Navigation – Plan du site
Des soins pour grandir

Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir

Archytas’s rattle: a toy with which to grow up
Véronique Dasen
p. 89-107

Résumés

Aristote attribue à Archytas de Tarente l’invention du hochet. La découverte ne concerne cependant pas l’objet, mais le concept qui détermine son usage. Elle prend tout son sens à la lumière de la dimension éducative de la musique prônée par le pythagoricien et ses contemporains. Loin d’être un simple objet ludique, « le hochet d’Archytas » participe pleinement au processus de « fabrication de l’humain » qui transforme par étapes le tout-petit en être social en Grèce ancienne. Le rythme et la musique structurent l’âme de l’enfant, en le détournant d’activités désordonnées qui font prendre de mauvaises habitudes. Son usage témoigne du souci d’entourer le tout petit de soins adaptés à son âge dès la naissance. Il s’inscrit aussi dans une gamme de soins qui inclut les berceuses et visent à assurer une croissance en bonne santé. La représentation sur un chous attique d’un enfant assis sur son pot, entouré d’un bâton à roulettes, d’un chous et brandissant un hochet résume ce programme d’anthropoiesis : il associe l’apprentissage de la propreté, de la marche, des rites religieux de la cité, à la formation de l’âme par le rythme musical du hochet.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Notes de l’auteur

Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de la CUF (Collection des Universités de France) avec unification des différents termes utilisés en français pour traduire platagê.

Texte intégral

  • 1 Londres, British Museum, 1910.6-15.4 ; BA 11041 ; van Hoorn, Gérard, Choes and Anthesteria, L (...)

1Sur la panse d’un cruchon ou chous attique à figures rouges, un jeune enfant est représenté nu, de face, assis dans un pot surélevé qui lui sert de chaise percée (fig. 1 ; vers 440-425 av. J.-C.)1. Il remue ses petites jambes, disposées de manière asymétrique dans l’ouverture du siège pour suggérer leur agitation, tout en brandissant dans la main droite le manche d’un objet de forme circulaire, rehaussé de blanc, qui semble être un hochet. Deux objets posés par terre l’entourent, à sa gauche un bâton à roulettes, ou hamaxis, appuyé contre le cadre du panneau peint, à sa droite un petit vase, un chous semblable au récipient qui sert de support à l’image. D’ordinaire, la scène est interprétée comme l’évocation d’un moment de détente dans l’intimité du gynécée, dévoilant le monde récréatif de l’enfant grec. Cependant, cette lecture plaque un concept moderne sur une image antique. L’amalgame est dû à l’apparente banalité du hochet qui reçoit presque toujours le même bref commentaire, répété d’un livre à l’autre, le réduisant à un simple jouet distrayant. Un examen plus approfondi des éléments qui composent la scène révèle que l’imagier a construit un discours visuel élaboré sur le processus d’anthropoiesis qui transforme par étapes le tout-petit en être social.

Des mots pour le dire

  • 2 Dournon, Geneviève, « Instruments de musique du monde : foisonnement et systématiques. Essa (...)
  • 3 Les termes français utilisés par les traducteurs ne désignent cependant pas le même type d’ (...)
  • 4 Souda, s.v. Πλαταγή : εἶδος ὀργάνου, ἦχον καὶ ψόφον ἀποτελοῦντος. ὁ δὲ πλαταγὴν χαλκευσάμεν (...)

2Dans l’Antiquité grecque et romaine, le hochet est désigné comme un idiophone2, un instrument dont le son est produit par le matériau de l'objet lui-même. Le mot le plus usité, ἡ πλαταγή, souvent traduit en français par « hochet », « crécelle » ou « cliquette3 », est associé au verbe πλαταγέω, « frapper des mains ». La notice platagê de la Souda (fin xsiècle) se réfère au son d’un grelot enfermé à l’intérieur d’un objet : le hochet y est défini comme « une sorte d’instrument qui produit une résonance, êkhos, et un son, psophos4 ».

3Dans la Politique, Aristote donne au jouet une fonction au premier regard très prosaïque, occuper l’enfant pour qu’il ne sème pas le désordre dans la maison :

  • 5 Aristote, Politique, viii, 6, 2, 1340 b.

« Il faut considérer comme une belle invention le hochet, platagê, d’Archytas, que l'on donne aux petits enfants pour que, grâce à elle, ils ne cassent rien dans la maison, car la gent enfantine n'est pas capable de rester tranquille5. »

  • 6 Sur les questions de chronologie, Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum, Pythagore (...)
  • 7 Par ex. Smith, Christopher J., « Dead Dogs and Rattles : Time, Space and Ritual Sacrifice i (...)
  • 8 Mathieu, Bernard, « Archytas de Tarente, pythagoricien et ami de Platon », Bulletin de l'As (...)
  • 9 Corpus paroemiographorum graecorum, i, 213 (Diogenianos ii, 98,1) ; Huffman, Carl A., Archy (...)

4Aristote ne décrit pas l’aspect de l’objet, mais il lui attribue un inventeur, une figure historique célèbre, Archytas de Tarente (435/410-360/350 av. J.-C.)6. Cette affirmation surprend pour au moins deux raisons. D’une part, les hochets sont attestés archéologiquement bien avant le ve siècle av. J.-C.7. Si ce type d’objet était connu depuis longtemps, pourquoi vouloir fixer son apparition chronologiquement en l’associant à un inventeur ? D’autre part, Archytas est un homme politique d’envergure8, élu sept fois stratège de la cité de Tarente, commandant militaire, également philosophe pythagoricien, ami de Platon, d’une réputation éminente qui contraste avec la trivialité de l’objet auquel Aristote l’associe. L’identité de l’inventeur diffère cependant dans une variante rapportée par le grammairien Diogenianos à l’époque d’Hadrien. Archytas serait un charpentier, tektôn9 :

« Hochet d’Archytas : désigne tous ceux qui ne sont pas capables de se tenir tranquilles. Car Archytas, un charpentier, inventa le hochet, platagê, que l’on donne aux enfants, paidia, pour qu’ils ne cassent pas tout dans la maison. »

  • 10 Ibidem, p. 303.
  • 11 Souda, s.v. Ἀρχύτας, Ταραντῖνος […] καὶ παροιμία: Ἀρχύτου πλαταγή: ὅτι Ἀρχύτας πλαταγὴν (...)

5Comme Carl A. Huffman le relève, l’auteur a peut-être jugé nécessaire de préciser que l’inventeur devait être un artisan, et non le célèbre philosophe10, d’autant plus que la profession de charpentier est adaptée à la fabrication de hochets en bois. La notice de la Souda termine en indiquant l’existence de l’expression « le hochet d’Archytas », qui témoigne de la valeur exemplaire de l’invention11.

  • 12 Pollux, Onomasticon, ix, 127.

6Dans l’Onomasticon de Pollux de Naucratis (iisiècle apr. J.-C.)12, l’idiophone est désigné par le terme platagonion. Il est utilisé comme synonyme de krotalon,« crotale », et de seistron, « sistre », deux autres types d’instruments idiophones, l’un, krotalon, par entrechoc de deux éléments en bois ou en métal, l’autre, seistron, par secouement d’éléments enfilés sur des tiges en métal :

  • 13 Trad. M. Casevitz.

« [Platagonion]. On appelle ainsi la crotale, krotalon, et le sistre, seistron, avec quoi les nourrices conduisent au sommeil, en les charmant avec des berceuses, les enfants, paidia, qui ont du mal à dormir13. »

  • 14 Deux mots désignent ce jeu divinatoire : « Les amoureux des deux sexes jouaient au platagon (...)

7Pour le lexicographe, cette famille de sons est aussi apparentée au bruit sec produit en faisant claquer une feuille ou un pétale de fleur posé sur l’anneau formé par le pouce et l’index afin de connaître la force des sentiments de l’être aimé14.

  • 15 Cf. Plaute, Rudens, 536 : « claquer des dents », crepito dentibus ; Properce, Élégies, 3, 1 (...)
  • 16 Martial, Épigrammes, xiv, 54 : Si quis plorator collo tibi vernula pendet, Haec quatiat ten (...)

8En latin également, deux termes suggestifs désignent le hochet comme un instrument idiophone, crepitaculum et crepitacillum, dérivés de crepare, « rendre un son sec, craquer, claquer, retentir », et de crepitare, « émettre un bruit sec régulier15 ». Le mot sistrum peut aussi le décrire. Dans l’épigramme intitulée crepitacillum, « le hochet », Martial invite ainsi à distraire un enfant triste avec le son d’un sistre16 :

« Crepitacillum. Si un jeune esclave se suspend à ton cou en pleurant, qu’il agite ce sistre bavard, garrula sistra, de sa petite main. »

  • 17 Apulée, Métamorphoses, xi, 4 (trad. rev. par F. Gétreau) : Nam dextra quidem fereba (...)

