Navigation – Plan du site

Justice et émotions sous l’Ancien Régime

Histoire sensible des séparations conjugales (Poitou, xviie-xviiie siècles)
Gwénael Murphy
p. 107-121

Résumés

Dans le Poitou, entre le milieu du xviie siècle et le début de la Révolution française, près d’un millier de femmes et une dizaine d’hommes entament des procédures en séparation conjugale, de biens ou de corps. Si les difficultés matérielles expliquent le plus souvent leurs démarches, les archives des justices d’Ancien régime rapportent régulièrement les descriptions détaillées de vies de couple chaotiques, voire violentes. Parmi toutes les lectures possibles des dépositions, l’analyse du registre émotionnel est intéressant. Celui-ci s’avère freiné, en premier lieu, par une législation qui ne reconnaît que la mise en danger des biens de l’épouse comme motif valable de dissolution de la communauté, et en second lieu par les préjugés sociaux des hommes de loi qui se représentent les femmes « du peuple » comme insensibles aux violences maritales. Toutefois, à 135 reprises, les émotions ressenties sont mises en avant par les protagonistes, plaignantes ou témoins. Un recensement et une étude détaillée de ce lexique des affects permettent, particulièrement grâce à trois affaires de violences féminines, de mettre en lumière l’usage d’un vocabulaire non sexué, la relation de genre étant supplantée par le rapport accusé/victime. Enfin, les émotions, si elles décrivent des situations réelles, sont instrumentalisées et appelées en dernier recours, dans les procédures d’appel ou lorsque le scandale s’étale sur la place publique.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Poitou
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Exprimer ses émotions dans les procédures de séparation : une impossibilité juridique ?
De l’absence d’émotion parmi les femmes du peuple…
Le registre émotionnel dans les procédures de séparation
Un vocabulaire normé mais non sexué
Les émotions en dernier recours

Aperçu du texte

Les années 2000 furent marquées par l’émergence des « émotions » en tant qu’objet d’analyse critique. Si des précurseurs en ce domaine ne sauraient être oubliés, en particulier Alain Corbin, les interrogations sur les émotions investissent le champ médiatique de façon inédite au tournant de cette décennie. L’une des principales critiques adressées aux décideurs politiques serait alors de céder, pour reprendre une expression convenue, à la « dictature de l’émotion », chaque fait divers engendrant une nouvelle loi. Les juristes tentent de mettre en perspective le rôle de ces émotions dans les processus de régulation sociale, alors que les sciences humaines se saisissent, massivement, de ce « continent qui émerge » pour reprendre l’expression de Piroska Nagy. Dans la foulée des neurosciences, mais aussi en lien avec la demande sociale autour des émotions, psychologues, sociologues, anthropologues et historien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwénael Murphy, « Justice et émotions sous l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 107-121.

Référence électronique

Gwénael Murphy, « Justice et émotions sous l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3841 ; DOI : 10.4000/abpo.3841

Haut de page

Auteur

Gwénael Murphy

Professeur agrégé à l’université de la Nouvelle-Calédonie. Docteur en histoire (EHESS, Paris) – TROCA (« Trajectoires d’Océanie », équipe émergente en lettres, langues et sciences humaines à l’université de Nouméa)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page