Navigation – Plan du site

La stèle de Silicia Namgidde : une épitaphe africaine (CIL XIII, 3147)

The stele of Silicia Namgidde: an African epitaphe (CIL XIII, 3147)
Nicolas Katarzynski
p. 7-25

Résumés

Une inscription mentionnant une épitaphe de Silicia Namgidde (originaire de l’Afrique) conservée dans l’église Saint-Pierre en Corseul (Côtes-d'Armor), n’a pas, jusqu’alors, fait l’objet d’une étude approfondie autant du point de vue du monument que du texte. Après analyse, il semble que le monument soit une stèle. L’analyse du formulaire funéraire du iie siècle et de l’écriture montrent une pratique épigraphique particulièrement fréquente en Afrique plutôt qu’en Gaule. Le texte a sans doute été proposé par le client, qui est le fils de la défunte, Caius Flavius Ianuarius, en vue d’être gravé sur la pierre par le lapicide.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Côtes-d’Armor
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le support
Dimensions
Transcription, développement et traduction de l’inscription
Les personnes
Le formulaire

Aperçu du texte

Lorsqu’un touriste visite Corseul les vestiges archéologiques qu’il peut admirer sont le temple de Mars, le jardin des antiques et la « stèle » de Silicia Namgidde dans l’église communale. Celle-ci relate le décès de cette femme qui avait suivi son fils à Corseul ; ce dernier a élevé un tombeau en sa mémoire. L’inscription est l’une des rares et des mieux conservées de la ciuitas des Coriosolites. La mention de l’origine étrangère sur une inscription à Corseul a suscité plusieurs publications sans paradoxalement pousser à une étude plus approfondie du support ainsi que de l’épitaphe. Notre intention est donc de mener une étude globale sur l’inscription coriosolite.

Alors qu'on extrayait des matériaux destinés aux constructions de Saint-Malo que des vestiges antiques ont été découverts par hasard à Corseul en 1709. Un ingénieur de Saint-Malo a été envoyé sur les lieux afin d’étudier ces vestiges. Siméon de Garange...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Katarzynski, « La stèle de Silicia Namgidde : une épitaphe africaine (CIL XIII, 3147) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-2 | 2016, 7-25.

Référence électronique

Nicolas Katarzynski, « La stèle de Silicia Namgidde : une épitaphe africaine (CIL XIII, 3147) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-2 | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3277 ; DOI : 10.4000/abpo.3277

Haut de page

Auteur

Nicolas Katarzynski

Post-doctorant à l’université Lumière Lyon II, Laboratoire HISoMA, UMR 5189

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page