9À l’inverse, dans les Métamorphoses, Apulée utilise le terme crepitaculum pour décrire un sistre métallique17 :

« Quant aux attributs de la déesse, ils étaient fort divers. Sa main droite portait un crepitaculum de bronze, aereum, dont le cadre étroit, recourbé en forme de baudrier, était traversé de quelques petites tiges qui, sous la triple secousse du bras, rendaient un son clair. »

Un hochet pour grandir

  • 18 Hippocrate, Du fœtus de 8 mois, 9, 8 (Littré vii, 450) : « Ils ne rient ni ne pleur (...)

10La fonction de l’objet correspond à la conception qu’ont les Anciens du corps et des besoins de l’enfant. Elle révèle l’extrême attention portée dès la naissance aux étapes de son développement physiologique et psychique. La première phase de croissance débute avec un état d’apparente insensibilité pendant les quarante premiers jours18. Pour Aristote, les longues périodes de sommeil que traverse le nouveau-né sont associées à son entrée progressive dans le monde des vivants :

  • 19 Aristote, Génération des animaux, v, 1, 778b. Voir aussi Aristote, Génération des a (...)

« Le passage du non-être à l’être s’effectue par l’état intermédiaire : or le sommeil semble bien être par nature un état de ce genre. Il est pour ainsi dire aux confins de la vie et de l’absence de vie, et le dormeur paraît ni complètement ne pas exister, ni exister19. »

11Cette étape de transition est jugée dangereuse, comme toute période de changement :

  • 20 Aristote, Histoire des animaux, vii, 12, 588a. Dans la médecine humorale hippocrati (...)

« La plupart des décès de petits enfants se produisent avant le septième jour. C'est pourquoi les enfants ne reçoivent leur nom que le septième jour, parce qu’on pense qu'ils ont désormais plus de chance de survivre20. »

  • 21 Hippocrate, Du régime, i, 33 (Littré VI, 510-513). Répété par Galien, Hygiène, 1, 7 (Kühn 6 (...)
  • 22 Hippocrate, Du fœtus de 8 mois, 9, 8 (Littré vii, 450) : « S’ils échappent aux quar (...)
  • 23 Cf. Delaisi de Parseval, Geneviève, Lallemand, Suzanne, L’art d'accommoder les bébé (...)

12Quand la quarantaine de jours est écoulée, émerge un être qui est à l’inverse dominé par les sensations et les émotions, immodérément, sans contrôle, semblable à un petit animal. Ce tempérament excessif résulte de sa nature chaude et humide dans la tradition hippocratique, sanguine chez Aristote21. L’enfant devient alors sensible à son environnement, visuel et sonore22. Des cris et des pleurs constituent son premier mode d’expression, géré de différentes manières23. Platon juge normales ces manifestations bruyantes car elles font partie du processus de développement :

  • 24 Platon, Lois, vii, 791e.

« Tout nouveau-né s’exprime d’ordinaire par des cris, et tout particulièrement celui de race humaine, lequel d’ailleurs non content de crier, est plus que les autres enclin à pleurer24. »

13Il recommande cependant d’éviter de laisser pleurer trop longtemps les petits et incite à tenter de déchiffrer ce premier langage, comme le font avec succès les nourrices qui déploient une grande ingéniosité :

  • 25 Ibidem, 791a-792a.

« Aussi les nourrices, en quête de ses désirs, usent-elles de ces indices pour deviner ce qu’elles doivent lui offrir : ce dont l’offre le fait taire, elles ont, concluent-elles, raison de l’offrir ; ce qui le fait crier et pleurer, de ne pas l’offrir. Les enfants ont donc, pour manifester ce qu’ils aiment ou haïssent, leurs larmes, leurs plaintes, infortuné langage. Cette période ne dure pas moins de trois ans, portion de vie non minime à vivre bonne ou mauvaise25. »

14À l’inverse, Aristote considère que les pleurs sont utiles et représentent une sorte d’exercice pour le souffle, propre à rendre vigoureux :

  • 26 Aristote, Politique, vii, 17, 6, 1336a. À Sparte, cependant, selon Plutarque, les nourrices (...)

« Les grands cris des enfants et leurs pleurs bruyants, c’est à tort que les interdisent ceux qui les prohibent dans leurs lois, car ils sont utiles pour la croissance ; c’est en quelque sorte une gymnastique pour le corps : retenir son souffle donne de la force à qui fait des travaux pénibles et c’est aussi le cas des petits enfants dans de telles tensions26. »

15L’avis dominant est toutefois de les éviter à cause de la fragilité du corps enfantin. Des pleurs prolongés pourraient faire du mal, comme l’explique Soranos d’Éphèse (iie siècle apr. J.-C.) :

  • 27 Soranos, Des maladies des femmes, ii, 13. Rufus d’Éphèse (iisiècle apr. J.-C.) aurait éga (...)

« Cela lui fait du bien parfois de pleurer : c'est un exercice naturel pour renforcer le souffle et les organes respiratoires et comme les voies s'élargissent en se dilatant, la répartition de la nourriture est rendue plus aisée. Il ne faut cependant pas laisser l'enfant pleurer longtemps, car cela lui abîme les yeux et provoque la descente des intestins dans le scrotum27. »

  • 28 Voir aussi Celse, De la médecine, 10, 11. Les frayeurs sont aussi dangereuses pour la femme (...)

16Les pleurs sont aussi redoutés car ils peuvent être le symptôme d’un accès de frayeur, phobos, qui constitue une des principales menaces pour la santé de l’enfant. Une forte émotion peut en effet causer des maux graves 28. Un aphorisme hippocratique inscrit ces peurs dans une énumération d’affections en apparence banales, comme les aphtes, mais potentiellement fatales pour le tout petit qui ne peut plus s’alimenter normalement :

  • 29 Aphorismes, 3, 24 (Littré iv, 497) : Ἐν δὲ τῇσιν ἡλικίῃσι τοιάδε ξυμβαίνει· τοῖσι μὲν σμικρ (...)

« Voici ce qui arrive selon les âges : chez les enfants, paidia, petits, smikra, et nouveau-nés, neogna, des aphtes, des vomissements, des toux, des terreurs, phoboi, des inflammations de l'ombilic, des suintements d'oreille29. »

  • 30 Hippocrate, De la maladie sacrée, 10 (Littré vi, 378-381).

17Dans le traité De la maladie sacrée, ces terreurs peuvent entraîner une crise épileptique30 :

« Une cause non apparente peut encore la produire, par exemple une crainte, phobos, si l’enfant a peur de quelqu’un qui crie, ou encore l’impossibilité de reprendre promptement haleine dans l’intervalle de cris et pleurs, ce qui arrive souvent à cet âge. »

  • 31 Patera, Maria, Figures grecques de l’épouvante de l’antiquité au présent, Peurs enfantines (...)
  • 32 Rufus d’Éphèse, cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160-161). L’expr (...)
  • 33 Hésychius, s.v. Mombrô et Mommô ; Patera Maria, Figures grecques de l’épouvante…, op. cit., (...)

18La crainte de la nocivité des peurs enfantines constitue un topos qui traverse la littérature antique, grecque et romaine31. Une frayeur vive est tenue pour responsable du déclenchement d’une crise épileptique, désignée par l’expression « maladie d’enfant », paidion nosema32. Différentes mesures sont préconisées pour les éviter, à commencer par s’abstenir de raconter des histoires effrayantes pour impressionner et faire obéir l’enfant. Platon déconseille vivement de les menacer avec des mormolukeia ou phobêtra, des épouvantails qui rendent l’enfant craintif33 :

  • 34 Platon, République, ii, 381a, 2-6.

« Que de leur côté les mères n’aillent pas, sur la foi des poètes, effrayer leurs jeunes enfants en leur contant mal à propos que des dieux circulent pendant la nuit, déguisés en étranger sous mille formes diverses, et qu’ainsi elles évitent à la fois de blasphémer contre les dieux et de rendre leurs enfants plus peureux34. »

  • 35 Soranos, Maladies des femmes, ii, 13. Voir aussi Rufus d’Éphèse, cité par Oribase, (...)

