Navigation – Plan du site
Exploration et conquête des marchés lointains

Saint-Malo, pôle marchand de la « première Modernité »

Réflexions et interrogations sur la singularité malouine
Saint-Malo, a merchant centre in the early modern period. Thoughts and questions on Malouin specificity
André Lespagnol
p. 285-300

Résumés

Dans le dernier tiers du xvie siècle, Saint-Malo va se différencier de la masse des petits ports de cabotage bretons en construisant des trafics de dimension internationale, vers Terre-Neuve et les marchés méditerranéens, l’Andalousie et les marchés hispano-américains, tout en conservant un lien fort avec le proche marché anglais. Port d’armement majeur avec une flotte croissante de navires bien armés capables de se défendre, Saint-Malo s’affirme aussi comme un véritable pôle marchand, appuyé sur son statut de port-franc, et renforcé par ses liens étroits avec les grands marchands exportateurs de toiles de Vitré, dont beaucoup vinrent s’installer dans la ville à la fin du siècle. Devenue maîtresse du pouvoir local en 1585-1590, l’élite négociante saura définir et suivre une stratégie d’autonomie face aux camps qui s’affrontent en France et en Europe ce qui lui permettra de traverser sans trop de mal la crise de la Ligue, et de pouvoir ainsi aborder dans des conditions favorables le xviie siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Saint-Malo, Bretagne
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une singularité conjoncturelle dans l’espace maritime breton 
Une originalité fonctionnelle : port de rouliers, port de marchands 
Une relation paradoxale avec l’Angleterre
« Mariniers et marchands, ou l’un et l’autre ensemble »
Vitré, les Vitréens et l’émergence du pôle malouin
Le rôle des facteurs politiques : Saint-Malo, une « république maritime » à la française ?

Aperçu du texte

L’apogée de Saint-Malo comme pôle capitaliste marchand d’envergure internationale se situe sans conteste à la charnière des xviie-xviiie siècles. Mais cet apogée spectaculaire, avec la floraison de grandes entreprises maritimes à l’échelle mondiale, de l’interlope à la mer du Sud à l’ouverture des commerces asiatiques de Moka à Canton, ne résultait pas d’une génération spontanée. C’est un bon siècle plus tôt en effet que Saint-Malo s’était dégagé et différencié de la myriade des petits ports du « roulage » breton pour s’affirmer comme un pôle portuaire et marchand d’envergure et de visibilité européenne, dès la « première Modernité ».

L’affirmation précoce d’un tel pôle sur ce site improbable que constituait le rocher malouin mérite réflexion et appelle à des interrogations sur la singularité et les paradoxes du cas malouin, sur les facteurs et les choix qui peuvent rendre compte de cette émergence et sur l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Lespagnol, « Saint-Malo, pôle marchand de la « première Modernité » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-3 | 2018, 285-300.

Référence électronique

André Lespagnol, « Saint-Malo, pôle marchand de la « première Modernité » », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-3 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4039

Haut de page

Auteur

André Lespagnol

Professeur émérite, université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page