Navigation – Plan du site
Logiques institutionnelles et commerciales de proximité

Deux Frondes, un commerce : Rouen et Saint-Malo au milieu du xviie siècle

Two Frondes, one trade: Rouen and Saint-Malo in the mid-17th century
Baptiste Etienne
p. 79-105

Résumés

Rouen et Saint-Malo sont indéniablement de taille et d’échelle différentes durant l’époque moderne. Or, ces deux villes marchandes entretiennent des liens étroits au cœur du xviie siècle. Les liens politiques qui les unissent apparaissent dans les sources. Néanmoins, la situation entre ces deux provinces voisines semble opposée. Comme durant la révolte des Nu-pieds, une dizaine d’années auparavant, la Normandie s’engage dans la Fronde alors que la Bretagne demeure calme. Les liens commerciaux sont quant à eux omniprésents entre ces deux ports. Se rencontrent des alliances parfois et, surtout, des conflits et des procès importants. Le cas de Robert de La Fosse, un marchand mercier de Rouen, est intéressant. Celui-ci fait de Saint-Malo et de ses relations d’affaires sur place un relais important de son trafic international et, en particulier, pour les trafics espagnols.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle

Noms de lieux :

Rouen, Saint-Malo
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De la politique au commerce : la place de la Bretagne à Rouen
Le mythe de l’association politique
Le commerce au cœur des liens
Robert de La Fosse : Rouen, Saint-Malo et le trafic international
Robert de La Fosse et son réseau
Saint-Malo sur la route internationale

Aperçu du texte

Au milieu du xviie siècle, Rouen est encore la seconde ville du royaume de France et le véritable poumon économique de Paris. Dans le même temps, si Saint-Malo peut être considéré comme « un grand port », il demeure une différence d’échelle indiscutable entre ces deux villes ports. Au début du règne de Louis XIV, la ville bretonne comptait entre 15 et 16 000 âmes pour environ cinq fois plus à Rouen. André Lespagnol établit que, contrairement à la métropole normande, Saint-Malo ne constitue pas un marché urbain de première importance, sans qu’il faille toutefois conclure hâtivement à « une faiblesse du pôle capitaliste malouin ». Par ailleurs, port de fond d’estuaire, Rouen joue aussi un rôle économique, administratif, judiciaire et religieux central, alors que Saint-Malo est situé directement sur le littoral, avec une tradition de quasi « république maritime ». Fort de deux cents familles d’« entrepreneurs » qui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Etienne, « Deux Frondes, un commerce : Rouen et Saint-Malo au milieu du xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 79-105.

Référence électronique

Baptiste Etienne, « Deux Frondes, un commerce : Rouen et Saint-Malo au milieu du xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3925

Haut de page

Auteur

Baptiste Etienne

Doctorant, CRHQ-université de Caen et GRHIS-université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page