19La recommandation est répétée à l’époque romaine par Soranos qui ajoute que la peur peut engendrer des maux physiques aussi35 :

« [La nourrice] jamais ne l’effraiera ou ne l’inquiétera par des bruits en prenant un ton menaçant : la frayeur qui résulte de ces pratiques occasionne des maladies aussi bien physiques que mentales. »

20Le souci est toujours présent chez Basile de Césarée (ivsiècle apr. J.-C.) :

  • 36 Basile de Césarée, Homilia dicta tempore famis et siccitatis, Patrologia graeca, éd (...)

« Ne crois pas que je sois comme une mère ou une nourrice, brandissant devant toi de faux épouvantails, mormolukeia, comme elles ont coutume de faire avec les plus jeunes des enfants ; lorsque ceux-ci, indisciplinés et impossibles à arrêter, se lamentent, elles les font taire au moyen de récits mensongers36. »

21L’équilibre de l’enfant peut être retrouvé grâce au sommeil réparateur que lui procurent le balancement, le chant doux des berceuses et le son régulier du hochet. Dans les Lois de Platon, ces soins doivent être prodigués de manière continue pour le bien du corps, σῶμα, et de l’âme, ψυχή :

  • 37 Platon, Lois, vii, 790c-e. Relevons que Platon, Lois, vii, 789e-790a préconise de bercer l’ (...)

« Alimentation et mouvement autant que possible ininterrompus de nuit comme de jour, voilà ce qui profite à tous, mais spécialement aux tout petits qui devraient, s’il se pouvait, vivre sans cesse bercés comme dans un navire ; voilà, pour les tout nouveaux nourrissons, l’idéal qu’il faut essayer de réaliser au plus près37. »

  • 38 Platon, Lois, vii, 790e : καθάπερ ἡ τῶν ἐκφρόνων βακχειῶν ἰάσεις, ταύτῃ τῇ τῆς κινήσεως ἅμα (...)

22Il précise l’effet attendu du balancement et des berceuses en utilisant le verbe καταυλέω qui évoque un pouvoir similaire à celui d’une incantation38 :

  • 39 Pollux, Onomasticon, ix, 127, utilise aussi le verbe psychagogousai pour dé (...)

« Quand les mères, en effet, veulent endormir des enfants qui ont le sommeil difficile, au lieu de repos, c’est, au contraire, du mouvement, qu’elles leur donnent en les balançant sans cesse dans leurs bras, et, au lieu du silence, quelque chantonnement : disons que, au plein sens du mot, elles enchantent, καταυλέω, leurs bébés comme on enchanterait les bacchants frénétiques, par ce mouvement, κίνησις, combiné de la danse, χορεία, et de la musique, μοῦσα39. »

  • 40 Cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160-161).

23Les auteurs de l’époque romaine ajoutent parfois des détails qui évoquent l’univers matériel enfantin, mais sans juger utile de donner d’autres précisions. Rufus d’Éphèse propose ainsi de rassurer l’enfant effrayé « en lui montrant les objets qui lui sont habituellement les plus chers », tout en l’embrassant et en chantant « une de ces chansons de nourrice » pour l’endormir en le berçant « car, par l’effet du sommeil, il revient à lui et oublie sa peur, phobos40 ».

  • 41 Sur les berceuses grecques, Wærn, Ingrid, « Greek Lullabies », Eranos, 58, 1960, p. 1-8 ; Karanika,(...)
  • 42 Le contexte narratif des berceuses est souvent associé à un moment de danger ; Pache, Corin (...)

24Le contenu de ces berceuses, βαυκαλήματα ou νύννια, est presque entièrement perdu, à l’exception de brèves citations qui donnent une idée du genre, à défaut de reproduire les berceuses réelles. Théocrite fait ainsi chanter Alcmène pour endormir Héraclès et Iphiclès. Comme Andromache Karanika le relève, l’usage de l’impératif assure le caractère performatif de la berceuse qui doit procurer un sommeil apaisant, garantissant le réveil des petits au matin41. La douceur de cette scène donne plus de relief au caractère dramatique de l’épisode qui suit, l’attaque des serpents envoyés par Héra42. Théocrite précise les gestes que la mère accomplit en berçant les petits :

  • 43 Théocrite, Idylle, xxiv, 6-10.

« Et, de sa main de femme caressant la tête des enfants, elle dit : “Dormez, mes petits, d’un sommeil doux et dont on se réveille. Dormez, mes chères âmes, les deux frères, les beaux enfants. Heureux puissiez-vous reposer, heureux d’atteindre l’aurore." Parlant ainsi, elle agita le grand bouclier ; et le sommeil les saisit43. »

  • 44 Pline, Histoire naturelle, xxviii, 257 ; xxxii, 137.
  • 45 Dents et défenses animales enfilées sur un bracelet avec divers éléments sonores (monnaie p (...)

25Le souci culturel d’éviter que l’enfant soit saisi de peurs se retrouve dans les amulettes montées en breloque, alliant la puissance de la forme, du matériau et parfois aussi du son. Pline l’Ancien rapporte ainsi que « la dent de loup en amulette chasse les frayeurs des enfants et les maladies de la dentition, comme le fait aussi la peau du loup44 ». De même, une dent de dauphin portée en amulette « chasse les frayeurs soudaines45 ».

  • 46 Par ex. Jouer dans l’Antiquité, 1990, p. 51-52.
  • 47 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, 2, 1052-1257 : « Mais, agitant dans ses mains (...)

26Le son du hochet lui-même aurait-il eu le pouvoir d’éloigner les forces nuisibles invisibles qui menacent les enfants ? Des chercheurs ont parfois avancé l’hypothèse qu’il pouvait écarter les démons, comme le faisaient les hochets du Moyen Âge qui renfermaient sept grains symbolisant les sept péchés capitaux, sans donner plus de détails46. Cette fonction est envisageable dans l’Antiquité pour différentes raisons. En grec, πλατάγη peut désigner un instrument en métal dont le bruit écarte de manière efficace les êtres malfaisants. Dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (iiie siècle av. J.-C.), Héraclès agite une cliquette en bronze, πλατάγη χαλκείη, pour chasser les oiseaux carnivores du lac Stymphale lors de son sixième travail47. Un aphorisme garde le souvenir de cet exploit qui restaure l’ordre dans la région : « Il fit une cliquette en bronze et l’agita ».

  • 48 Sur l’iconographie de cet épisode, Woodford, Susan, s.v. Herakles, dans Lexicon Ico (...)

27Cependant, l’expression est uniquement littéraire. Les imagiers grecs ne représentent jamais Héraclès armé d’une cliquette, mais d’une fronde, dans les plus anciennes représentations, puis d’un arc et de flèches48.

28Plutarque décrit aussi la force protectrice et régénératrice du sistre, également en métal, capable d’apaiser la puissance destructrice du dieu Seth/Typhon. Relevons que l’objet doit être secoué et que son agitation pourrait être mise en relation avec celle qui caractérise aussi les enfants :

  • 49 Plutarque, Isis et Osiris, 63, Œuvres morales 376c-d. Sur le rapport de ce mouvement avec l (...)

« Le sistre indique lui aussi que les êtres doivent être agités (seiesthai) et ne jamais cesser de se mouvoir, qu’il faut pour ainsi dire les réveiller et secouer leur torpeur et leur engourdissement49. »

29Dans sa vie de Pythagore, Porphyre explique que le bronze possède une sonorité remarquable qui manifeste la voix d’un daimon :

  • 50 Porphyre, Vie de Pythagore, 41. Sur la sonorité exceptionnelle du bronze, associée à des ri (...)

« Le son produit par un coup sur du bronze était la voix de quelque démon prisonnière de ce bronze50. »

  • 51 Columelle, De l’agriculture, ix, 12, 2.

30À l’époque romaine, Columelle recommande l’usage de crepitacula en bronze à des fins plus pragmatiques, effrayer les abeilles pour les obliger à regagner leur ruche51.

  • 52 Ovide, Fastes, vi, 132-168 ; Sorlin, Irène, « Striges et Geloudes. Histoire d'une c (...)
  • 53 Villing, Alexandra, « For Whom Did the Bell Toll… », art. cit., p. 290.
  • 54 Callimaque, Hymne à Zeus, 50-52 : « Autour de toi les Courètes menaient leur danse pressée, (...)

31Les méfaits des oiseaux du lac Stymphale rappellent les attaques d’autres oiseaux carnivores, les striges, qui pénètrent dans les maisons pour déchirer le corps des nourrissons52. Le son de la πλατάγη agitée par une nourrice avait-il le pouvoir de les chasser ? Alexandra Villing met en relation l’invention d’Archytas avec la présence de clochettes et de sonnailles dans les tombes d’enfants 53. Elle associe ces idiophones au récit de la naissance de Zeus, protégé par le bruit des Courètes frappant leurs armes54.

