Navigation – Plan du site

Les acteurs français de l’adoption internationale au risque de l’Afrique (1990-2015)

French actors, international adoption and the risk for Africa (1990-2015)
Clémence Mahéo
p. 153-169

Résumés

Dans un contexte de déclin de l’adoption internationale qui s’est amorcé en 2005, l’Afrique se présenterait comme une nouvelle frontière de l’adoption. L’African Child Policy, association indépendante africaine, souligne alors que « l'Afrique étant devenue la nouvelle frontière d'adoption internationale, elle a vu, entre 2003 et 2010, le nombre de ses enfants adoptés multiplié par trois ». L’augmentation importante des adoptions internationales dans les principaux pays du continent africain a engendré des questionnements portant sur l’adoptabilité des enfants, la sécurisation et le respect de la législation internationale. La croissance de l’adoption en Afrique a été alors présentée comme génératrice de risques conduisant les pays d’origine tout comme les pays d’accueil à poser des restrictions. Comment la notion de risque peut alors être appréhendée dans un contexte de décroissance de l’adoption internationale ? L’Afrique ne se présente-t-elle pas pourtant comme un continent ouvrant de nouveaux pays d’origine à la pratique de l’adoption ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La nouveauté de l’Afrique dans l’histoire et la géographie de l’adoption internationale
La croissance de l’adoption en Afrique
Les effets de la Convention de La Haye (CLH) : suspension des adoptions et interactions entre adoption nationale et internationale
L’appréhension des risques de l’adoption internationale en Afrique. La démarche individuelle en question
Le positionnement des autorités françaises et des opérateurs français
La stratégie de la Mission de l’adoption internationale (MAI)
Vers de nouveaux pays d’origine : la place des opérateurs

Aperçu du texte

« L’adoption n’est pas seulement un mode de filiation, c’est avant tout une mesure sociale et légale de protection de l’enfant, une mesure de mise en oeuvre des droits de l’enfant privé de son milieu familial d’origine. » Elle varie en fonction des sociétés et des continents et elle évolue aussi dans ses objectifs et ses effets en fonction des époques. Dans un contexte de déclin de l’adoption internationale qui s’est amorcé en 2005, l’Afrique est apparue comme une nouvelle frontière de l’adoption. L’association indépendante africaine African Child Policy (ACPF) constate en effet que « les gens désireux d’adopter se tournent de plus en plus vers l’Afrique parce que les changements dans les modes d’adoption et les lois dans d’autres pays ont entraîné une pénurie d’enfants adoptables ». Ceci peut être mis en parallèle avec les propos de M. Frayssé, Ambassadeur de l’adoption internationale qui a dirigé de 2011...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Mahéo, « Les acteurs français de l’adoption internationale au risque de l’Afrique (1990-2015) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123-2 | 2016, 153-169.

Référence électronique

Clémence Mahéo, « Les acteurs français de l’adoption internationale au risque de l’Afrique (1990-2015) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 123-2 | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3322 ; DOI : 10.4000/abpo.3322

Haut de page

Auteur

Clémence Mahéo

Doctorante en histoire contemporaine, UMR CERHIO 6258-Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page