Navigation – Plan du site

De la tolérance à la liberté de religion : les pouvoirs face à la question protestante, France, 1685-1791

From toleration to freedom of religion: the authorities and the Protestant question in France, 1685-1791
Luc Daireaux
p. 59-70

Résumés

Il s’agit ici d’interroger la tolérance non dans la seule perspective philosophique mais en termes juridiques et politiques. La communication revient sur le point de vue des autorités législatives et judiciaires françaises ainsi que sur le chemin, parfois sinueux, qui conduit au triomphe de la liberté de religion, dans le droit et la pratique, au tournant des années 1780-1790. Tout au long du xviiie siècle, confronté notamment à la persistance du protestantisme et à la multiplication des mariages et des enterrements illégaux, le pouvoir royal cherche à imaginer des solutions nouvelles, jusqu’au point de proposer un état civil pour les non catholiques, en 1787. La Révolution, sans épuiser le concept, renvoie cependant la tolérance au passé, celle d’une période sans liberté et sans égalité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Quelle condition juridique pour les protestants après 1685 ?
Le pouvoir royal face à un double défi : les sépultures et les mariages protestants
Vers l’édit de 1787 et au-delà

Aperçu du texte

Pour bien comprendre la notion de tolérance telle qu’elle s’exprime dans les textes des xviie et xviiie siècles, il faut nécessairement faire un détour par le lexique et ses évolutions. Le terme est utilisé de manière très restrictive au tournant du Grand Siècle. Il suffit de rappeler la définition proposée par Antoine Furetière dans son Dictionnaire publié de manière posthume en 1690 : « patience par laquelle on souffre, on dissimule quelque chose ». En 1702, cette définition est reprise et enrichie par le juriste normand exilé aux Provinces Unies, Henri Basnage : « Le mot de tolérance enferme en soi une condamnation tacite de la chose tolérée : elle signifie un support charitable et pacifique de ce que l’on n’approuve pas. » À la fin du siècle des Lumières, le terme n’a pas encore la charge positive qu’il revêt aujourd’hui. Dans un discours prononcé à l’Assemblée constituante le 7 mai 1791, Charles Maurice de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Daireaux, « De la tolérance à la liberté de religion : les pouvoirs face à la question protestante, France, 1685-1791 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 59-70.

Référence électronique

Luc Daireaux, « De la tolérance à la liberté de religion : les pouvoirs face à la question protestante, France, 1685-1791 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3772 ; DOI : 10.4000/abpo.3772

Haut de page

Auteur

Luc Daireaux

Docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire HisTeMé, université de Caen (EA 7455)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page