Navigation – Plan du site

Domaine congéable et habitat rural en Cornouaille au xviiie siècle : enjeux et stratégies autour de l’interdiction d’édifier

The domaine congéable and rural edifices in eighteenth-century Cornouaille: how to sidestep the ban on building
Isabelle Guégan
p. 67-96

Résumés

Les usements de domaine congéable, système d’amodiation le plus répandu en Basse-Bretagne sous l’Ancien Régime, stipulent que le convenancier (dit encore domanier ou colon) ne doit pas édifier de nouveaux bâtiments sans l’accord de son seigneur foncier. Cette interdiction est vivement critiquée dans les cahiers de doléances. Les usements n’autorisent que la reconstruction, à l’identique, d’un bâtiment pré-existant, ce qui explique les nombreuses mentions de bâtiments en ruine dans les archives. Les conflits liés à cette interdiction de moderniser d’anciens bâtiments et d’en construire de nouveaux sont nombreux. Pourtant, des arrangements sont souvent trouvés entre les fonciers et les colons au moment même de la signature de la baillée : moyennant le paiement d’une commission, le foncier accorde au domanier l’autorisation d’agrandir un bâtiment ou d’en construire un nouveau. Ceci ne permet toutefois pas toujours aux colons de construire les granges dont ils auraient besoin pour abriter leurs récoltes.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Cornouaille
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’interdiction d’édifier : une mesure stricte encadrée par les usements du domaine congéable
Évolution de l’attitude des fonciers à l’égard de l’interdiction d’édifier
Présence de nombreux bâtiments en ruine sur les tenues
Les contreparties financières permettant l’édification de nouveaux bâtiments
Les commissions exigées lors des renouvellements de baillée
Des seigneurs fonciers procéduriers
L’interdiction d’édifier : frein aux progrès de l’agriculture bretonne ?

Aperçu du texte

« Les colons sont très mal logés et dans l’impossibilité de se procurer aucune aisance. Il est triste de voir d’honnêtes ménagers habiter des maisons très basses où ils ne reçoivent la lumière du jour et ne respirent l’air qu’à la faveur d’une fendasse ou plutôt meurtrière. On gémit et avec raison sur l’insalubrité de la plupart des maisons de la campagne sujettes à domaine congéable. Il faut l’avoir vu pour se former une idée. Voilà aussi la cause principale des maladies épidémiques et populaires qui dévastent les campagnes […] on peut encore ajouter que, dans le temps des récoltes, les blés soit coupés ou battus se détériorent faute d’avoir une grange pour les mettre à couvert. Tous ces différents inconvénients proviennent de la nature du domaine congéable qui ne permet pas aux colons de donner à leurs maisons les ouvertures nécessaires ni de se procurer sur leur rue à batterie [aire à battre] des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Guégan, « Domaine congéable et habitat rural en Cornouaille au xviiie siècle : enjeux et stratégies autour de l’interdiction d’édifier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 67-96.

Référence électronique

Isabelle Guégan, « Domaine congéable et habitat rural en Cornouaille au xviiie siècle : enjeux et stratégies autour de l’interdiction d’édifier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3144 ; DOI : 10.4000/abpo.3144

Haut de page

Auteur

Isabelle Guégan

doctorante en histoire moderne, Université de Bretagne occidentale, Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page