Navigation – Plan du site

L’expérience corsaire : entre opportunités et illusions

Les relations entre la course et les gens de mer du Pays basque, de 1725 à 1755
Lucas Bossebœuf
p. 89-105

Résumés

L’ouverture de la guerre de Succession d’Autriche au front maritime (1744) a conduit de nombreux armateurs et gens de mer basques à se convertir à la course dans l’espoir de trouver emploi, gloire et fortune. À partir du moment où ils s’aventurent dans ces croisières, les acteurs de ce fait social sont inévitablement confrontés à une « loterie corsaire » (André Lespagnol) qui leur impose des mutations d’ordre professionnel, financier ou encore physique. L’étude des carrières de trois équipages corsaires basques, analysées en amont et en aval de leurs croisières, témoigne d’une activité synonyme d’ascensions et accélérations professionnelles durant la guerre. Mais le retour à la paix (1748) rebat les cartes et laisse entrevoir que les avantages acquis en temps de guerre sont souvent temporaires et illusoires.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Pays basque
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des marins et des navires pour la course (1725-1744)
Les gens de mer basques à l’épreuve de la course (1744-1748)
L’après-guerre humain d’un port de commerce secondaire (1749-1755)

Aperçu du texte

« Les braves et aventureux marins de Bayonne et du Pays Basque méritaient de sortir de l’oubli dans lequel ils étaient déjà plongés. » Pour exalter leurs figures romanesques, l’historien bayonnais Édouard Ducéré (1849-1910) donne à son récit des corsaires bayonnais l’allure d’une histoire bataille. Il restitue ainsi la biographie de plusieurs figures basques, accompagnées de leurs prouesses presque chevaleresques. Néanmoins, au-delà de ce récit, d’autres facettes de la vie des marins de la course sont dévoilées : la mort, la promotion professionnelle, ainsi que l’invalidité ou encore l’abandon de cette activité pour les plus traumatisés, sont évoqués en arrière-plan de récits d’abordages et de dangereuses manœuvres.

La bataille de la Hougue, en 1692, a démontré les limites de la guerre d’escadre, coûteuse et risquée pour l’État. Aussi, en France, la Couronne encourage-t-elle les armateurs à se lancer dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucas Bossebœuf, « L’expérience corsaire : entre opportunités et illusions », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 89-105.

Référence électronique

Lucas Bossebœuf, « L’expérience corsaire : entre opportunités et illusions », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3832 ; DOI : 10.4000/abpo.3832

Haut de page

Auteur

Lucas Bossebœuf

Master 2 histoire, université de Poitiers (direction : Thierry Sauzeau)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page