  • 55 Bellia, Angela, Strumenti musicali…, op. cit., p. 19-33 (ive s.iècle av. J.-C. : fig. 30 : (...)
  • 56 P. ex. Pitarakis, Brigitte, « The Material Culture of Childhood in Byzantium », dans Ariett (...)
  • 57 Par ex. Jouer dans l’Antiquité, 1991, p. 51, fig. 11 (cucullatus) ; Dasen, Véronique, Le so (...)

32Les hochets conservés ne sont cependant pas tous en métal, mais aussi en terre cuite ou en os. La forme du hochet lui-même a peut-être été conçue pour apaiser les plus petits. Les exemplaires grecs en terre cuite des époques classique et hellénistique présentent une grande variété de types, du porcelet à l’enfant au berceau ou chevauchant un animal55. À l’époque romaine, à côté des chiens et des oiseaux56, les exemplaires en forme de visages ou de bustes féminins pourraient avoir évoqué la présence rassurante d’une personne adulte57.

Musique et éducation

  • 58 Aristote, Éthique à Nicomaque, ii, 1-2, 1103b, 23-25 : « L’importance de contracter telle o (...)

33La fonction du hochet ne se limite pas à distraire les frayeurs du tout petit pour assurer sa croissance en bonne santé. L’objet participe à un véritable programme éducatif qui vise à introduire l’apprentissage de la raison par le rythme. La musique va faire de l’enfant un petit humain, distinct des animaux. Aristote préconise d’agir sans tarder, car les bonnes ou mauvaises habitudes s'implantent très tôt chez l’enfant de manière indélébile58. Le bercement représente en soi une sorte de premier entraînement physique qui structure l’âme :

  • 59 Platon, Lois, vii, 791 c.

« Pour former dans l’âme cette vertu particulière [le courage], les mouvements qu’on imprime ainsi aux tout petits constituent donc, disons-le, une gymnastique grandement utile59. »

  • 60 Plutarque, De l’éducation des enfants, 5f, Œuvres morales 3d : « Et il y a toute chance que le (...)

34Les auteurs d’époque romaine relaient ces principes. Au iie siècle apr. J.-C., Plutarque compare la malléabilité de l’âme du jeune enfant, paidion, à de la cire, marquée de manière indélébile par les premières expériences comme d’un sceau, en citant le poète Phocylide (visiècle av. J.-C.) qui recommande instamment d’enseigner « à bien faire » dès l’enfance60.

35L’apprentissage du rythme, eurythmia, de la musique et de la gymnastique forme ainsi la base de l’éducation dans le but d’atteindre l’harmonie du corps et de l’âme. L’éducation est d’autant plus importante que la vitalité extraordinaire des plus jeunes est associée à l’absence de contrôle de leurs émotions. Platon relève qu’il est indispensable de leur faire acquérir une discipline le plus tôt possible :

« Tout ce que je sais, dit l'Athénien, c’est qu’absolument aucun être ne possède jamais, quand il vient au monde, toute la somme de raison que doit avoir son âge adulte ; or, dans le temps où il n’a pas encore son compte d’intelligence, chacun est fou et crie sans règle, et dès qu’il se dresse sur ses pieds, sans règle encore il se met à sauter. »

36Si tous les êtres jeunes sont caractérisés par des mouvements et des cris désordonnés, ce qui distingue l’être humain de l’animal est le plaisir qu’il prend au rythme. L’acquisition du sens du rythme l’initie à celui de l’harmonie, et par là le mène à un esprit rationnel.

  • 61 Platon, Lois, ii, 653b-654a. Voir aussi Platon, Protagoras, 326 b (sur la nécessité de l’eu (...)

« Tous les êtres jeunes, ou à peu près, sont incapables de tenir en repos leur corps et leur voix ; ils cherchent sans cesse à remuer et à parler, les uns en sautant et bondissant, comme s’ils dansaient de plaisir et jouaient entre eux, les autres en émettant tous les sons de voix possibles. Or les animaux n’ont pas le sens de l’ordre et du désordre dans leurs mouvements, de ce qu’on appelle rythme et harmonie ; mais à nous, les dieux […] ont donné un sens du rythme et de l’harmonie accompagné de plaisir, par lequel ils nous mettent en branle en se faisant nos chorèges ; et ils ont appelé cela les chœurs, du nom de la joie qu’on y ressent61. »

  • 62 Aristote, Problèmes, xix, 38, 902b.

37Si le bercement peut être considéré comme une première forme de gymnastique, le hochet représente une initiation au rythme et à la musique, à laquelle « les petits enfants aussitôt nés prennent plaisir », relève Aristote62, car elle structure le corps et l’esprit :

  • 63 Ibidem.

« Un rythme nous plaît parce qu’il a un nombre familier et régulier, et qu’il nous entraîne d’une manière ordonnée63. »

  • 64 Strabon, x, 3, 10.
  • 65 Platon, Cratyle, 405 a-405 d.
  • 66 Porphyre, Sur les harmoniques de Ptolémée, i, 3 ; Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum, o (...)

38Ces préceptes rejoignent les recommandations des Pythagoriciens sur la valeur éducative de la musique. D’origine divine, la musique transmet l’harmonie cosmique64. Dans le Cratyle, Platon explique les liens qui unissent les compétences guérisseuses et musicales d’Apollon, le dieu qui délivre à la fois les maux du corps et de l’âme65. Dans ce cercle, Archytas de Tarente, proche de Pythagore, est un pionnier renommé de la théorie musicale. Le savant aurait eu un intérêt particulier pour les instruments idiophones de la famille de la platagê, et aurait établi une théorie sur les vibrations sonores et la propagation des sons. Un fragment de ce traité, cité par Porphyre, examine les variations de l’intensité sonore selon la force ou puissance du choc sonore, en décrivant comment se produisent les sons66. L’invention qu’Aristote lui attribue peut ainsi être comprise dans le contexte pédagogique plus large d’une formation de l’enfant au moyen d’un apprentissage actif, tel qu’il le prône :

  • 67 Aristote, Politique, viii, 6, 3, 1340 b : « Ainsi donc, la musique doit s’enseigner d’une f (...)

« Les enfants doivent-ils ou non apprendre la musique en chantant et en jouant eux-mêmes ? Il est bien évident que, pour acquérir telle ou telle disposition, la participation personnelle à l’exécution a une grande importance ; il est, en effet, impossible ou difficile de devenir bon juge d’activités auxquelles on n’a pas pris part67. »

39La fin du passage d’Aristote, souvent coupée, confirme l’intention pédagogique dans laquelle s’inscrit probablement le concept d’Archytas :

  • 68 Aristote, Politique, viii, 6, 2, 1340 b.

« Il faut considérer comme une belle invention le hochet, platagê, d’Archytas que l'on donne aux petits enfants pour que, grâce à elle, ils ne cassent rien dans la maison, car la gent enfantine n'est pas capable de rester tranquille. Le hochet convient donc bien aux enfants en bas âge, et l'éducation, c'est un hochet, platagê, pour les jeunes qui ont grandi68. »

40« Ne rien casser dans la maison » n’est donc pas une recommandation légère. Le hochet permet de canaliser l’énergie enfantine en offrant à l’enfant une activité « bien réglée et de bon équilibre », en exerçant une motricité fine, et en l’empêchant de prendre de mauvaises habitudes. La préoccupation est centrale chez Platon, articulée au souci de procurer très tôt une formation musicale :

  • 69 Platon, Protagoras, 326 a-b.

« Le maître de cithare doit se préoccuper […] d’empêcher la jeunesse de se conduire mal en quoi que ce soit […] en ayant appris à jouer la cithare et à chanter il force ainsi le rythme et l’harmonie à devenir familiers à l’âme des enfants afin de rendre ceux-ci plus heureusement réglés dans leurs mouvements69. »

41Le hochet d’Archytas représente ainsi un moyen idéal d’initiation à la musique, favorisé par le plaisir qu’y prend l’enfant :

  • 70 Aristote, Politique, viii, 5, 25, 1340 b.

« L’enseignement de la musique est bien adapté à la nature de la jeunesse : les jeunes, à cause de leur âge, ne supportent jamais volontiers ce qui n’a pas d’agrément, et la musique par nature fait partie des choses qui ont une agréable douceur. Et il paraît y avoir en nous quelque affinité avec les harmonies et les rythmes70. »

  • 71 Lucrèce, De la nature, v, 229-230.

