou, Nicolas (éd.), Du Parlement de Normandie à la Cour d’appel de Rouen, 1499-1999, Rouen, Association du Palais du Parlement de Normandie, 1999, p. 336-339 ; Figeac, Michel, Destins de la noblesse bordelaise, 1770-1830, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, t. I, p. 36.

8 Discours sur la noblesse du parlement de Bretagne, op. cit.

9 Saulnier de la Pinelais, Gustave, Les gens du roi au Parlement de Bretagne, 1553-1790, Rennes-Paris, Plilhon et Hommay-Picard, 1902, p. 46.

10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

12 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine. Registres secrets du Parlement, 1Bb 577.

13 Piste suggérée par Jarnoux, Philippe, « Un exil intérieur : le parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690 », dans Aubert, Gauthier et Chaline, Olivier (dir.), Les Parlements de Louis XIV. Opposition, coopération, autonomie ?, Rennes, pur, 2010, p. 111-112.

14 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 578, Registres secrets (informations contenues dans la délibération du 5 juillet 1677).

15 Voir par exemple, à la même époque, la réception du conseiller Ruellan, descendant d’un personnage fastueux anobli en 1603 (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 577, Registres secrets, 13 janvier 1677).

16 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 579, Registres secrets, en date des 10 et 26 novembre 1677.

17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bc 5, lettre du 28 décembre 1677.

18 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bc 5, lettre du 25 octobre 1678.

19 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 579.

20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 584, Registres secrets, 19 juillet 1680.

21 Comme le suggère le début de la lettre, il est possible que les liens qui unissent Girard au greffier Le Clerc aient aggravé son cas. Le Clerc, reçu comme greffier en chef civil en 1670, prétendait être le greffier en chef de toute la cour, au grand mécontentement des greffiers criminels. Le conseil l’a débouté de ses prétentions en 1681, donnant ainsi l’impression de ne pas favoriser totalement le clan Girard-Le Clerc (Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 240 et 242).

22 Aubert, Gauthier, Les révoltes du Papier timbré (1675). Essai d’histoire évènementielle, Rennes, pur, 2014, p. 478 et sq. Le parlement reste à Vannes jusqu’en 1690.

23 Le Mao, Caroline, Les fortunes de Thémis. Vie des magistrats du Parlement de Bordeaux au Grand Siècle, Bordeaux, fsho, 2006 et Parlement et parlementaires. Bordeaux au Grand Siècle, Seyssel, Champ-Vallon, 2007.

24 Ropars, Sigismond, « Exil du parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690 », Bulletin de l’Association bretonne, 1875, p. 134 ; Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 657.

25 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 589.

26 Ibidem, p. xxxvi-lx. Pour le xviiie siècle : Jean Meyer, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 938.

27 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 929-931.

28 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lix-lxiii.

29 Réédition Paris, 1855, p. 104.

30 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit..

31 Donc, non noble (Arch. mun. Rennes, BMS paroisse Toussaints, 10 février 1646, mariage de Syméon Girard).

32 Bourdeault, Amédée (éd.), « Journal des états de Bretagne tenus à Nantes en 1636 par Dubuisson-Aubenay », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, 1927, vol. 67, p. 363. Il s’agissait du conseiller de Brenugat, effectivement conseiller au parlement de Bourgogne avant d’intégrer celui de Rennes en 1632.

33 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 170.

34 Sondages réalisés à partir des informations fournies par Frédéric Saulnier.

35 D’après les chiffres fournis par Saulnier, Frédéric (Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lxi ), il s’agit des chiffres au moment de la première entrée au parlement. Ce tableau n’est certes pas totalement satisfaisant car il individualise deux époques de part et d’autre de 1671, et ne permet pas d’apprécier la montée progressive du phénomène.

36 Cubells, Monique, La noblesse provençale du milieu du xviie à la Révolution, Aix, pup, 2002, p. 101-111.

37 Aubert, Gauthier, « Une ville au miroir de ses riches : Rennes dans les années 1620 ou la naissance d’une ville parlementaire », dans Bourquin, Laurent et Hamon, Philippe (dir.), Fortunes urbaines. Élites et richesses dans les villes de l’Ouest à l’époque moderne, Rennes, pur, 2011, p. 19-42.

38 Nassiet, Michel, « Noblesse et offices de justice en Bretagne au xvie siècle », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 1994, n° 3-4, p. 9-15.

39 Voir par exemple  Virieux, Maurice, Le Parlement de Dauphiné au xviie siècle. Étude sociale, thèse d'État, Paris  iv Sorbonne, 1980, p. 52-59.

40 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 774, 756.

41 Collins, James, « Le système de reproduction des magistrats du parlement de Bretagne : question sociale ou question politique ? », dans Poumaréde, Jacques et Thomas, Jack (éd.), Les parlements de province, Toulouse, Framespa, 1996, p. 601-619. 

42 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 263.

43 Ibidem, p. 354 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 589, Registres secrets, 19 décembre 1682

44 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 650-651, 660-661, 694.

45 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 932-933.

46 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 324.

