Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Grande Brenne, histoire d’une zone humide continentale et de ses étangs

Jean-Claude Meuret
p. 170-173
Référence(s) :

Benarrous, Renaud, La Grande Brenne, histoire d’une zone humide continentale et de ses étangs, 2017, publication du Parc naturel de la Brenne, 66e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France

Texte intégral

1Dans ce volume de 437 pages, Renaud Benarrous publie sa thèse soutenue à Paris I Panthéon Sorbonne en 2009, sous la direction de Joëlle Burnouf, augmentée et remaniée dans le cadre de son activité de chargé d’étude au Parc naturel régional de la Brenne (Indre). L’ensemble s’organise en cinq parties. La première énonce les problématiques et les méthodes en 25 pages, la suivante décrit les paysages en 41 pages, une troisième traite de l’espace piscicole lors des périodes préindustrielles en 171 pages, une quatrième est consacrée aux données archéologiques, textuelles et palynologiques en 72 pages, et la dernière tente de formuler la dynamique des objets étudiés dans le temps long en 35 pages.

2De la première partie, on retient d’abord un exposé approfondi des études antérieures sur la Brenne, suivi du constat d’une approche historienne du xixe siècle souvent « misérabiliste », répétant le mythe de la forêt primaire sacrifiée par les déboisements et la métallurgie, puis remplacée par un pays d’étangs grâce à l’action des seuls moines. Quant à sa méthode, l’auteur fait le choix de conjuguer le plus grand nombre de données et pour cela de mettre en œuvre des sources souvent par trop cloisonnées : celles des archives bien sûr, mais aussi celles de la prospection archéologique pédestre et aérienne, ainsi que celles de la palynologie et de la dendrochronologie. On ne peut que louer une telle approche, particulièrement adaptée à l’étude du paysage. Elle multiplie les sources, oblige à les confronter et à les nuancer dans des échelles de temps et d’espace très différentes, et peut par là conduire vers une vision historique moins erronée, plus riche et plus nuancée. Toutefois, on constate vite qu’elle induit une somme de travail d’enquête beaucoup plus importante que dans le cadre d’une seule discipline. C’est pour cette raison que l’auteur a choisi de ne traiter que d’un espace assez restreint mais qui constitue le cœur du Parc de la Brenne, celui qu’il nomme la Grande Brenne, et qui ne s’étend que sur 52 000 ha.

3Dans la deuxième partie, R. Benarrous analyse d’abord les regards portés successivement et aujourd’hui encore sur la Brenne, ce qu’il nomme une « territorialisation mentale » : image d’un pays mauvais car marécageux, humide, malsain, marginal et hors du progrès agraire, volonté d’assainissement scientiste au xixe siècle, fermeture et la déprise agraire au xxe siècle au profit de la chasse, à quoi s’ajoute une culture historique réduite à quelques mythes tel celui de Dagobert chassant en Brenne – ceci sur la seule base d’un acte faux – ou des Cisterciens créateurs de la plupart des étangs. Avec un regard d’aujourd’hui, il décrit ensuite ce que l’on nomme un espace piscicole, caractérisé par une très grande densité d’étangs, tous d’apparence anthropique, et en forte croissance à la fin du xxe siècle, mais d’une faible production piscicole par rapport à l’Europe centrale, produisant uniquement des carpes. Sous le regard contemporain enfin, la Brenne bénéficie maintenant d’une représentation et d’un statut à la fois culturels et politiques, tant au niveau de la France que de l’Europe, car elle a été érigée en zone humide à protéger pour sa valeur écologique et sa biodiversité.

4C’est en un chapitre beaucoup plus long et touffu qu’il est traité de l’espace piscicole avant l’industrialisation. Après de bonnes descriptions techniques de l’étang, de la chaussée et de sa bonde, R. Benarrous relate tous les types de prospections auxquels il s’est livré pour établir l’inventaire des étangs : représentations cartographiques, cadastre napoléonien, recherches en archives, prospections pédestres à la recherche des chaussées d’étangs abandonnés. Suit une étude du vocabulaire et des noms des étangs, le repérage de chaînes et de réseaux cohérents, leurs implantations, très souvent en milieu et haut de versant, plutôt sur des sols « pauvres », et leur fonction presque toujours piscicole, mais quasiment jamais attachée aux moulins, sauf dans quelques rares cas de fond de vallée.

