Navigation – Plan du site

Un Breton contre la marine de la Belle Époque

Olivier Diraison-Seylor et le scandale politico-littéraire des Maritimes
Jean-Baptiste Bruneau
p. 55-82

Résumés

La marine française est l’objet de critiques depuis la fin du xixe siècle en raison de sa résistance aux idées républicaines. Le corps de ses officiers est notamment mis en accusation pour son cléricalisme et ses sympathies monarchiques. Dans ce contexte tendu, la publication du roman Les Maritimes à la fin de l’année 1901 provoque un retentissant scandale largement relayé et instrumentalisé par la presse radicale qui y voit la confirmation de ses accusations : arrivisme, incompétence, antisémitisme, royalisme sont ainsi mis en exergue dans un roman qui accuse et ridiculise violemment le petit monde de la société toulonnaise. Avec l’arrivée au pouvoir du Bloc des gauches, ce roman à clés tombe à pic pour justifier les réformes trop longtemps différées de républicanisation de la marine. Si Olivier Diraison-Seylor ne retrouve pas avec ses romans ultérieurs la gloire des Maritimes, ce dernier reste un des rares exemples de roman antimilitariste ayant l’armée de mer pour objet. Cela explique pourquoi il demeure longtemps victime de la vindicte de représentants de l’institution qui conservent intact le souvenir de l’insulte.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une carrière brisée par le scandale
Un roman de mœurs
Un pamphlet politique

Aperçu du texte

Évoquant, dans Les Beaux quartiers, l’ignorance de Thérèse Despellière, « qui pouvait passer pour assez cultivée, bien qu’elle ignorât qui était Voltaire, et que Loti, Farrère et Olivier Diraison-Sailor [sic] fussent ses auteurs préférés », Louis Aragon ressuscite un nom oublié – sans doute d’Aragon lui-même qui l’associe, hâtivement et fautivement, aux deux plus célèbres écrivains maritimes de la première moitié du xxe siècle. Si, dix ans plus tôt, Léon Treich offre un hommage à l’écrivain héroïque, tombé au champ d’honneur, il est déjà trop tard, l’ouvrage qui l’a lancé dans le monde des lettres n’est déjà plus qu’un titre que les histoires de la littérature classent parmi les romans régionalistes. Pourtant, Les Maritimes a été un des scandales littéraires du début du siècle et son auteur une figure du Tout-Paris littéraire dont les marins vont conserver seuls le souvenir honni. Jean-François Navard, dan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Bruneau, « Un Breton contre la marine de la Belle Époque », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-2 | 2016, 55-82.

Référence électronique

Jean-Baptiste Bruneau, « Un Breton contre la marine de la Belle Époque », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-2 | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3291 ; DOI : 10.4000/abpo.3291

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bruneau

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Bretagne-Sud – UMR 6258, CERHIO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page