Navigation – Plan du site

Violences urbaines, Maroc 1956

Urban violence in Morocco in 1956
Jean-Marc Largeaud
p. 107-129

Résumés

Cet article entend revenir sur un événement oublié appartenant à plusieurs histoires, celle des émeutes populaires, celle de la décolonisation du Maroc, celle de l'histoire de la guerre d'Algérie. En octobre 1956, une émeute populaire d'une très grande violence touche la ville de Meknès à la suite de l'arraisonnement de l'avion qui transportait les chefs du FLN. L'étude se propose de montrer l'importance locale de l'événement qui révèle les tensions sociales et politiques dans la ville à la fin du Protectorat. Il s'agit de réévaluer les faits : une émeute de civils qui s'est transformée en massacre en un temps très court. Il faut montrer les causes et les explications possibles de la violence à partir de l'attitude des émeutiers, des autorités locales et de celle de l'armée française. L’analyse des faits et de leurs conséquences doit tenir compte des difficultés de la transition politique après l'indépendance du Maroc de mars 1956. Malgré les analyses de l'époque considérant l'événement comme exceptionnel, la mémoire s'en est perdue. La manière dont les autorités marocaines et françaises ont maîtrisé les conséquences est peut-être une explication de l'oubli d'un fait tragique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Époque contemporaine

Noms de lieux :

Maroc
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De la manifestation à l’émeute
Logiques d’un événement ?
Incertitudes des lendemains

Aperçu du texte

Des événements dramatiques peuvent disparaître de l’histoire ou n’y trouver qu’une place infime sous forme de trace difficilement compréhensible. Et certains phénomènes de foule, parce qu’il n’existe pas d’images de cortège, et parce que la charge traumatique est très forte, relèvent aussi, parfois, de l’euphémisation. Le traumatisme ne constitue pas une garantie de la permanence du souvenir. Pourtant l’emploi de l’expression « événements de… » devrait retenir l’attention des historiens dès qu’elle est assignée à des faits graves survenus dans les années 1950. Nous évoquerons donc dans les pages qui suivent les « événements de Meknès » d’octobre 1956. Ils n’ont pas encore été vraiment étudiés et font partie des faits fugitivement mentionnés dans les histoires générales.

Ils s’inscrivent dans la série de réactions qui, au Maroc, font suite à l’arraisonnement par l’armée française de l’avion marocain qui tran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Largeaud, « Violences urbaines, Maroc 1956 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-2 | 2016, 107-129.

Référence électronique

Jean-Marc Largeaud, « Violences urbaines, Maroc 1956 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-2 | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3306 ; DOI : 10.4000/abpo.3306

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Largeaud

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université François-Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page