Navigation – Plan du site

Prisonniers de guerre et affirmation de l’État : les Espagnols dans l’Ouest de la France de Corbie à la paix des Pyrénées (1636-1659)

Yann Lagadec
p. 63-88

Résumés

La première moitié du xviie siècle est marquée par un changement de statut des prisonniers de guerre en Europe de l’Ouest. Alors que les siècles précédents n’accordaient d’importance qu’à ceux en mesure de payer une rançon, ce sont tous les soldats capturés qui, en un temps où la main-d’oeuvre militaire est de plus en plus recherchée, intéressent les puissances en guerre. L’étude du conflit franco-espagnol (1635-1659) permet de montrer, à partir de l’exemple des villes de l’Ouest de la France, comment l’État royal, tout en cherchant à s’impliquer dans la prise en charge de prisonniers que l’on compte désormais par milliers, se trouve contraint d’en déléguer la gestion quotidienne aux villes. Cette question est alors pour elles lourde d’enjeux, financiers tout d’abord, mais aussi de pouvoirs face à un État de plus en plus présent.

La guerre franco-espagnole est d’autant plus importante qu’elle marque le début de la mise en place lente, difficile et fragile des grands principes de gestion des prisonniers jusqu’aux guerres de l’Empire.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les prisonniers de guerre, une affaire d’État désormais
L’État capteur
L’État gestionnaire
L’indispensable appui sur les villes : les limites d’un État encore modeste
La prise en charge des prisonniers au quotidien : l’affaire des villes
Les conséquences financières de la présence des prisonniers : des villes endettées
Entre les villes et le Roi : l’intercession des grands seigneurs
Les prisonniers, au cœur de la « résistance » à l’État monarchique ?
Des prisonniers espagnols au Mans : une affaire a priori banale
Une affaire plus complexe : les religieux, entre le corps de ville et l’État monarchique

Aperçu du texte

En 1641, en pleine guerre contre l’Espagne, François de Jussac d’Ambleville, seigneur de Saint-Preuil, chef des gardes de Richelieu, maréchal de camp et gouverneur d’Arras, est, à l’instigation du cardinal, jugé puis exécuté à Amiens. Certes, les raisons profondes de cette disgrâce dépassent – et de loin – celles mises officiellement en avant. Il n’en reste pas moins que le prétexte à son arrestation et à sa condamnation est l’attaque qu'il a menée contre des prisonniers de la garnison espagnole de Bapaume que venait de prendre le maréchal de La Meilleraye. Bien que quittant la ville pour rejoindre Douai avec un sauf-conduit – mais sans autre escorte que celle d’un trompette –, de nombreux soldats sont massacrés par les cavaliers de Saint-Preuil. Quelques décennies plus tôt, l’affaire n’aurait sans doute pas fait grand bruit. Le fait qu’en ce début des années 1640, il puisse servir de prétexte à l’exécutio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Lagadec, « Prisonniers de guerre et affirmation de l’État : les Espagnols dans l’Ouest de la France de Corbie à la paix des Pyrénées (1636-1659) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 63-88.

Référence électronique

Yann Lagadec, « Prisonniers de guerre et affirmation de l’État : les Espagnols dans l’Ouest de la France de Corbie à la paix des Pyrénées (1636-1659) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3827 ; DOI : 10.4000/abpo.3827

Haut de page

Auteur

Yann Lagadec

Maître de conférences en histoire, Tempora - EA 7468, université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page