42Cette fonction formatrice se retrouve à l’époque romaine dans la description du nouveau-né dans le poème De la nature. Lucrèce fait du jouet l’accessoire qui distingue l’homme de l’animal, révélant l’état de dépendance physique et psychique du petit humain à la naissance, ainsi que l’importance de ses interactions avec les adultes qui vont en faire un être social71 :

« Pareil au naufragé que les flots ont rejeté sur le rivage, le nouveau-né gît, tout nu, par terre, incapable de parler, dépourvu de tout ce qui aide à vivre, arraché avec effort du ventre de sa mère. […] Heureux les animaux domestiques, gros et petits, et les bêtes sauvages : ils n’ont besoin ni de hochets, crepitacilla, ni des mots caressants que chuchote la voix d’une tendre nourrice. »

43À l’inverse, les animaux se débrouillent de manière autonome dès le début :

  • 72 Ibidem.

« ils ne sont pas en quête de vêtements qui changent avec les époques de l’année, ils n’ont besoin ni d’armes ni de hautes murailles pour défendre leurs biens », puisque « la terre et la nature inventive enfantent d’elles-mêmes toutes sortes d’abondantes ressources afin de veiller à leurs besoins72. »

L’invention d’Archytas

44L’invention d’Archytas pourrait ainsi résider non dans la découverte de l’objet, qui existait depuis longtemps, sous différentes formes et en divers matériaux, mais dans la mise au point d’un concept éducatif qui pourrait avoir représenté l’application pratique de ses réflexions théoriques sur le pouvoir du son, du rythme et de la musique.

  • 73 Élien, Histoire variée, xii, 15. Voir aussi Athénée, Les Deipnosophistes, xii, 519 (...)

45Plusieurs anecdotes signalent l’intérêt particulier qu’Archytas portait aux enfants. Selon Élien (iie siècle apr. J.-C.), il favorisait leur compagnie73 :

« Même Archytas de Tarente, qui fut à la fois politicien et philosophe et qui possédait de nombreux esclaves, prenait un vif plaisir avec leurs enfants et jouait avec ceux qui étaient nés dans sa maison. Il aimait surtout à s’amuser avec eux dans les banquets. »

46Son observation attentive de leurs comportements et de leurs jeux a pu le conduire à élaborer une théorie sur la valeur éducative de la platagê. « Le hochet d’Archytas » ferait ainsi partie d’un programme d’anthropoiesis, de transformation du petit humain en être social, par un premier apprentissage du rythme et du son qui structure son corps et son âme. Le proverbe fait aussi référence à l’agitation permanente que les enfants doivent apprendre à maîtriser en grandissant.

47Relevons que l’inspiration d’Archytas puise dans un fonds plus ancien. Les instruments idiophones par entrechoc ou secouement accompagnent la croissance des enfants grecs depuis l’époque archaïque. Leur forme se transforme selon l’âge. La platagê des plus petits devient les crotales ou platagêma associées aux chants et danses des jeunes gens. Dans un poème de l’Anthologie Palatine, les πλατάγημα en buis, πυξινέη, sont offertes à Hermès à la sortie de l’enfance d’un garçon. Elles sont associées à des jeux qualifiés de paignia qui procurent du plaisir :

  • 74 Léonidas de Tarente, Anthologie Palatine, vi, 309.

« Philoclès a consacré à Hermès son ballon (sphaira) renommé, ces crotales (platagêma) de buis, les osselets (astragaloi) qu'il a aimés à la folie, et le rhombe (rhombos) qu'il faisait tournoyer : tous les jouets (paignia) de son enfance74. »

Des hochets et des hommes

48Loin d’être un objet anodin, le hochet, platagê, témoigne ainsi de l’attention portée aux enfants dès leur plus jeune âge. Il s’inscrit dans un ensemble plus large de soins, en partie immatériels, dont les berceuses et les comptines font aussi partie. Sa fonction est prévue pour assurer le bien-être à la fois physique et mental du tout petit, et renvoie à une façon de penser le corps de l’enfant, sa santé et son développement harmonieux.

  • 75 Lynch, Kathleen M. et Papadopoulos, John K., « Sella Cacatoria : A Study of the Potty in Archaic (...)
  • 76 Sur l’observation du méconium et des selles des bébés, Aristote, Histoire des anima (...)
  • 77 Cf. Aristophane, Les Nuées, 863-864 : « La première obole que je reçus comme héliaste, je l (...)
  • 78 Neils, Jennifer, « Children and Greek Religion », dans Neils, Jennifer, Oakley, Joh (...)
  • 79 Hippocrate, Du régime salutaire, 6 (Littré, vi, 80-83). Sur la prescription de vin coupé d’ (...)
  • 80 Scènes similaires : coupe attique à fond blanc, médaillon à figures rouges (vers 460 av. (...)

49L’imagerie grecque confirme que l’idiophone n’était pas uniquement utilisé pour endormir les plus petits. Le programme éducatif contenu dans l’expression « le hochet d’Archytas » est mis en œuvre sur la scène du chous conservé à Londres (fig. 1). Le peintre a réuni autour de l’enfant, un garçon, un ensemble d’objets spécifiques à sa catégorie d’âge et à son sexe qui construisent un discours visuel sur le processus d’apprentissage du futur citoyen : le petit est assis sur un pot, lasanon, attesté archéologiquement75, qui signale l’acquisition du contrôle de son corps, du propre et du sale76. À ses côtés, le bâton à roulette fait référence à l’apprentissage de la marche, peut-être aussi aux cadeaux que recevaient les enfants à l’occasion des fêtes de la cité77, tandis que le cruchon à vin renvoie à une première participation à la fête dionysiaque des Anthesthéries, et plus largement à la vie religieuse communautaire78. Le vin contenu dans le chous représente également la boisson des enfants qui grandissent. Le traité hippocratique Du régime salutaire (fin ve siècle av. J.-C.) le recommande, mais coupé d’eau « et non tout à fait froid », avec les qualités appropriées, « qui ne gonfle pas le ventre ni ne cause de flatuosités », afin que les petits « soient moins sujets aux convulsions et qu’ils aient plus d’embonpoint et de couleur79 ». La présence du hochet dans la main de l’enfant complète le tableau. Sa manipulation renvoie à la formation de l’âme et de la raison en train de s’opérer par le rythme de la musique. Si l’enfant est représenté seul, sans adulte ni compagnon, tout parle sur le chous de ses proches et de l’attention dont il est l’objet. Sa gestualité suggère aussi un apprentissage social par l’interaction : il tend le bras vers l’extérieur de la scène, en dirigeant son regard vers celles ou ceux que l’imagier ne montre pas, mais dont la présence est rendue implicite, la mère, la nourrice ou le pédagogue. Deux vases dépeignent une scène similaire où l’enfant est assis sur son pot, sans hochet cette fois, mais en présence de la mère, imitant ses gestes ou tendant les bras vers elle80.

  • 81 Quelques chercheurs ont proposé d’identifier le « hochet d’Archytas » avec une échelette te (...)
  • 82 L’identification est parfois débattue. Autres hochets, de forme allongée ou ovoïde : van (...)
  • 83 De Rhamnonte. van Hoorn, Gerard, Choes and Anthesteria…, op. cit. no 38, fig. 295.
  • 84 Plaquettes rectangulaires en os, de Monte Sannace (région de Tarente) et Rugge (long. 12 cm (...)
  • 85 Munich Antikensammlung 2462. van Hoorn, Gerard, Choes and Anthesteria, n597, fig. 294.

50La diversité typologique des hochets conservés en métal, os et terre cuite ne correspond pas aux rares représentations de l’objet81. Sur les vases attiques, aucun idiophone n’a de forme animale. Le type le plus commun ressemble à une sorte de gourde, comme sur le chous du British Museum (fig. 1) ; le rehaut blanc pourrait indiquer ici un matériau métallique. Ailleurs l’identification est parfois incertaine82. Sur un chous conservé au Musée national d’Athènes (fig. 2 ; vers 400-390 av. J.-C.)83, une fillette debout, vêtue d’une tunique, tient le manche d’un objet de forme rectangulaire qui évoque les plaquettes en os découvertes dans des tombes d’enfant en Sicile (ivsiècle av. J.-C.)84. Elle l’agite devant un garçonnet nu agenouillé devant un tabouret sur lequel il s’appuie. Elle tient de l’autre main un gâteau, alliant ainsi l’invitation à deux plaisirs, ceux de la musique et de la nourriture. L’apprentissage du rythme est associé à celui de la danse sur un chous conservé à Munich (fig. 3 ; vers 440-400 av. J.-C.)85. Un garçonnet, nu, au corps potelé, s’avance en tenant de la main droite un hochet rectangulaire. Deux oiseaux, peut-être des canards, l’entourent, évoquant la parenté du monde animal et de l’enfance. Les trois figures semblent avancer au rythme du hochet, à la fois proches et déjà différentes.

