Navigation – Plan du site
Exploration et conquête des marchés lointains

Quelques réflexions sur le succès initial de la filière morutière malouine avec le Sud-Ouest et la Méditerranée : les cas de Bordeaux et de Marseille

A Few Thoughts on the Initial Success of the Cod Trade with the South-West and the Mediterranean: The Cases of Bordeaux and Marseille
Bernard Allaire
p. 223-246

Résumés

La très ancienne relation entre Saint-Malo et Bordeaux connaît une transformation importante au xvie siècle avec les pêches et reventes de morues de Terre-Neuve auxquels les Malouins initient les Bordelais. C’est à cette même époque que les Malouins progressent depuis les ports français et ibériques de l’Atlantique vers les ports espagnols, français et italiens de la Méditerranée afin de tirer meilleur profit de leurs échanges Nord-Sud. Bordeaux et Marseille deviennent dans ce contexte, des partenaires commerciaux, financiers et logistiques essentiels à leur développement au travers des conflits politico-militaires.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Bordeaux et le grand Sud-Ouest
La géographie de cette navigation
Les intervenants
Les produits qui circulent
Des liens morutiers multiples
La Méditerranée
L’activité morutière malouine en Méditerranée au xvie siècle
L’évolution du xvie au xviie siècle
Les secrets du succès de Saint Malo dans la filière morutière de Terre-Neuve
Les comportements alimentaires
Une continuité logistique
La logistique humaine
La dimension légale
Les points de rupture : les impératifs commerciaux
Les agents locaux
Création de plus-value
Dimension financière : l’inflation espagnole
Blocage intermittent des rouages commerciaux
Épilogue

Aperçu du texte

Pour continuer sur la lancée d’André Lespagnol, j’ai aussi décidé d’aborder l’histoire de Saint-Malo aux xvie-xviie siècles à travers le commerce maritime. Pour ce faire, j’ai choisi la filière morutière parce que les Malouins étaient des intervenants majeurs dans ce secteur et parce que la morue est un bon baromètre de la croissance de l’époque. L’effet d’entraînement que cette dernière a eu sur l’économie malouine fut majeur, durable et orienta le rôle colonial de la France dans cette région de l’Amérique.

Les triangulations des navires ponantais vers la péninsule Ibérique aux xvie et xviie siècles sont souvent évoquées en priorité par les chercheurs en raison de leur ampleur, mais des destinations plus anciennes telle que Bordeaux ou plus tardive telle que Marseille, gagneraient à être connues pour des raisons évidentes. J’ai choisi d’aborder ces deux destinations car la première a servi de base au...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Allaire, « Quelques réflexions sur le succès initial de la filière morutière malouine avec le Sud-Ouest et la Méditerranée : les cas de Bordeaux et de Marseille », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 223-246.

Référence électronique

Bernard Allaire, « Quelques réflexions sur le succès initial de la filière morutière malouine avec le Sud-Ouest et la Méditerranée : les cas de Bordeaux et de Marseille », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4016 ; DOI : 10.4000/abpo.4016

Haut de page

Auteur

Bernard Allaire

Chargé temporaire de recherche, Trinity College, Dublin (Irlande)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page