Navigation – Plan du site

La Confédération de Varsovie du 28 janvier 1573 : une politique de tolérance au service des privilèges nobiliaires

The confederation of Warsaw of 28 January 1573: a policy of toleration at the service of noble privilege
Laurent Tatarenko
p. 9-23

Résumés

Le texte promulgué à l’occasion de la Diète de 1573, avant l’élection d’Henri de Valois au trône de Pologne, est souvent considéré comme le compromis le plus abouti dans le contexte des tensions religieuses nées de la Réforme. Il est aussi présenté comme l’expression du particularisme politique de la République polono-lituanienne qui aurait fait de la « tolérance » un véritable mode de gouvernement. Pourtant, derrière cette reconnaissance des libertés religieuses se révèle être le renforcement du pouvoir local de la noblesse à la fois par rapport aux institutions ecclésiastiques et face à l’autorité royale. L’article propose de réexaminer comment cet État a su se préserver, pour un temps, des déchaînements de la violence confessionnelle en déplaçant la confrontation religieuse de la scène publique vers les juridictions des seigneurs privés et des communautés urbaines. Ce transfert implicite constitue également l’une des raisons des bouleversements survenus à la suite des guerres des années 1640-1660, qui ont fini par rendre caducs les anciens équilibres et forger l’imaginaire d’une Pologne-Lituanie définie comme un « bastion du catholicisme ».

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Pologne, Lituanie
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un moment de rénovation politique
Entre pluralisme et privilèges nobiliaires
Les limites d’un compromis inabouti

Aperçu du texte

Dans l’historiographie consacrée aux paix de religion et aux édits de tolérance, qui ont vu le jour dans l’Europe du xvie siècle, le texte de l’accord de 1573, connu sous le nom de Confédération de Varsovie, occupe une place singulière en raison de la nature même de l’acte et des principes qu’il instaurait dans la pratique de l’État. Son importance est également mise en évidence par la chronologie puisque ce compromis a vu le jour peu après les événements de la Saint-Barthélemy, offrant en apparence un contre-exemple aux luttes confessionnelles survenues dans le royaume de France. Depuis les débats qu’il a suscités chez les contemporains et jusqu’à nos jours, le document a su s’assurer une renommée continue puisque, en 2003, il a même été inscrit sur le registre « Mémoire du Monde » de l’unesco.

L’attention accordée à ce texte par les historiens explique que les articles de la Confédération de Varsovi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Tatarenko, « La Confédération de Varsovie du 28 janvier 1573 : une politique de tolérance au service des privilèges nobiliaires », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 9-23.

Référence électronique

Laurent Tatarenko, « La Confédération de Varsovie du 28 janvier 1573 : une politique de tolérance au service des privilèges nobiliaires », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3761 ; DOI : 10.4000/abpo.3761

Haut de page

Auteur

Laurent Tatarenko

Docteur en histoire, professeur assistant à l’Institut de l’Europe du Centre-Est (Lublin, Pologne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page