Navigation – Plan du site

La Tolérance des religions de Henri Basnage de Beauval (1684)

The Tolérance des religions by Henri Basnage de Beauval (1684)
Sara Graveleau
p. 45-57

Résumés

Lorsque la Tolérance des Religions sort des presses de Hollande, le protestantisme français est à l’agonie. Ce traité est le fruit d’une réaction désespérée de la part d’un huguenot, Henri Basnage de Beauval (1656-1710), qui s’inquiète pour l’avenir de sa communauté confessionnelle. Il y dénonce les persécutions orchestrées par une Église catholique corrompue et rebelle à l’autorité légitime des Bourbons sur la Couronne de France. Ce texte est aussi un appel, de la part d’un protestant profondément attaché à la monarchie absolue, au « bon vouloir » de Louis XIV. L’auteur réclame en effet la mise en place d’une tolérance civile qui, selon lui, est nécessaire à la préservation de la paix dans le royaume et à « l’émulation positive des religions concurrentes ». Cette tolérance des plus pragmatiques n’est autre qu’un retour à l’édit de Nantes des origines, purifié de toute interprétation rigoriste. Son application devrait contribuer à la gloire du Roi-Soleil en Europe, l’érigeant en monarque soucieux du bonheur de ses sujets. Le sieur de Beauval justifie cette demande par l’idée que les huguenots sont de bons chrétiens mais surtout de bons français qui méritent d’être récompensés pour leur loyauté. Si ce traité est le premier d’un ensemble de textes dédiés à la tolérance qui apparaissent dans le sillage de l’édit de Fontainebleau de 1685, il ne peut être considéré comme complètement innovant. Il construit effectivement sa théorie à partir de ses propres lectures de théologiens protestants aussi bien que catholiques. Influencé par des auteurs comme Castellion, Locke ou encore Bayle, il propose cependant des arguments originaux qui, à leur tour, sont pris en compte par d’autres théoriciens de la tolérance.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un appel au « Bon plaisir » du roi ?
Les bénéfices de la tolérance civile
Le roi doit assurer le bonheur de ses sujets
Convaincre de la supériorité du protestantisme
Une Église romaine corrompue et rebelle
Le protestant : bon chrétien et bon français
Un homme de son temps
Les lectures d’Henri Basnage de Beauval
Influences réciproques avec d’autres théoriciens de la tolérance

Aperçu du texte

« On voit les Ecclesiastiques turbulens & impetueux faire paroistre des livres pour persuader au Roy qu’un edit solennel qui devoit estre comme une Barriere inebranlable entre les deux Religions, & que le temps avoit pour ainsi dire consacré, peut estre aboli sans injustice […]. » Cette phrase, écrite par Henri Basnage de Beauval en 1684 dans sa Tolérance des religions, sonne comme une prémonition : et si Louis XIV, dans sa dynamique antiprotestante toujours plus exacerbée, allait jusqu’à révoquer l’irrévocable ?

En effet, lorsque l’avocat rouennais rédige ce traité, la situation des protestants français est des plus délicates. Pour une application « à la rigueur » de l’édit de Nantes, tout un arsenal de lois exploite les failles juridiques de l’édit pour limiter au maximum les concessions faites aux réformés. Janine Garrisson parle ainsi, pour la période allant de 1657 à 1682, d’un « étouffement à pe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Graveleau, « La Tolérance des religions de Henri Basnage de Beauval (1684) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 45-57.

Référence électronique

Sara Graveleau, « La Tolérance des religions de Henri Basnage de Beauval (1684) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3770 ; DOI : 10.4000/abpo.3770

Haut de page

Auteur

Sara Graveleau

Doctorante en histoire moderne, université d’Angers, TEMOS FRE 2015

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page