Navigation – Plan du site

L’achèvement de l’arc-en-ciel politique dans la presse quotidienne bretonne

La création de La République sociale
Completing the political spectrum and the Breton daily press: the creation of La République sociale
Yves Guillauma
p. 97-120

Résumés

En lien avec les alliés, les nouvelles autorités de la Libération autorisèrent la parution de quatre nouveaux quotidiens à la fin de la guerre en Bretagne, en remplacement de ceux qui avaient prolongé leur parution durant l’Occupation et qui furent interdits. Bien vite cependant, le gouvernement estima nécessaire de compléter « l’arc-en-ciel » politique de cette presse quotidienne, en particulier par la création d’un journal destiné à refléter la sensibilité de gauche, jusque-là absente de la région. Il vit le jour à Rennes en avril 1945 sous le titre La République sociale, et Pierre-Henri Teitgen, alors ministre de l’Information, décida qu’il serait dirigé par les socialistes et les radicaux. Boudé par les communistes et à peu près dépourvu d’informations locales, il ne réussit jamais à s’imposer et accumula d’importants déficits au fil des mois. Malgré toutes les tentatives faites pour le renflouer, malgré sa reprise par Max Boyer, directeur du Maine libre, et un changement de titre, il fut contraint de s’arrêter en novembre 1947. Son échec entraîna la chute du quotidien manceau et contribua à redessiner la carte de la presse quotidienne dans l’Ouest où, à l’occasion d’une augmentation de capital, deux ans plus tard, le quotidien manceau passa d’abord sous le contrôle du Courrier de l’Ouest publié à Angers, avant de faire partie du groupe du Parisien libéré.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les demandes en présence
Le choix du ministère de l’Information
L’accueil du nouveau quotidien
Face aux premières consultations électorales
Un journal déficitaire
Un journal uniquement socialiste
Le départ d’Yves Lavoquer et l’arrivée de Max Boyer
L’Ouest républicain

Aperçu du texte

En 1939, quatre quotidiens se partageaient le lectorat des quatre départements qui composent aujourd’hui la Bretagne : L’Ouest-Eclair et Le Nouvelliste de Bretagne, publiés à Rennes, Le Nouvelliste du Morbihan, édité à Lorient, et La Dépêche de Brest paraissant dans la sous-préfecture finistérienne. Un cinquième titre, La Bretagne, avait fait son apparition comme quotidien du soir à Rennes à partir du 16 février 1941 et publia son dernier numéro le 7 juin 1944, le lendemain du débarquement des troupes alliées en Normandie. Il fut suivi deux jours plus tard, le 9 juin, par Le Nouvelliste de Bretagne. Les trois autres titres continuèrent leur parution jusqu’à la veille de la libération de la région bretonne : L’Ouest-Eclair a publié son dernier numéro le 1er août 1944, La Dépêche de Brest, le 3 août, et Le Nouvelliste du Morbihan, le 5 août. Leur interdiction et leur remplacement par de nouveaux ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Guillauma, « L’achèvement de l’arc-en-ciel politique dans la presse quotidienne bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 97-120.

Référence électronique

Yves Guillauma, « L’achèvement de l’arc-en-ciel politique dans la presse quotidienne bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3146 ; DOI : 10.4000/abpo.3146

Haut de page

Auteur

Yves Guillauma

Docteur en Sciences de la Communication (Section Histoire) de l’Université Paris II Panthéon – Assas

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page