Figure 1 – Chous attique (H. 10,5 cm)

Figure 1 – Chous attique         (H. 10,5 cm)

Londres, British Museum 1910.6-15.4.

© The Trustees of the British Museum.

Figure 2 – Chous attique (H. 8 cm)

Figure 2 – Chous attique         (H. 8 cm)

Athènes, Musée national, Inv. 1268 - CC 1878.

Photo V. Martini.

Figure 3 – Chous attique (H. 7 cm)

Figure 3 – Chous attique         (H. 7 cm)

Munich, Antikensammlungen, Museum antiker Kleinkunst 2462.

Dessin V. Dasen

Haut de page

Annexe

Abréviations

BA : Beazley Archive http://www.beazley.ox.ac.uk/​pottery/​default.htm

Dar. : Oribase, Œuvres. Texte et traduction par V. Bussemaker et Ch. Daremberg, Paris, 1851-1876, 6 vol.

Littré : É. Littré, Œuvres complètes d’Hippocrate. Traduction nouvelle avec le texte grec en regard, Paris, 1839-1861, 10 vol.

Kühn : C.G. Kühn (éd. et trad. lat.), Galeni Opera omnia, Leipzig, 1821-1833, 20 vol. (réimpr. Hildesheim 1964-1965).

Haut de page

Notes

1 Londres, British Museum, 1910.6-15.4 ; BA 11041 ; van Hoorn, Gérard, Choes and Anthesteria, Leiden, Brill, 1951, p. 148, no 665. Le vase est souvent reproduit dans les ouvrages sur la vie quotidienne en Grèce ancienne. Par exemple Fittà, Marco, Spiele und Spielzeug in der Antike, Stuttgart, Konrad Theiss, 1998, p. 75, fig. 136 ; Neils, Jennifer, Oakley, John (dir.), Coming of Age in Ancient Greece : Images of Childhood from the Classical Past, New Haven/Londres, Yale Univ. Press/Hanover N.H./Hood Museum of Art/Dartmouth College, 2003, p. 240, n41 ; Beaumont, Leslie A., Childhood in Ancient Athens. Iconography and Social History, Londres, Routledge, 2013, p. 58-59, fig. 3.11.

2 Dournon, Geneviève, « Instruments de musique du monde : foisonnement et systématiques. Essai de classification organologique », dans Nattiez, Jean-Jacques (dir.), Musiques. Une encyclopédie pour le xxie siècle, 5, L'unité de la musique, Paris/Arles, Cité de la Musique/Actes Sud, 2007, p. 843-849.

3 Les termes français utilisés par les traducteurs ne désignent cependant pas le même type d’idiophone. Dans la classification de Dournon Geneviève, « Instruments de musique du monde… », art. cité, la cliquette (ou crotale) est un idiophone par entrechoc de deux éléments semblables, la crécelle un idiophone par raclement, avec une roue dentée, le hochet un idiophone par secouement. Je remercie Florence Gétreau de cette remarque.

4 Souda, s.v. Πλαταγή : εἶδος ὀργάνου, ἦχον καὶ ψόφον ἀποτελοῦντος. ὁ δὲ πλαταγὴν χαλκευσάμενος ἐπλατάγει (trad. M. Casevitz).

5 Aristote, Politique, viii, 6, 2, 1340 b.

6 Sur les questions de chronologie, Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum, Pythagorean, Philosopher and Mathematician King, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 5-6.

7 Par ex. Smith, Christopher J., « Dead Dogs and Rattles : Time, Space and Ritual Sacrifice in Iron Age Latium », dans Wilkins, John B. (dir.), Approaches to the Study of Ritual : Italy and the Ancient Mediterranean, Londres, Accordia, p. 73-90 (Latium, viiisiècle av. J.-C., tombe d’un enfant de trois ans avec un hochet sphérique en métal) ; Bellia, Angela, Strumenti musicali e oggetti sonori nell’Italia meridionale e in Sicilia (vi-iii sec. a. C.). Funzioni rituali e contesti, Lucca, Libreria Musicale Italiana, 2012, p. 14-34.

8 Mathieu, Bernard, « Archytas de Tarente, pythagoricien et ami de Platon », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 1987, 1, p. 239-255.

9 Corpus paroemiographorum graecorum, i, 213 (Diogenianos ii, 98,1) ; Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum, op. cit., texte A, p. 302-307.

10 Ibidem, p. 303.

11 Souda, s.v. Ἀρχύτας, Ταραντῖνος […] καὶ παροιμία: Ἀρχύτου πλαταγή: ὅτι Ἀρχύτας πλαταγὴν εὗρεν, ἥτις ἐστὶν εἶδος ὀργάνου ἦχον καὶ ψόφον ἀποτελοῦντος. Répété par Hésychius, s.v. Ἀρχύτας, Ταραντῖνος.

12 Pollux, Onomasticon, ix, 127.

13 Trad. M. Casevitz.

14 Deux mots désignent ce jeu divinatoire : « Les amoureux des deux sexes jouaient au platagonion, “craque-pétale” […]. En enroulant autour des deux premiers doigts de la main gauche les feuilles de la plante appelée telephilon et en formant ainsi un cercle, on frappe dessus avec le plat de l'autre main, et si la feuille, fendue par le coup, rend un bruit sonore, on pense que les amoureux se souviennent l’un de l'autre. »

15 Cf. Plaute, Rudens, 536 : « claquer des dents », crepito dentibus ; Properce, Élégies, 3, 10, 4 : « applaudir », crepuere manibus. Crepundia appartient à la même famille, mais désigne les breloques qui servent d’amulettes ; Plaute, Le soldat fanfaron, 1399 : quasi puero in collo pendeant crepundia.

16 Martial, Épigrammes, xiv, 54 : Si quis plorator collo tibi vernula pendet, Haec quatiat tenera garrula sistra manu.

17 Apulée, Métamorphoses, xi, 4 (trad. rev. par F. Gétreau) : Nam dextra quidem ferebat aereum crepitaculum, cuius per angustam lamminam in modum baltei recuruatam traiectae mediae paucae uirgulae, crispante brachio trigeminos iactus, reddebant argutum sonorem.

18 Hippocrate, Du fœtus de 8 mois, 9, 8 (Littré vii, 450) : « Ils ne rient ni ne pleurent spontanément avant quarante jours. Ils ne rient même pas avant ce même laps de temps si on les touche ou les chatouille : leurs facultés sont émoussées par les mucosités. »

19 Aristote, Génération des animaux, v, 1, 778b. Voir aussi Aristote, Génération des animaux, v, 1, 779a : « Les enfants au début, restent endormis plus de temps que les autres animaux. »

20 Aristote, Histoire des animaux, vii, 12, 588a. Dans la médecine humorale hippocratique, tous les changements sont dangereux car ils créent un déséquilibre.

21 Hippocrate, Du régime, i, 33 (Littré VI, 510-513). Répété par Galien, Hygiène, 1, 7 (Kühn 6, 31-37). Aristote, Problèmes, i, 19, 861b. Voir les sources rassemblées par Hanson, Ann Ellis, « “Your Mother Nursed you with Bile”: Anger in Babies and Small Children », dans Braund, Susanna, Most, Glenn W. (dir.), Ancient Anger : Perspectives from Homer to Galen, Cambridge, Cambridge University Press, p. 185-207.

22 Hippocrate, Du fœtus de 8 mois, 9, 8 (Littré vii, 450) : « S’ils échappent aux quarante jours, plus forts et plus intelligents en effet ils voient plus clairement la lumière et entendent le bruit, chose qu’ils ne pouvaient faire auparavant. »

23 Cf. Delaisi de Parseval, Geneviève, Lallemand, Suzanne, L’art d'accommoder les bébés, 100 ans de recettes françaises de puériculture, Paris, Seuil, 1980.

24 Platon, Lois, vii, 791e.

25 Ibidem, 791a-792a.

26 Aristote, Politique, vii, 17, 6, 1336a. À Sparte, cependant, selon Plutarque, les nourrices doivent habituer les enfants à se retenir de pleurer, Vie de Lycurgue, 16, 4.

