Navigation – Plan du site

Les miracles posthumes de saint Aubin d’Angers

Élisabeth Carpentier et Georges Pon
p. 37-62

Résumés

Le culte de saint Aubin a commencé très tôt puisque Grégoire de Tours rapporte deux de ses miracles. Déposé depuis le vie siècle dans une basilique suburbaine qui a pris le nom de saint Aubin, le corps du saint évêque reposait au xie siècle dans la crypte de l’abbatiale du puissant monastère angevin. C’est là qu’eurent lieu la plupart des miracles. Ils sont rassemblés dans deux groupes de récits, écrits l’un et l’autre au xie siècle. Il s’agit surtout de récits de guérison, mais ils nous renseignent aussi sur divers aspects de la vie quotidienne. Composés par des moines de saint Aubin, ces miracles du xie siècle témoignent à la fois de l’activité du scriptorium de l’abbaye et de la ferveur qui entourait la tradition hagiographique du saint fondateur.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Angers
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les miracles
Miracles anciens : guérison du paralytique et de la femme aveugle
Deux miracles rapportés par Grégoire de Tours (573-598)
Versions postérieures
a. Guérison du paralytique
b. Guérison de la femme aveugle (op. cit., p. xiv)
Autre miracle du xie siècle : guérison miraculeuse d’un moine [bourguignon] par Dieu, faite par l’intercession de saint Aubin
Leçon 1
Leçon 2
Leçon 3.
Leçon 4
Leçon 5
Leçon 6
Leçon 7
Leçon 8
Leçon 9
Leçon 10
Leçon 11
Leçon 12
Miracles [écrits] par un moine d’Angers il y a plus de 600 ans (BHL, 236)
Prologue
Possédés libérés au tombeau de saint Aubin ; guérison d’une victime du feu ardent
La démonstration miraculeuse par [la guérison] au bout de sept années de la paralysie d’un homme pieux au sépulcre de saint Aubin
Victoire sur les ennemis de saint Aubin, l’habitude de jurer châtiée.
Vie métrique de saint Aubin
Translation des reliques de saint Aubin d’Angers en 1128 (BHL, 237)

Aperçu du texte

L’histoire des origines de l’abbaye Saint-Aubin est assez obscure. Selon certains auteurs qui ne citent pas leurs sources, Aubin aurait été enterré dans un caveau de l’église Saint-Pierre d’Angers. Quelques années plus tard, son corps, selon Fortunat lui-même (c. 53), a été transporté par saint Germain de Paris, par son successeur, et les autres évêques de la province dans une « nouvelle basilique » dédiée à saint Étienne ou à saint Germain avant de prendre le nom de saint Aubin. Cette église aurait été construite sur l’ordre du roi Childebert (511-558), si on en croit une charte du 28 février 972 de l’évêque d’Angers Nefingus, qui manifeste la prétention de Saint-Aubin d’être une abbaye royale disposant de privilèges liturgiques et notamment d’être le lieu de consécration des évêques d’Angers. Retenons ici que Saint-Aubin fut, comme Saint-Hilaire de Poitiers ou Saint-Martin de Tours et bien d’autres ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Carpentier et Georges Pon, « Les miracles posthumes de saint Aubin d’Angers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 37-62.

Référence électronique

Élisabeth Carpentier et Georges Pon, « Les miracles posthumes de saint Aubin d’Angers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3819 ; DOI : 10.4000/abpo.3819

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Carpentier

professeur honoraire à l’université de Poitiers

Articles du même auteur

Georges Pon

maître de conférences honoraire à l’université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page