Navigation – Plan du site
Exploration et conquête des marchés lointains

Saint-Malo et le Canada au xvie siècle : la puissance et l’oubli

Saint Malo and Canada during the sixteenth century: from power to obscurity
Éva Guillorel
p. 169-194

Résumés

Saint-Malo entretient une relation complexe avec le Canada au cours du long xvie siècle. La figure de Jacques Cartier, aujourd’hui immédiatement associée à l’exploration et à la colonisation de l’Amérique française, n’est aucunement emblématique des choix privilégiés par cette ville. En effet, les marchands concentrent leurs activités sur la pêche saisonnière ou la traite de fourrures mais s’opposent aux projets de colonisation permanente sur le continent, bien que plusieurs Malouins aient joué un rôle déterminant dans l’établissement des premiers colons français en Amérique. Dans les mémoires collectives, Jacques Cartier lui-même fut longtemps oublié : ce n’est qu’à partir du xixe siècle qu’il fait l’objet d’une réappropriation historique et patrimoniale en tant que « découvreur du Canada », même si son image est partiellement éclipsée par celle d’autres « grands hommes » malouins associés à la représentation d’une cité corsaire au cœur de la construction identitaire malouine actuelle.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Saint-Malo, Canada, Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Jacques Cartier ou « l’histoire d’une marginalité » ?
La pêche à Terre-Neuve, fortune de Saint-Malo
L’autre richesse de Saint-Malo : la traite de fourrures
Saint-Malo et les enjeux de la colonisation en Amérique
La mémoire des relations entre Saint-Malo et le Canada au xvie siècle: entre oubli et réappropriation

Aperçu du texte

En mars 1534, et bien qu’il ait obtenu une commission royale pour partir avec deux navires et soixante hommes vers l’Amérique, Jacques Cartier peine à achever les préparatifs de son départ depuis Saint-Malo « estant l’impeschement que lui ont donné et donnent journellement aulcuns tandans empescher ladicte navigacion contrevenans au plaesir et voulloir du Roy nostre souverain seigneur et aussi plusieurs bourgeoys et marchans de cestedicte ville taichant à faire mener et conduire plusieurs navires de cestedicte ville auxdictes parties de Terre Neuffve pour leur profilt particullier, lesquelz ont caiché et faict caicher lesdicts maistres de navires, maistres mariniers et compaignons de mer que par ce moyen est du tout empescher l’antreprinse et voulloir dudict seigneur ». Face à cette hostilité des marchands malouins, la Cour de Saint-Malo doit intervenir en interdisant à tout autre navire de quitter le port...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éva Guillorel, « Saint-Malo et le Canada au xvie siècle : la puissance et l’oubli », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 169-194.

Référence électronique

Éva Guillorel, « Saint-Malo et le Canada au xvie siècle : la puissance et l’oubli », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/3997 ; DOI : 10.4000/abpo.3997

Haut de page

Auteur

Éva Guillorel

Maître de conférences en histoire moderne, Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page