Navigation – Plan du site
Logiques institutionnelles et commerciales de proximité

De Vitré à Saint-Malo : un négoce entre terre et mer (1559-1598)

From Vitré to Saint-Malo: a trade between land and sea (1559-1598)
Gwénolé Le Goué-Sinquin
p. 47-78

Résumés

Le commerce toilier de Vitré connaît un essor important dans la seconde moitié du xvie siècle. Exploitant un monopole sur le canevas, leur produit-phare, les négociants y développent une forte activité. Leur puissante confrérie, fondée au xve siècle, est un outil déterminant dans la mise en place de stratégies d’exportation vers les marchés internationaux. Progressivement, des liens étroits sont tissés avec les milieux de l’armement malouin. Cet article s’intéresse à ce partenariat d’une forte intensité qui dote les Vitréens d’une capacité de transport maritime cruciale pour le succès de leurs affaires. Toutefois les développements du conflit anglo-espagnol puis de la guerre de la Ligue y portent deux coups d’arrêt successifs, en 1588 et 1589. La décennie 1589-1598 est l’étape majeure d’un processus de rationalisation des structures commerciales vitréennes : l’organisation de la commercialisation s’éloigne du pôle productif au bénéfice des espaces portuaires, plus dynamiques vis-à-vis des marchés internationaux. En 1598, le retour de la paix permet au milieu marchand malouin de capter à son profit les retombées de cette fructueuse expérience vitréenne.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Vitré, Saint-Malo
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De la terre à la mer
Une économie toilière des Marches de Bretagne
De la confrérie des Marchands d’Outre-Mer aux Bretons du Nord
La crise à Vitré, l’espoir à Saint-Malo (1588-1591) ?
1589 : le « coup inguérissable » du siège de Vitré (La Borderie)
Malouin suis
Commercer pendant la Ligue à Saint-Malo
1591-1593 : un commerce vitréen en déclin ?
Rouliers des mers et « marchands-guerriers » à Saint-Malo

Aperçu du texte

À l’aube des années 1560, Vitré est une ville de foire en plein essor au cœur des Marches de Bretagne. Son produit phare est une forte toile de chanvre, le canevas, principalement destinée au monde du transport maritime. Alors que la cité se développe sur l’espace breton le plus éloigné de la mer, son activité économique se trouve paradoxalement liée aux voies maritimes de la façon la plus étroite : en 1586, elle exporte 1 345 400 aunes de toiles principalement vers l’Espagne, mais aussi la Flandre et l’Angleterre. Tandis que les actifs négociants de la cité se constituent en réseaux efficients, œuvrant de concert, se pose à la fin du xvie siècle, la question fondamentale de son accès à la mer du fait de l’éloignement des principaux complexes portuaires de la province : Saint-Malo, Nantes ou Morlaix. Cette activité internationale repose alors sur une association étroite entre les pôles de production, de co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwénolé Le Goué-Sinquin, « De Vitré à Saint-Malo : un négoce entre terre et mer (1559-1598) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 47-78.

Référence électronique

Gwénolé Le Goué-Sinquin, « De Vitré à Saint-Malo : un négoce entre terre et mer (1559-1598) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3914 ; DOI : 10.4000/abpo.3914

Haut de page

Auteur

Gwénolé Le Goué-Sinquin

Médiateur culturel – Monuments du Département de la Loire

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page