Navigation – Plan du site

La tradition laïque tchèque, héritage de l'intolérance de l'époque moderne : problème historiographique ou question historique ?

The Czech secular tradition, an inheritance of the Early Modern era: an historiographical problem of an historic question?
Nicolas Richard
p. 123-136

Résumés

Au concile Vatican II, le cardinal Beran fit une intervention plus ou moins célèbre. Lors du débat sur la liberté religieuse, l’archevêque-primat de Prague, sorti peu avant des geôles communistes, fit de la conversion de la Bohême avec l’appui du bras séculier au xviie siècle la cause d’un « traumatisme », qui expliquait la déprise religieuse contemporaine en Tchécoslovaquie communiste. Au-delà d’une lecture en miroir anti-communiste évidente, le primat utilisait un argument historique important, qui était l’appui essentiel de son propos. L’article examine la relation entre ces deux phénomènes très éloignés dans le temps, et conclut à son inexistence. Il s’attache ensuite à retracer la généalogie de cette erreur historique, et cherche à comprendre comment, par un curieux paradoxe, l’historiographie catholique se trouva, dans la dernière moitié du xxe siècle, la dernière à la défendre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Fondement historique d’une conception de l’histoire
Généalogie d’une conception historique
Un problème d’histoire des idées

Aperçu du texte

Ainsi voit-on dans ma patrie [la Bohême] l’Église catholique faire en notre époque une douloureuse expiation pour les défauts et péchés commis en son nom par le passé contre la liberté de conscience, comme fut au xve siècle l’exécution par le feu du prêtre Jan Hus et au xviie siècle la contrainte perpétuelle exercée sur une grande partie du peuple bohême pour le faire embrasser à nouveau la foi catholique, selon le principe « cuius regio, eius religio » mis en œuvre. Par de tels actes du bras séculier, voulant ou prétendant servir l’Église catholique, en vérité il resta une blessure dans le cœur du peuple. Et ce « traumatisme » constitua et constitue un obstacle au progrès de la vie spirituelle et un matériau facile d’agitation pour les ennemis de l’Église.
Ainsi l’histoire nous avertit de déclarer dans ce Concile le principe de la liberté religieuse et de la liberté de conscience par des claires paroles, et sans aucune restriction qui découlerait de raisons opportunistes.

L’intervent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Richard, « La tradition laïque tchèque, héritage de l'intolérance de l'époque moderne : problème historiographique ou question historique ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-1 | 2018, 123-136.

Référence électronique

Nicolas Richard, « La tradition laïque tchèque, héritage de l'intolérance de l'époque moderne : problème historiographique ou question historique ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3781 ; DOI : 10.4000/abpo.3781

Haut de page

Auteur

Nicolas Richard

Docteur en histoire, IRER, Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page