Navigation – Plan du site

Une tolérance à géométrie variable : catholiques et protestants, chrétiens et juifs, pouvoir royal et francisation

Metz au xviie siècle
Varying degrees of toleration: Catholics and Protestants, Christians and Jews, royal power and Frenchification. 17th century Metz
Julien Léonard
p. 97-109

Résumés

La ville de Metz (20 000 habitants), sous protection française depuis 1552, puis en voie de francisation politique jusqu’à l’annexion officielle en 1648, constitue un laboratoire à part pour observer la coexistence confessionnelle et la tolérance accordée par la monarchie au xviie siècle. On y voit la présence d’une forte minorité réformée (entre la moitié et le cinquième de la population) qui bénéficie de certaines libertés inconnues sous le régime de l’édit de Nantes, et d’une petite minorité juive, protégée par la monarchie malgré le renouvellement de l’édit d’expulsion du royaume en 1615.

La tolérance accordée à ces deux communautés par le pouvoir politique est à géométrie variable. Tandis que les réformés connaissent un sort de moins en moins favorable de la part des autorités et du clergé catholique, jusqu’à devoir connaître les effets de la révocation de l’édit de Nantes qui supprime leur liberté de culte (1685), les juifs continuent à être protégés, malgré l’hostilité des chrétiens locaux. Il faut y voir une volonté très pragmatique de ne tenir compte que des intérêts (géo)-politiques et économiques les plus immédiats de la monarchie, aux échelles locale et nationale, dans une ville de frontière hautement stratégique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle

Noms de lieux :

Metz
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une ville, trois cultes : un cas exceptionnel, fruit d’un héritage
Une tolérance remise en cause : l’érosion des privilèges des réformés
Une tolérance imposée : les juifs, instruments de la francisation ?

Aperçu du texte

En regard des situations bien étudiées de coexistence confessionnelle au sein du royaume de France aux xvie et xviie siècles, mais aussi dans les zones impériales frontalières, le cas de la ville de Metz (20 000 habitants environ) constitue une originalité qu’il ne faut certes pas exagérer, mais dont il faut analyser les causes. En effet, elle bénéficie d’un régime de coexistence entre catholiques et réformés proche de celui de l’édit de Nantes. La communauté réformée y est puissante, nombreuse et bien établie. Mais surtout, et c’est là que réside la principale originalité, la ville abrite une communauté juive. Ces juifs de Metz sont des privilégiés, ils sont exempts de l’application de l’édit d’expulsion de 1394 et de son renouvellement en 1615. Ils ont été officiellement autorisés à s’installer au milieu des années 1560 par les agents du roi de France, notamment pour des raisons financières et économique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Léonard, « Une tolérance à géométrie variable : catholiques et protestants, chrétiens et juifs, pouvoir royal et francisation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 97-109.

Référence électronique

Julien Léonard, « Une tolérance à géométrie variable : catholiques et protestants, chrétiens et juifs, pouvoir royal et francisation », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3777 ; DOI : 10.4000/abpo.3777

Haut de page

Auteur

Julien Léonard

Maître de conférences en histoire moderne, université de Lorraine – CRULH (EA 3945), Nancy

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page