5Un sous-chapitre aborde ensuite l’épineux problème de leur datation. C’est à juste raison l’occasion de rappeler que les sources écrites ne disent pas tout et qu’elles induisent nombre de biais en raison de leurs lacunes, de leurs origines sélectives, du fort accroissement de la pratique de l’écrit à compter du xve siècle. À les suivre, le premier moulin de Brenne ne daterait que de 1275 ! À juste titre, l’auteur a mis en œuvre d’autres processus de datation : prospection des étangs asséchés où peuvent être détectés des restes de sites antiques et/ou métallurgiques révélant des sites antérieurs à la mise en eau, datations 14C et dendrochronologiques plus fines, parfois plus anciennes (tableau 28).

6Vient ensuite la recherche des propriétaires des étangs pré-industriels. Elle est d’abord l’occasion de rappeler les coutumes anciennes dont on sait la variabilité selon les provinces, mais qui en Touraine comme dans le Maine et l’Anjou, faisaient du droit d’étang un privilège exclusivement seigneurial. De même, selon la tradition historienne, le monde religieux aurait constitué la plus grande partie des détenteurs d’étangs. Retournant aux sources et se livrant au dépouillement de nombreuses archives, l’auteur en vient cependant à nuancer fortement cette règle et cette tradition. Il montre qu’à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, 47 % seulement des sites relevaient de religieux et 53 % de laïques. De plus, ces derniers, n’appartenaient pas seulement au monde seigneurial, mais parfois aussi à celui des bourgeois, des marchands, et même des paysans, mais jamais à des collectivités d’habitants. On ajoutera que, par nature, les archives biaisent les conclusions chiffrées de ce type car elles portent avant tout sur les mondes seigneuriaux ecclésiastiques et laïques, et qu’elles n’émanent que rarement de la sphère roturière. Moins positive, la fin de ce chapitre tente d’aborder les cas de conflits entre propriétaires, ou au contraire, d’éventuels programmes d’aménagements cohérents sur un même bassin. Travail sans résultat, et que l’on pourrait juger inutile, elle a cependant le mérite de montrer que toute recherche approfondie nécessite d’examiner le maximum de pistes, fussent-elles des impasses.

7En venant aux aspects les plus matériels de la gestion des étangs, et se fondant de nouveau sur les ressources des archives et sur celles de l’archéologie, R. Benarrous présente ensuite la construction des chaussées menée par ceux que l’on nommait les « bessons ». Il détaille tout autant la gestion des plans d’eau, les pêches, puis les modes de commercialisation, toutes activités qui ont privilégié, avant toute autre espèce, la pisciculture de la carpe. Comparée à la plus grande partie du reste de la France, la Grande Brenne présente une très forte spécificité avec seulement neuf moulins et deux hauts fourneaux sur 681 plans d’eau recensés.

8Menée à partir d’approches différentes mais complémentaires, cette troisième partie, se termine par un intéressant cahier de documents et de cartes de synthèse. Riche et construite avec logique, elle fournit une bonne mise en perspective des données médiévales et pré-industrielles, et elle amène à dater la majorité des étangs des temps postérieurs au début du xive siècle, laissant cependant dans l’ombre la question de l’étang au Moyen-Âge central.

9La quatrième grande partie traite de la Grande Brenne avant le xive siècle. En raison de la couverture hydraulique et arborée du territoire, ainsi que de l’absence de fouilles, les données archéologiques de la Pré- et de la Protohistoire sont quasiment absentes. On en connaît quelques-unes pour l’Antiquité, parfois associées à des indices de métallurgie du fer, mais ensuite, et comme souvent, celles du haut Moyen Âge demeurent imperceptibles. Il en est de même pour les sources écrites. Rarissimes, elles ne fournissent rien quant à l’Antiquité, sinon l’appartenance probable du territoire à celui des Bituriges, puis du diocèse de Bourges. Quant à celles du haut Moyen Âge et pour ce qui touche à l’évolution du paysage, elles se résument aux hagiographies ou à un faux diplôme de Dagobert en Brenne, ce qui ne constitue pas les sources les plus fiables. Abordant pour la même période le thème du réseau viaire antique, qui a suscité tant de fausses pistes chez les archéo-historiens du xixe siècle, en Brenne comme ailleurs, R. Benarrous réfute de manière argumentée celle de chaussées d’étangs remployant des tronçons de voies romaines. En revanche, on peut regretter la maigreur des recherches et des informations qu’il produit pour les chemins du second Moyen Âge, hormis le cas d’un chemin dit « des Moines ». On sait pourtant que la mise en place des centres puis des territoires paroissiaux, et plus encore celle des châteaux majeurs et des seigneuries moyennes, ont généré nombre de captures viaires. De même, on peut regretter qu’aucune page ne soit consacrée à la fonction viaire des chaussées d’étangs, même si elle peut être demeurée mineure en raison d’une fonction avant tout piscicole.

