Navigation – Plan du site

La délicate gestion des « U-Boot-Bunker » à Bordeaux et Saint-Nazaire, de la Libération aux années 2000

The difficult management of the U-Boot-Bunker in Bordeaux and Saint-Nazaire, from the Liberation to the twenty-first century
Jean-Baptiste Blain
p. 121-142

Résumés

Édifiés durant l’Occupation nazie les U-Boot-Bunker sont les rares témoins architecturaux de cette période sombre. Les U-bunkers construits sur la façade atlantique française, n’ont jamais subi de tentative de destructions. Au contraire, après la guerre ces immenses bunkers ont différentes fonctions. Certains, dont les anciens bunkers à submersibles de Bordeaux et Saint-Nazaire, ont rapidement été mis à disposition des ports pour y accueillir des entreprises industrielles. Cependant, à la fin des années 1980, nombre de ces entreprises ferment et les villes portuaires doivent alors intégrer « les bases sous-marines » dans leur espace urbain. Différentes méthodes sont dès lors mises en œuvre pour que les U-Boot-Bunker ne soient plus considérés comme des friches militaro-industrielles, mais comme des éléments attractifs.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle

Noms de lieux :

Bordeaux, Saint-Nazaire
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le choix de la conservation des U-bunkers par les villes portuaires françaises
Les U-bunkers, des bâtiments utiles pour la reprise économique de villes françaises
La transformation des « bunkers industriels » en lieux culturels, entre concertation et concurrence

Aperçu du texte

Les politiques menées par les villes portuaires conduisent à de perpétuelles mutations et provoquent, parfois bien involontairement, un regain d’intérêt pour l’histoire de leur patrimoine militaire. L’exemple des anciennes bases allemandes pour sous-marins situées sur la côte atlantique française – les U-Boot-Bunker – pose la question des logiques de continuité et de rupture qui sous-tendent les politiques de gestion de ces espaces depuis la Libération. Les deux cas de Saint-Nazaire et de Bordeaux seront traités dans cet article. Les trois autres villes de l’arc Atlantique disposant d’U-Bunker – Brest, Lorient et La Rochelle – seront simplement évoquées à titre comparatif. Les U-Bunker encore présents dans l’espace urbain de l’Allemagne – l’U-Boot-Montage im Bunker Valentin et l’U-Bunker Hornisse à Brême –, de la Norvège – Bruno à Bergen, Dora I & II à Trondheim – et du sud de la France – Martha à Marseill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Blain, « La délicate gestion des « U-Boot-Bunker » à Bordeaux et Saint-Nazaire, de la Libération aux années 2000 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 122-4 | 2015, 121-142.

Référence électronique

Jean-Baptiste Blain, « La délicate gestion des « U-Boot-Bunker » à Bordeaux et Saint-Nazaire, de la Libération aux années 2000 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 122-4 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3148 ; DOI : 10.4000/abpo.3148

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Blain

doctorant en histoire contemporaine sous la direction du professeur Bruno Marnot – Université de La Rochelle, Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page