Navigation – Plan du site

De la haine du mari au sacrifice du patrilignage en contexte coutumier

Le cas de la dame de Croisilles (Normandie, xviiie siècle)
Hatred of the husband and its impact on patrilineage in eighteenth-century Norman custom law
Jérôme Luther Viret
p. 131-146

Résumés

L’affaire dont il est question se déroule en deux temps. Marie Madeleine de Meherenc, dame de Croisille, est enfermée à l’hôtel Dieu de Caen en 1747. Elle y séjourne de son plein gré, peut-être déjà sous la menace d’une lettre de cachet. Son mari a en effet à lui reprocher une inconduite et même un commerce scandaleux avec un commis aux aides. Mécontent de constater que son épouse trouve encore à circuler librement, il obtient des ordres du roi pour la faire enfermer en un lieu plus sérieux. C’est le début d’une errance, qui conduit la Dame à Domfront puis à Guingamp. On ne sait presque rien des 23 années suivantes. À la mort de son mari, survenue en 1770, elle réapparaît à Villers-Bocage. Elle y cohabite un temps avec son fils, François Jean Charles de Croisilles et sa bru, avant de les expulser de sa maison. La suite des évènements convainc le public qu’elle déteste son fils, qu’elle veut le priver de tous ses biens. En 1778, tandis qu’elle a 66 ans, son fils la fait à nouveau enfermer. L’affaire, richement documentée, sur un arrière-plan patrimonial, mêle affects, sentiments conjugaux et filiaux. L’affaire ici exposée témoigne simultanément d’un phénomène général – la crise du couple et la remise en question de l’autorité maritale à la fin de l’Ancien Régime – et d’un phénomène plus spécifiquement normand, qui est la persistance dans cette province d’un esprit patrilignager ignoré ailleurs à un tel degré.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Normandie
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les dérèglements d’une veuve
Mon fils n’en veut qu’à ma fortune
Mobiliser parents et notables
Sentiments lignagers et liberté féminine

Aperçu du texte

Si l’on entend mettre au jour la conflictuosité familiale sous l’Ancien Régime, il n’est qu’à puiser à pleines mains dans les archives judiciaires et familiales. Celles-ci regorgent en effet de partages inaboutis, de restitutions de dot refusées ou impossibles, de séparations de biens, de heurts conjugaux. Le thème mobilise les historiens depuis longtemps. Parmi les premiers, Maurice Daumas a trouvé dans les factums d’avocats, documents protéiformes situés à mi-chemin entre l’enquête et les mémoires privés, une source précieuse pour l’étude des litiges familiaux. Bien entendu, soigneusement rédigés par des tiers, avocats, procureurs, notaires ou écrivains publics, les factums étaient composés de façon à provoquer l’adhésion du destinataire. Ils livrent donc une version très partiale des faits. De la même façon, les demandes d’internement administratif, mémoires ou placets adressés au ministre en charge de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Luther Viret, « De la haine du mari au sacrifice du patrilignage en contexte coutumier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 131-146.

Référence électronique

Jérôme Luther Viret, « De la haine du mari au sacrifice du patrilignage en contexte coutumier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4129 ; DOI : 10.4000/abpo.4129

Haut de page

Auteur

Jérôme Luther Viret

Professeur d’histoire moderne, Université de Lorraine, CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d'Histoire), EA 3945

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page