47 Bibliothèque municipale de Rennes (médiathèque des Champs Libres), notes manuscrites.

48 Aubert, Gauthier, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 103. La pierre tombale un rien prétentieuse des ancêtres roturiers de Picquet, bien en évidence dans la très parlementaire paroisse Saint-Germain de Rennes a certainement nuit à ceux de leurs descendants qui regardaient vers le second ordre et devenaient les bientôt fameux La Motte-Picquet. Au sujet de l’affaire du coucou, on ne peut cependant totalement exclure qu’il s’agisse d’une allusion codée à un adultère, mais rien ne le prouve.

49 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 512.

50 Ibidem, p. 250.

51 Ibid., p. 66.

52 Ibid., p. 836.

53 En atteste l’origine des 26 conseillers reçus entre 1700 et 1707 : 12 sont de noblesse médiévale, 10 de noblesse récente (xvie-xviie siècles), trois cas sont incertains. Un seul est de famille roturière (Trouillet).

54 Michel de Boislisle, Arthur, Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des Provinces, t. II, Paris, Imprimerie nationale, 1874-1897, p. 422. Une analyse de l’épisode dans Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 934-935.

55 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Ba 31, registre des enregistrements, fol. 240v°.

56 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 2011, p. 837-840.

57 Cité par Soulabaille, Anaïk, Guingamp sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 1999, p. 261.

58 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 841-843.

59 Le grand et sublime cérémonial du mortier de Bretagne (Bibl. mun. de Nantes, [médiathèque Jacques Demy], Ms 815).

60 Courville, Loïc de, « La chancellerie près le Parlement de Bretagne et ses officiers », Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. c, 1997, p. 45-136 et t. ci, 1998, p. 119-244) et Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 257-259.

61 Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 968 sq.

62 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 351, Registres secrets, 2 janvier 1732.

63 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lxi.

64 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1Bb 375 et 407, Registres secrets, 9 août 1756 et 12 mars 1788.

65 Desnos indique que « cet usage s’observe, j’en ai souvent été témoin », et rapporte deux cas d’individus qui n’avaient pu présenter leurs arrêts. Une commission fut nommée pour voir ce qu’il en était, et ils furent acceptés. Il s’agissait d’un cas de noblesse poitevine (Foucher de La Feslière) et d’un cas de noblesse guyennaise (de Sarrant).

66 Cubells, Monique, La noblesse provençale…, op. cit., p. 111.

67 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 100-102.

68 Aubert, Gauthier, Le président de Robien…, op. cit., p. 17 et « Des difficultés d’être le « premier au village » en Bretagne au xviiie siècle », dans Figeac, Michel, Pontet, Josette, Boisson, Marie (dir.), La noblesse de la fin du xvie au début du xxe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, p. 62-63.

69 Chaline, Olivier, « Parlementaires bretons et normands au xviiie siècle. Deux élites provinciales », dans Figeac, Michel et alii, La noblesse…, op. cit., p. 67-86.

70 Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. lx et 607. Cette affaire est surtout connue par les notes prises en 1745 par le conseiller Desnos des Fossés et conservées à la Bibliothèque municipale de Rennes (médiathèque des Champs Libres).

71 Ibidem, p. 671.

72 Chaline, Olivier, « Les infortunes de la fidélité. Les partisans du pouvoir royal dans les parlements au xviiie siècle », Histoire, économie et Société, 25/3, 2006, p. 335-353.

73 Saupin, Guy, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 313-315.

74 L’essentiel sur cette affaire est contenu dans les notes manuscrits du conseiller Desnos des Fossés (Bibl. mun. de Rennes-médiathèque des Champs Libres). Voir également : Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 748, Meyer, Jean, La noblesse bretonne…, op. cit., p. 933 et Loïc de Courville, « La chancellerie… », op. cit., 1998, p. 225.

75 D’Hozier, Armorial général ou registre de la noblesse de France, registre troisième, seconde partie, Paris, 1752, p. 989.

76 Ibidem, p. 991-992.

77 Le ralliement au catholicisme est évident au xviiie siècle, symbolisé par l’entrée, justement en 1744, de Suzanne Ravenel dans la prestigieuse abbaye bénédictine de Saint-Georges de Rennes (Ibid., p. 992).

78 Les Ravenel sont certes apparentés aux Farcy, mais ceux-ci, restés également longtemps huguenots et n’atteignent le mortier qu’en 1756 ; en outre, les Farcy connaissent alors des difficultés à cause de la saisie pour dettes de l’office d’un membre de la famille en 1725 qui vit en concubinage avec une femme de condition modeste (d’après Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne…, op. cit., p. 339-340).

79 Benjamin Ravenel, le grand-père du futur conseiller, avait été connétable de Rennes de 1691 à 1699 avant d’acheter en 1701 une charge de secrétaire du roi (Courville, Loïc de, « La chancellerie… », op. cit., 1998, p. 225).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Aubert, « Le premier parlement de sang bleu ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-3 | 2015, 55-74.

Référence électronique

Gauthier Aubert, « Le premier parlement de sang bleu ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-3 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3109 ; DOI : 10.4000/abpo.3109

Haut de page

Auteur

Gauthier Aubert

Maître de conférences HDR en histoire moderne, CERHIO UMR 6258, université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page