27 Soranos, Des maladies des femmes, ii, 13. Rufus d’Éphèse (iisiècle apr. J.-C.) aurait également préconisé les pleurs des enfants comme un exercice et un moyen d’expulser salive et mucus ; cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160). Sur la pédiatrie à l’époque romaine, Bertier, Janine, « La médecine des enfants à l’époque impériale », anrw, ii, 37, 3, 1996, p. 2147-2227 ; Hummel, Christine, Das Kind und seine Krankheiten in der griechischen Medizin. Von Aretaios bis Johannes Aktuarios (1. bis 14. Jahrhundert), Frankfurt am Main etc., 1999 ; Mudry, Philippe, « Non pueri sicut uiri. Petit aperçu de pédiatrie romaine », dans Dasen, Véronique (dir.), Naissance et petite enfance dans l’Antiquité romaine, Fribourg/Göttingen, Academic Press/Vandenbroeck & Ruprecht, 2004, p. 451-462.

28 Voir aussi Celse, De la médecine, 10, 11. Les frayeurs sont aussi dangereuses pour la femme enceinte car elles peuvent causer un avortement ; Hippocrate, Maladies des femmes, i, 25 (Littré VIII, 66).

29 Aphorismes, 3, 24 (Littré iv, 497) : Ἐν δὲ τῇσιν ἡλικίῃσι τοιάδε ξυμβαίνει· τοῖσι μὲν σμικροῖσι καὶ νεογνοῖσι παιδίοισιν, ἄφθαι, ἔμετοι, βῆχες, ἀγρυπνίαι, φόβοι, ὀμφαλοῦ φλεγμοναὶ, ὤτων ὑγρότητες.

30 Hippocrate, De la maladie sacrée, 10 (Littré vi, 378-381).

31 Patera, Maria, Figures grecques de l’épouvante de l’antiquité au présent, Peurs enfantines et adultes (Mnemosyne suppl. 376), Leiden, Brill, 2014.

32 Rufus d’Éphèse, cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160-161). L’expression se trouve déjà chez Hippocrate, Airs, eaux, lieux, 3 (Littré ii 18), mais sans référence aux frayeurs. Sur cette maladie, voir dans ce volume Gaillard-Seux, Patricia, « L’épilepsie de l’enfant dans l’Antiquité (ier-ve siècles) : prévention et traitement ».

33 Hésychius, s.v. Mombrô et Mommô ; Patera Maria, Figures grecques de l’épouvante…, op. cit., p. 118.

34 Platon, République, ii, 381a, 2-6.

35 Soranos, Maladies des femmes, ii, 13. Voir aussi Rufus d’Éphèse, cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160-161) : « On évitera aussi, plus que toute autre chose, la frayeur, les grands bruits et les cris à l’oreille, et on n’essayera pas de les effrayer subitement par l’apparition de spectres, ou de quelque autre vision. »

36 Basile de Césarée, Homilia dicta tempore famis et siccitatis, Patrologia graeca, éd. J.-P. Migne, vol. 31, Paris, 1857, col. 328, 27-31 ; Patera, Maria, Figures grecques de l’épouvante…, op. cit., p. 306-307.

37 Platon, Lois, vii, 790c-e. Relevons que Platon, Lois, vii, 789e-790a préconise de bercer l’enfant dans le ventre déjà pour le former : « La femme enceinte se promènera : elle modèlera (πλάττειν) son nouveau-né comme une cire tant qu’il est tendre. »

38 Platon, Lois, vii, 790e : καθάπερ ἡ τῶν ἐκφρόνων βακχειῶν ἰάσεις, ταύτῃ τῇ τῆς κινήσεως ἅμα χορείᾳ καὶ μούσῃ χρώμενα. Une incantation chasse les peurs enfantines causées par les mormolukeia ; Platon, Phédon, 77e, 3-7.

39 Pollux, Onomasticon, ix, 127, utilise aussi le verbe psychagogousai pour désigner le pouvoir calmant du chant des berceuses.

40 Cité par Oribase, Livres incertains, 20 (Dar. iii, 160-161).

41 Sur les berceuses grecques, Wærn, Ingrid, « Greek Lullabies », Eranos, 58, 1960, p. 1-8 ; Karanika, Andromache, Voices at Work. Women, Performance, and Labor in Ancient Greece, Baltimore, Maryland, Johns Hopkins University Press, 2014, p. 160-164. Sur la proximité du sommeil et de la mort, Pseudo-Plutarque, Résumé des opinions des philosophes, 24, Œuvres morales, 909e-f.

42 Le contexte narratif des berceuses est souvent associé à un moment de danger ; Pache, Corinne O., Baby and Child Heroes in Ancient Greece, Urbana and Chicago, Illinois Press, 2004, p. 107-112.

43 Théocrite, Idylle, xxiv, 6-10.

44 Pline, Histoire naturelle, xxviii, 257 ; xxxii, 137.

45 Dents et défenses animales enfilées sur un bracelet avec divers éléments sonores (monnaie percée, clochette) : Dasen, Véronique, « Protéger l’enfant : amulettes et crepundia », dans Gourevitch, Danielle, Moirin, Anna, Rouquet, Nadine (dir.), Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine, Catalogue de l’exposition, Bourges, Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003-28 mars 2004, Bourges, Éditions de la ville de Bourges, Service d’archéologie municipal, 2003, p. 172-177. Sur les amulettes prévenant d’autres maux, voir dans ce volume Husquin Caroline, « Perceptions et accompagnements de l’atteinte physique chez l’enfant dans l’Antiquité romaine ».

46 Par ex. Jouer dans l’Antiquité, 1990, p. 51-52.

47 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, 2, 1052-1257 : « Mais, agitant dans ses mains une cliquette de bronze, il faisait du vacarme sur une guette élevée et les oiseaux, pris d’une frayeur terrible, fuyaient au loin en poussant des cris. » Ἀλλ' ὅγε χαλκείην πλατάγην ἐνὶ χερσὶ τινάσσων δούπει ἐπὶ σκοπιῆς περιμήκεος. Voir aussi Diodore de Sicile, iv, 13, 2, 1-12 (platagê) ; Apollodore, Bibliothèque, ii, 6, 1-12 (krotalon). Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum…, op. cit., p. 304-305.

48 Sur l’iconographie de cet épisode, Woodford, Susan, s.v. Herakles, dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Zürich/Munich, V, 1990, p. 54-57, nos 2241 à 2283, pl. 71-72 (fronde/arc et flèches).

49 Plutarque, Isis et Osiris, 63, Œuvres morales 376c-d. Sur le rapport de ce mouvement avec la philosophie atomiste, Kolotourou, Katarina, « Musical Rhythms from the Cradle to the Grave », dans Matthew Haysom et Jenny Wallensten (dir.), Current Approaches to Religion in Ancient Greece (Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, Series in 8, 21), Stockholm, Stockholm Universitet, 2011, p. 180-181.

50 Porphyre, Vie de Pythagore, 41. Sur la sonorité exceptionnelle du bronze, associée à des rites de purification, Tupet, Anne-Marie, La magie dans la poésie latine. Des origines à la fin du règne d’Auguste, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 39-43 ; Villing, Alexandra, « For Whom Did the Bell Toll in Ancient Greece », The Annual of the British School at Athens, 97, 2002, p. 289-291 ; Kolotourou, Katarina, « Musical Rhythms… », art. cit., p. 185-186.

51 Columelle, De l’agriculture, ix, 12, 2.

52 Ovide, Fastes, vi, 132-168 ; Sorlin, Irène, « Striges et Geloudes. Histoire d'une croyance et d'une tradition », Travaux et Mémoires. Centre de recherche d’histoire et de civilisation byzantine, 11, 1991, p. 411-436 ; Dasen Véronique, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, Rennes, PUR, 2015, p. 290-293.

53 Villing, Alexandra, « For Whom Did the Bell Toll… », art. cit., p. 290.

54 Callimaque, Hymne à Zeus, 50-52 : « Autour de toi les Courètes menaient leur danse pressée, frappant leurs armes, pour qu’aux oreilles de Cronos vînt le fracas du bouclier, et non pas ton vagissement d’enfant. »

55 Bellia, Angela, Strumenti musicali…, op. cit., p. 19-33 (ive s.iècle av. J.-C. : fig. 30 : cochonnet ; fig. 31 : enfant chevauchant un chien ; fig. 32 : coq), ép. hellénistique : fig. 33-34 : enfant au berceau). L’auteure relève que certaines sonnailles ne sont probablement pas des hochets pour enfants (p. ex. fig. 26 : grenade, vie siècle av. J.-C.). Voir aussi Eadem, « La musica e l’infanzia nel mondo antico », dans Chiara Terranova (dir.), La presenza degli Infanti nelle Religioni del Mediterraneo Antico: la vita e la morte, i rituali e i culti tra Archeologia, Antropologia e Storia delle Religioni, Roma, Aracne, 2014, p. 54-71. La fonction des hochets en terre cuite en forme de porcelet et de chouette n’est probablement pas ludique, mais religieuse ; Buchholz, Hans-Günter, « Tönerne Rasseln aus Zypern », Archäologischer Anzeiger, 2, 1966, p. 140-151 ; Idem, « Kyprische Eulenrasseln », Archaeologia Cypria, 2, 1990, p. 33-51; Kolotourou, Katerina, « Music and Cult, the Significance of Percussion and the Cypriote Connection », dans Karagheorgis, Vassos, Matthäus, Hartmut, Rogge, Sabine (dir.), Proceedings of an International Symposium on Cypriote Archaeology, Erlangen, 23-24 July 2004, Möhnesee-Wamel, Bibliopolis, 2005, p. 186-187.

