Navigation – Plan du site

Les enquêtes littorales de 1665 et 1782 comme révélateur des jeux de pouvoir : entre attentes monarchiques et promotion locale. Les cas boulonnais et dunkerquois

The 1665 and 1782 Coastal Studies as Evidence of Power Games between the Monarch’s Expectations and Local Promotion – The Cases of Boulogne and Dunkirk
Sébastien Martin et Christian Pfister
p. 91-107

Résumés

L’étude porte sur Dunkerque et Boulogne-sur-Mer à travers les enquêtes diligentées régulièrement par la monarchie, la première du règne de Louis XIV et la dernière sous Louis XVI. En l’espace de 120 ans, la monarchie administrative a pris racine, considérablement développé son champ d’action et affiné ses exigences. Il n’est pas étonnant donc de voir passer les réponses d’une poignée de lignes en 1665 à plus de 50 pages en 1782. Mais le plus éclairant reste la manière dont les officiers du roi ont rempli leur mission. Avec Chatillon en 1665, la réponse porte sur les éléments physiques, les pratiques locales et les possibles améliorations, soit neuf réponses seulement aux 38 posées par Colbert. Daniel Chardon, en 1782, reprend (à son corps défendant ?) une grande partie du discours dunkerquois. Ce dernier quoique sophistiqué transparaît aisément en montrant que la cité est devenue un grand port de commerce : la monarchie accède donc à une meilleure connaissance du littoral. Cependant, Chardon n’est pas dupe des apparences car, sur place, il a pu voir les agissements du clan Coppens qui a fait main basse depuis longtemps sur l’amirauté. Nous constatons ainsi les limites d’une monarchie absolue.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Boulogne-sur-Mer, Dunkerque
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Autour des enquêtes en Flandre et Boulonnais
Les enquêtes, support de promotion locale
Mesurer la place des discours dans les enquêtes

Aperçu du texte

Les xviie et xviiie siècles forment un temps fort de l’appropriation du littoral par la monarchie française qui cherche à soumettre le rivage, selon la fameuse expression d’André Zysberg. Inutile d’y revenir. L’action de l’État se manifeste dans ce cadre par une série d’enquêtes dont la richesse informative vise à bâtir un savoir officiel – un savoir d’État – qui préside à la rédaction de grands textes réglementaires, à l’élaboration d’une politique économique, et à la prise de possession d’espaces délaissés jusque-là par la puissance royale. L’heure est aussi à la militarisation des littoraux, à l’intégration de ces espaces frontières ô combien stratégiques parce que sièges de la puissance navale et commerciale revendiquée par la France et points d’appuis indispensables à la projection océanique dont Richelieu, puis Colbert, entendent doter le royaume.

Le littoral boulonnais et flamand, de Boulogne-sur-Mer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Martin et Christian Pfister, « Les enquêtes littorales de 1665 et 1782 comme révélateur des jeux de pouvoir : entre attentes monarchiques et promotion locale. Les cas boulonnais et dunkerquois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 91-107.

Référence électronique

Sébastien Martin et Christian Pfister, « Les enquêtes littorales de 1665 et 1782 comme révélateur des jeux de pouvoir : entre attentes monarchiques et promotion locale. Les cas boulonnais et dunkerquois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4096 ; DOI : 10.4000/abpo.4096

Haut de page

Auteurs

Sébastien Martin

Maître de conférences en histoire moderne, HLLI-CRHAEL (EA 4030), université du Littoral-Côte d’Opale

Christian Pfister

Maître de conférences honoraire, HLLI-CRHAEL (EA 4030), université du Littoral-Côte d’Opale

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page