Navigation – Plan du site

Du nouveau sur le poverello breton ?

New findings on the Breton poverello?
Marie-Madeleine de Cevins
p. 7-30

Résumés

La figure de Jean Discalcéat, curé de paroisse au diocèse de Rennes puis frère mineur à Quimper, mort de la peste en 1349, présente de larges zones d’ombres. Tout ce qui a été écrit à son propos depuis le xviie siècle provient d’une Vita dont il ne subsiste aucune mention ancienne et qu’une seule version écrite. Datée de 1613, celle-ci est tenue pour la transcription fidèle d’un modèle médiéval depuis sa découverte et son édition en 1910 par le postulateur général de la cause de Jean Discalcéat en Curie. L’article propose de passer le texte de la Vita au crible de l’analyse linguistique et terminologique afin de s’assurer de son caractère authentiquement médiéval. Il s’efforce dans un second temps de cerner le profil de son auteur – qui semble appartenir à la mouvance spirituelle de l’Ordre franciscain, à l’appui des suppositions formulées il y a vingt ans par Jean-Christophe Cassard à partir d’une poignée d’indices. Enfin, il tente de comprendre pourquoi la mémoire de Jean Discalcéat a été oblitérée pendant plus de deux siècles, jusqu’à l’épanouissement de la Contre-Réforme.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Quimper
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La datation de la Vita : données du problème
Les preuves linguistiques d’une rédaction médiévale
Les preuves « historiques » d’une rédaction médiévale
Un manifeste « spirituel » ?
Une inspiration méridionale ?
Causes possibles d’une amnésie prolongée

Aperçu du texte

En dépit du succès continu que rencontrèrent les ordres mendiants dans la péninsule armoricaine pendant les deux derniers siècles du Moyen Âge, – tout particulièrement les franciscains –, la Bretagne médiévale n’a donné aucun saint franciscain reconnu officiellement à Rome. Mais elle a vu naître Jean Discalcéat, Johannes Discalciatus (« Jean le Déchaussé ») comme l’appelle son hagiographe, alias Santig Du (le « petit saint noir ») ou encore Yann Divoutoù (« Jean le Déchaussé ») dans la tradition locale. Les textes et l’iconographie dépeignent depuis le xviie siècle ce frère du couvent Saint-François de Quimper, né vers 1280 et emporté par la peste noire en 1349, comme un parfait émule de François d’Assise (par son ascèse, son humilité et sa pauvreté radicale) d’une part, et comme un pasteur soucieux du sort de ses ouailles, jusqu’à y laisser la vie, d’autre part. Ce portrait édifiant, joint à une poignée de mira...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Madeleine de Cevins, « Du nouveau sur le poverello breton ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 7-30.

Référence électronique

Marie-Madeleine de Cevins, « Du nouveau sur le poverello breton ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3130 ; DOI : 10.4000/abpo.3130

Haut de page

Auteur

Marie-Madeleine de Cevins

Professeur d’histoire médiévale, CERHIO UMR 6258, université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page