Navigation – Plan du site
Exploration et conquête des marchés lointains

La course aux épices : Malouins et Vitréens dans l’océan Indien au début du xviie siècle

The Spice Race: Malouins and Vitréens in the Indian Ocean at the beginning of the seventeenth century
Guillaume Lelievre
p. 247-284

Résumés

À la fin du xvie siècle et au début du xviie, les Anglais et les Hollandais se lancent à l’assaut de l’empire établi depuis un siècle dans l’océan Indien par les Portugais qui contrôlaient le lucratif commerce des Indes orientales, notamment celui des épices. Avec une longueur de retard, les Français s’engagent eux aussi dans la course aux épices, par l’intermédiaire principalement des marchands malouins et vitréens. C’est ainsi qu’en 1601, deux navires armés par des marchands de Saint-Malo, Vitré et Laval quittent la France. Le Corbin fait naufrage aux îles Maldives, tandis que le Croissant, après avoir chargé des épices à Sumatra, coule au retour près des côtes ibériques. En 1616, une deuxième tentative est menée par des Malouins associés à des marchands zélandais et anversois. Le Saint-Michel est capturé par les Hollandais à Java, mais le Saint-Louis parvient à rapporter une cargaison d’épices en 1619. La même année, les Malouins participent à une nouvelle expédition, au sein de la Compagnie française des Indes orientales fondée en 1604 par Henri  IV. Les Hollandais s’emparent de l’Espérance, détruite par un incendie à Java, pendant que le Montmorency rentre en France en 1622 chargé de produits orientaux. L’Hermitage, après quelques pérégrinations, est lui aussi capturé par les Hollandais, et son équipage assassiné. C’est l’histoire de ces différentes expéditions, mal connues et restées sans suite durant un demi-siècle, qui est relatée ici.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’expédition du Corbin et du Croissant (1601-1603)
L’expédition du Saint-Louis et du Saint-Michel (1616-1619)
Une dernière expédition, à laquelle participent les Malouins (1619-1622)

Aperçu du texte

À la fin du xvie siècle, comme leurs voisins européens, les Français sont dépendants des Espagnols et des Portugais pour les épices et les autres marchandises venues des Indes orientales. À la suite des Anglais et des Hollandais, les Français, et les Bretons en particulier, tentent alors de remettre en cause ce monopole et d’ouvrir une nouvelle voie en allant eux-mêmes chercher les produits visés directement sur leurs lieux de production. Ces entreprises se heurtent à de multiples difficultés, notamment à la concurrence des Portugais et à celle des Hollandais : ce commerce très lucratif aux enjeux commerciaux élevés génère inévitablement des conflits importants.

Dans l’imaginaire des Européens, les Indes orientales ont certes toujours représenté un concept géographique relativement flou, mais avec toutefois une incontournable permanence : elles étaient associées aux plus incroyables richesses décrites dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lelievre, « La course aux épices : Malouins et Vitréens dans l’océan Indien au début du xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 247-284.

Référence électronique

Guillaume Lelievre, « La course aux épices : Malouins et Vitréens dans l’océan Indien au début du xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4024 ; DOI : 10.4000/abpo.4024

Haut de page

Auteur

Guillaume Lelievre

Docteur en histoire, université de Caen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page