Navigation – Plan du site

La figure de l’entrepreneur textile dans le Maine : l’exemple de la famille Véron (1684-v.1750)

Alexis Goethal
p. 123-143

Résumés

Le commerce de l’étamine, une étoffe de laine précieuse, fait la renommée du Mans aux xviie et xviiie siècles. Parmi les familles de marchand-fabricants, puis de négociants, les Véron ont une place centrale. Ils seraient à l’origine de la création de l’étamine ainsi que de sa diffusion vers de lointains marchés. Si la famille a surtout été étudiée pour l’apport de François Véron de Forbonnais à la pensée économique du xviiie siècle, l’article propose de se concentrer sur les fondateurs de cette véritable dynastie entrepreneuriale. Une relecture du cas de Guillaume Véron l’aîné, au coeur d’un procès visant à l’obtention d’un privilège d’invention (1695-1699), est ainsi proposée au prisme de l’historiographie récente. L’étude des stratégies entrepreneuriales et du rôle du cercle familial élargie, notamment aux femmes, permet de nuancer la vision d’un self made man des Lumières. Enfin, l’étude de l’entrepreneur dans son contexte social permet d’étudier la trajectoire de la famille jusqu’à son retrait progressif du commerce dans la seconde moitié du xviiie siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Maine, Le Mans
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Guillaume Véron : un entrepreneur schumpetérien ?
De la position classique…
… à une relecture historiographique
Un héritage technique
Entre le cœur et la raison : entreprendre collectivement
Une alliance capitale
L’importance du travail féminin
Vers un cartel Véron ?
Du négociant en étamine au grand notable
Les stratégies de la domination
L’entrepreneur "prédateur"
Un retrait progressif du commerce

Aperçu du texte

Au début du xviiie siècle, Le Mans était une ville provinciale de taille moyenne (environ 15 000 habitants) dont près du tiers de la population vivait de la fabrication et du commerce de l’étamine. Il s’agit d’une étoffe de laine fine, très prisée par les communautés religieuses. Une famille serait à l’origine de l’invention de ce tissu et du développement de ce commerce qui tira l’essor de toute la région du Mans : les Véron. Le membre le plus célèbre de cette famille n’est autre que François Véron de Forbonnais (1722-1800), l’économiste physiocrate auteur des Éléments du commerce (1754). La réussite de François de Forbonnais contribua à focaliser l’attention des historiens et érudits locaux sur la généalogie de l’homme, bien souvent en glorifiant la famille. En effet, il semble que l’arrière-grand-père de l’économiste manceau, Jean Véron (1615-1689) soit l’inventeur de l’étamine du Mans. Son grand-père, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Goethal, « La figure de l’entrepreneur textile dans le Maine : l’exemple de la famille Véron (1684-v.1750) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 123-143.

Référence électronique

Alexis Goethal, « La figure de l’entrepreneur textile dans le Maine : l’exemple de la famille Véron (1684-v.1750) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3849 ; DOI : 10.4000/abpo.3849

Haut de page

Auteur

Alexis Goethal

Étudiant de master 1, université du Maine (direction : Benoît Musset)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page