Navigation – Plan du site

Une tradition militaire au xixe siècle : le culte de La Tour d’Auvergne (1800-1915)

Alain Le Bloas
p. 145-170

Résumés

Cet article se propose de réfléchir à la notion de tradition militaire à travers un cas concret : le culte dont faisait l’objet La Tour d’Auvergne dans son régiment, dans l’armée et dans le monde civil. Ce culte s’appuyait sur des rites à objectif transmissif et sur une matérialité qui conféraient à la tradition un caractère sacré. Née spontanément, presque dissidente, la tradition fut assez rapidement désactivée par Napoléon, puis éteinte sous les Bourbons. Mais elle trouva refuge dans le monde civil qui la fit vivre et évoluer. Remise à l’honneur par l’armée sous la Troisième République dans le contexte de la réforme militaire et du réarmement moral, elle connut son apogée dans les années précédant la guerre. Mais lorsque survint celle-ci, la tradition s’avéra, semble-t-il, peu efficace. Une tradition militaire, cela sert en effet plus à préparer la guerre qu’à la faire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les débuts de la tradition militaire
Le culte du héros à la 46e demi-brigade et dans l’armée
L’économie du culte militaire de La Tour d’Auvergne
Napoléon contre la tradition
La tradition gyrovague
Le 46e de ligne orphelin de sa tradition ?
La tradition exilée
La tradition retrouvée ?
La tradition (ré)inventée
« Le régiment de La Tour d’Auvergne »
Un modèle offert à l’armée
Une tradition qui fascine
La tradition éprouvée
L’homme qui se prenait pour La Tour d’Auvergne
La tradition rêvée face à la guerre vécue

Aperçu du texte

Les communautés militaires sont sans doute les dernières ‒ avec les communautés religieuses ‒ à se réclamer de la tradition et à conférer à celle-ci un rôle fonctionnel. Pourtant la notion de tradition militaire ne va pas sans poser problème. Au pluriel, les traditions en milieu militaire sont un peu l’équivalent des arts et traditions populaires. La fascination pour les uniformes, les armes, les faits d’armes et la symbolique, observable tout au long du xixe siècle, a ainsi donné naissance à la Sabretache, elle-même à l’origine de la création du Musée de l’Armée. Aujourd’hui, dans des lieux savants comme la Revue historique des Armées ou sur le marché de la collection, les traditions militaires ainsi entendues continuent à trouver leur public. Les sciences sociales ont longtemps attendu avant de voir en elles un objet scientifique. À tort, car les signes et rites en usage dans les armées constituent un vé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Le Bloas, « Une tradition militaire au xixe siècle : le culte de La Tour d’Auvergne (1800-1915) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 145-170.

Référence électronique

Alain Le Bloas, « Une tradition militaire au xixe siècle : le culte de La Tour d’Auvergne (1800-1915) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3859 ; DOI : 10.4000/abpo.3859

Haut de page

Auteur

Alain Le Bloas

professeur d’histoire-géographie, lycée de l’harteloire, Brest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page