Navigation – Plan du site

Une intolérance bien légère ? Les judaïsants d'Anvers (xvie et xviie siècles)

Just a slight intolerance? The Judaisers of Antwerp (16th and 17th centuries)
Natalia Muchnik
p. 111-122

Résumés

Aux xvie et xviie siècles, Anvers accueille de nombreux nouveaux-chrétiens d’origine juive exilés de la péninsule Ibérique et que l’on désigne alors comme Portugais. L’implantation de ces « marchands portugais », que l’on soupçonne de crypto-judaïsme, suscite des conflits de juridiction entre les différents pouvoirs en présence et fait apparaître les divergences existant entre les autorités locales et les Habsbourg qui alternent répression et privilèges. Les fluctuations des politiques à l’égard des judéoconvers interrogent la dimension pragmatique de la tolérance dans une terre en principe soumise à la surveillance inquisitoriale. Ce pragmatisme, et les contradictions de l’« illusion de l’invisibilité » de la déviance, s’expriment d’ailleurs avec force au milieu du xviie siècle dans le projet d’établissement d’une communauté juive officielle, dans les environs d’Anvers, alors même que le Saint-Office frappe durement les marranes en Espagne.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Anvers
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les aléas de la politique espagnole
Le crypto-judaïsme anversois ou l’illusion de l’invisibilité
Le projet Borgerhout : une communauté juive en terre d’Inquisition

Aperçu du texte

En mars 1541, deux nouveaux-chrétiens d’origine juive, Luis et Marco Fernandez, sont brûlés vifs à Middelburg, en Zélande, dans ce qui est encore les Pays-Bas espagnols, pour avoir refusé de reconnaître la divinité du Christ et sa crucifixion par les juifs. L’épisode, relativement rare dans la région, révèle toutefois la présence des judéoconvers ibériques dans les Pays-Bas méridionaux, dont certains crypto-judaïsants (ou marranes) notoires. Dès avant la fin du xve siècle, les autorités municipales de ces cités prospères, et en premier lieu d’Anvers, alors véritable capitale atlantique, comme du reste les Habsbourg, n’ont cessé de leur accorder des privilèges renouvelés tout au long du siècle et au-delà. De son côté, l’Inquisition, réorganisée dans les années 1520, et dont la structure diffère largement de ses homologues ibériques (notamment par son degré de centralisation), semble peu active en la m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « Une intolérance bien légère ? Les judaïsants d'Anvers (xvie et xviie siècles) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 111-122.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « Une intolérance bien légère ? Les judaïsants d'Anvers (xvie et xviie siècles) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3779 ; DOI : 10.4000/abpo.3779

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

Maître de conférences en histoire moderne à l’EHESS, Centre de recherches historiques (CRH UMR 8558)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page