56 P. ex. Pitarakis, Brigitte, « The Material Culture of Childhood in Byzantium », dans Arietta Papaconstantinou et Alice-Mary Talbot (dir.), Becoming Byzantine. Children and Childhood in Byzantium, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 2009, p. 219-222, fig. 18-19 (chien et coq) ; Messineo, Gaetano, « Puerilia crepitacula? », Rivista di Studi Pompeiani, 5, 1991-1992, p. 119-132 (porcelet, buste féminin) ; Pfäffli, Barbara, « Rasseln für Kinder aus Augusta Raurica », Jahresberichte aus Augst und Kaiseraugst, 35, 2014, p. 141-156 (coq, objets imitant l’osier).

57 Par ex. Jouer dans l’Antiquité, 1991, p. 51, fig. 11 (cucullatus) ; Dasen, Véronique, Le sourire d’Omphale…, op. cit., p. 127, fig. 4.7 (dea nutrix ou nourrice allaitant un enfant).

58 Aristote, Éthique à Nicomaque, ii, 1-2, 1103b, 23-25 : « L’importance de contracter telle ou telle habitude dès la prime jeunesse n’est donc pas négligeable, mais tout à fait décisive. »

59 Platon, Lois, vii, 791 c.

60 Plutarque, De l’éducation des enfants, 5f, Œuvres morales 3d : « Et il y a toute chance que le poète Phocylide donne un bon conseil quand il dit : “Il faudrait, dès l’enfance, enseigner à bien faire” » Κινδυνεύει δὲ καὶ Φωκυλίδης ὁ ποιητὴς καλῶς παραινεῖν λέγων Χρὴ παῖδ´ ἔτ´ ἐόντα καλὰ διδάσκειν ἔργα.

61 Platon, Lois, ii, 653b-654a. Voir aussi Platon, Protagoras, 326 b (sur la nécessité de l’eurythmia et l’euarmostia) ; Kolotourou Katerina, « Musical Rhythms… », art. cit., p. 180.

62 Aristote, Problèmes, xix, 38, 902b.

63 Ibidem.

64 Strabon, x, 3, 10.

65 Platon, Cratyle, 405 a-405 d.

66 Porphyre, Sur les harmoniques de Ptolémée, i, 3 ; Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum, op. cit., Fragment 1, l. 7-43 (A, B, p. 103-108, 129-148).

67 Aristote, Politique, viii, 6, 3, 1340 b : « Ainsi donc, la musique doit s’enseigner d’une façon pratique par des exercices auxquels on prend part, comme le montrent clairement les considérations précédentes. »

68 Aristote, Politique, viii, 6, 2, 1340 b.

69 Platon, Protagoras, 326 a-b.

70 Aristote, Politique, viii, 5, 25, 1340 b.

71 Lucrèce, De la nature, v, 229-230.

72 Ibidem.

73 Élien, Histoire variée, xii, 15. Voir aussi Athénée, Les Deipnosophistes, xii, 519 b ; Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum…, op. cit., p. 297-302, A8, A10.

74 Léonidas de Tarente, Anthologie Palatine, vi, 309.

75 Lynch, Kathleen M. et Papadopoulos, John K., « Sella Cacatoria : A Study of the Potty in Archaic and Classical Athens », Hesperia, 75, 2006, p. 1-32 ; Villing Alexandra, dans Stampolidis, Nicholas Chr., Tassoulas, Yorgos (dir.), Hygieia. Health, Illness, Treatment from Homer to Galen, Athènes, Museum of Cycladic Art, 2014, no 16, p. 120-121.

76 Sur l’observation du méconium et des selles des bébés, Aristote, Histoire des animaux, vii, 10, 587a 28-33, et vii, 11, 587b 7-8.

77 Cf. Aristophane, Les Nuées, 863-864 : « La première obole que je reçus comme héliaste, je l’employai à t’acheter, aux Diasia, un petit chariot » ; Beaumont, Leslie A., Childhood in Ancient Athens…, op. cit., p. 78.

78 Neils, Jennifer, « Children and Greek Religion », dans Neils, Jennifer, Oakley, John (dir.), Coming of Age in Ancient Greece…, op. cit., p. 145-147.

79 Hippocrate, Du régime salutaire, 6 (Littré, vi, 80-83). Sur la prescription de vin coupé d’eau pour les enfants, voir aussi par ex. Hippocrate, Des airs, des eaux et des lieux, ix (Littré, ii, 40-41). Aristote, Politique, vii, 16, 1, 1335b et Histoire des animaux, vii, 12, 588a, 3-10 déconseille cependant de donner du vin aux enfants, directement ou par le lait de la nourrice, car il peut causer les convulsions redoutées. Sur l’usage probatoire du vin à Sparte, voir aussi dans ce volume Damet, Aurélie, « De Sparte à l’île du Soleil » ; sur le rôle qu’on lui attribuait dans l’épilepsie et les convulsions, voir aussi dans ce volume Gaillard-Seux, Patricia, « L’épilepsie de l’enfant dans l’Antiquité (ier-ve siècles) : prévention et traitement ».

80 Scènes similaires : coupe attique à fond blanc, médaillon à figures rouges (vers 460 av. J.-C.), Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire A 890, ARV2 771, 1, Add2 287 ; BA 209536 (P. de Sotades) ; lécythe attique à figures rouges (475-460 av. J.-C.), Berlin, Antikensammlung, Staatliche Museen F 2209 ; ARV2 1587.2 ; Crelier, Marie-Claire, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr. Eine archäologische Annäherung, Remshalden 2008, K1 B et L7 (avec illustrations).

81 Quelques chercheurs ont proposé d’identifier le « hochet d’Archytas » avec une échelette telle que figurée sur des vases d’Italie du sud du ive siècle av. J.-C. ; Smith, Henry W.R., Funerary Symbolism in Apulian Vase Painting, Berkeley, University of California Press, 1976, p. 129-132. Cette interprétation est aujourd’hui rejetée : Huffman, Carl A., Archytas of Tarentum…, op. cit., p. 305-306.

82 L’identification est parfois débattue. Autres hochets, de forme allongée ou ovoïde : van Hoorn, Gerard, Choes and Anthesteria…, op. cit., no 239, fig. 293 (de l’Agora d’Athènes), no 551, fig. 291, et n925, fig. 399 (d’une nécropole de Tarente). Cf. Hatzivassiliou, Eleni, « The Attic Phormiskos : Problems of Origin and Function », Bulletin of the Institute of Classical Studies, 45, 2001, p. 113-148.

83 De Rhamnonte. van Hoorn, Gerard, Choes and Anthesteria…, op. cit. no 38, fig. 295.

84 Plaquettes rectangulaires en os, de Monte Sannace (région de Tarente) et Rugge (long. 12 cm, larg. 2,4-3,2 cm) ; Bellia, Angela, Strumenti musicali…, op. cit., p. 15-16, fig. 14-16.

85 Munich Antikensammlung 2462. van Hoorn, Gerard, Choes and Anthesteria, n597, fig. 294.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Chous attique (H. 10,5 cm)
Légende Londres, British Museum 1910.6-15.4.
Crédits © The Trustees of the British Museum.
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/3697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2 – Chous attique (H. 8 cm)
Légende Athènes, Musée national, Inv. 1268 - CC 1878.
Crédits Photo V. Martini.
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/3697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 3 – Chous attique (H. 7 cm)
Légende Munich, Antikensammlungen, Museum antiker Kleinkunst 2462.
Crédits Dessin V. Dasen
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/3697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Dasen, « Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 124-3 | 2017, 89-107.

Référence électronique

Véronique Dasen, « Le hochet d’Archytas : un jouet pour grandir », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.3697

Haut de page

Auteur

Véronique Dasen

Professeure d’archéologie classique, université de Fribourg, membre associé de l'UMR 8210 ANHIMA, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page