Navigation – Plan du site

Le miroir des notables ?

L’enquête agricole de 1866 en Bretagne
Anthony Hamon
p. 171-191

Résumés

Face à la chute du prix des céréales et au mécontentement paysan qui en résulte, Napoléon III décide, le 22 janvier 1866, d’organiser une vaste enquête agricole afin de satisfaire l’opinion publique. Nous avons décidé d’étudier le déroulement de cette enquête au sein de la Bretagne dite historique, divisée pour l’occasion en deux circonscriptions. Pour mener à bien cette entreprise, les préfets ont formé des commissions départementales constituées de notables locaux, dirigées soit par des hauts fonctionnaires, soit par de grands notables fidèles au régime impérial. Néanmoins, si cette organisation administrative s’applique uniformément à toute la France, le cas breton présente deux caractères bien spécifiques. Tout d’abord il existe depuis plusieurs décennies en Bretagne un intense réseau d’associations agricoles, créées et dirigées par les notables ruraux. Ces structures, très bien implantées à l’échelle cantonale, comprennent parfois plusieurs centaines d’adhérents. D’autre part les notables bretons exercent une autorité non négligeable sur les masses paysannes. L’État ne peut pas se passer de leur service : ils sont donc, en raison de leurs connaissances agricoles, les intermédiaires indispensables pour la réussite de l’enquête. Il s’agit pour le coup d’en analyser les résultats en Bretagne afin d’appréhender les effets de la coopération entre les notables et l’administration.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Proclamation et préparation de l’enquête agricole de 1866
Les conditions de l’enquête agricole en Bretagne
L’heure de l’enquête en Bretagne
Tableau de l’agriculture bretonne à la fin du Second Empire
Les notables bretons face à la modernité

Aperçu du texte

L’enquête agricole que nous nous proposons d’étudier est, à tout point de vue, d’abord la « fille de son temps ». En effet, au cours du xixe siècle, deux tendances profondes et indissociables l’une de l’autre caractérisent peu à peu la société française. Il s’agit en premier lieu d’un mouvement de fond de nature séculaire, lié au renforcement de l’État : pour gouverner le pays d’une manière plus efficace, l’État cherche à mieux le connaître, à le déchiffrer, en vue d’en contrôler la production. Il en résulte ainsi une abondante documentation statistique qui, depuis les temps de la Monarchie de Juillet, a vraisemblablement gagné en qualité et sur laquelle le pouvoir aime s’appuyer. Une seconde tendance d’origine plus récente joue également un rôle essentiel pour la forme et l’objet des enquêtes, c’est le processus de démocratisation qu’a enclenché la Révolution de 1789. Cette démocratisation consiste autant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Hamon, « Le miroir des notables ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-2 | 2018, 171-191.

Référence électronique

Anthony Hamon, « Le miroir des notables ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-2 | 2018, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3865 ; DOI : 10.4000/abpo.3865

Haut de page

Auteur

Anthony Hamon

doctorant en histoire contemporaine, université Rennes 2, EA Tempora

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page