10Pour cette même période pré-piscicole, une grande place est accordée à la réduction directe du fer en bas fourneaux. Elle commence par une étude micro-toponymique poussée et se développe surtout à partir des prospections. Celles-ci ont permis de localiser un grand nombre de sites de réduction, parmi lesquels plusieurs ont livré des indices gallo-romains ; pour cette période métallurgique, l’auteur emploie même la formule de « caractère industriel ». Il nous semble néanmoins qu’en l’absence de fouilles et de datations sûres, le Moyen Âge peut avoir eu lui aussi sa part dans cette activité.

11R. Benarrous consacre enfin un dernier chapitre au rapport entre sociétés pré-piscicoles et paysage végétal. S’appuyant de nouveau sur les données écrites, il relève l’apparente multiplication des essartages, telle celle que révèle la disparition de la forêt de Brenne, l’augmentation des mentions d’« effes », des prairies humides, à compter du xive siècle, qu’il rapproche de celle des étangs à la même époque. Quant à la palynologie, elle lui fournit des indices indiscutables des occupations humaines jusqu’à l’Antiquité tardive, et peut-être jusqu’au haut Moyen Âge, sur lesquelles il s’appuie à juste titre pour écarter le mythe d’une Brenne humide et marécageuse depuis les origines, et minorer l’importance du rôle des moines dans les défrichements.

12Une cinquième et dernière partie reprend les données énoncées dans les précédentes et se donne pour but d’établir le fil de la dynamique qu’a connue la Grande Brenne tout au long des périodes étudiées. Il nous semble qu’au-delà des mots et des théories, elle ne fait le plus souvent que répéter les observations, les explications et les idées déjà exposées. Était-elle vraiment nécessaire, a-t-elle été plaquée et n’aurait-elle pas pu être condensée dans la conclusion qui clôt l’ouvrage, laquelle reprend une fois encore l’essentiel de chacune des quatre premières parties ?

13Il n’est pas simple de formuler un jugement d’historien sur un travail d’une telle importance. Pour ce qui est de la forme du discours, on peut regretter trois choix relatifs au plan de l’ouvrage. En premier lieu, dans une optique de clarté, était-il judicieux de le diviser en autant de parties, d’autant que la dernière aurait pu tenir lieu de conclusion ? Ensuite, le choix de traiter en troisième partie d’une période postérieure à celle abordée dans la suivante pourrait se comprendre dans un récit de la recherche menée par l’auteur, mais pour le cas présent, ce n’est pas la finalité majeure de l’ouvrage. Cela instille un peu de confusion dans un discours fourni et riche qui aurait nécessité, au contraire, un ordre plus rigoureux. Enfin, on ne peut manquer de relever le grave déséquilibre entre les différentes parties : la troisième compte à elle seule 171 pages, presque autant que la somme des quatre autres qui n’en totalisent que 173. De ces chapitres trop nombreux, et trop peu équilibrés, il résulte un certain nombre de redondances ainsi que des perturbations dans le fil du discours.

14Toutefois, ces manques, peuvent avoir été favorisés par la difficulté à mettre en œuvre une méthode de travail qui, elle, ne peut qu’être louée. Celle-ci a consisté à conjuguer de multiples approches historiques telles les archives, la prospection archéologique, la palynologie, la dendrochronologie, et à les mettre en œuvre dans le temps long. Le projet, qui a nécessité beaucoup de travail et d’assimilation de méthodes bien distinctes, peut paraître ambitieux parce qu’il va à l’encontre de cloisonnements de nos jours de plus en plus marqués. Le premier de ceux-ci remonte à des siècles. Il a posé que l’Histoire ne peut avoir pour fondement que les sources écrites et qu’avant celles-ci il n’est pas d’histoire. Le suivant, plus récent, est né de la création d’une « sous histoire » appelée archéologie, considérée comme « science annexe », longtemps reléguée aux seuls siècles d’avant l’écriture, avant qu’elle ne conquière son autonomie. À cela s’ajoute le fait que l’Histoire et l’Archéologie, de plus en plus approfondies et institutionnalisées, n’ont cessé de se scinder en périodes et en thèmes de plus en plus étroits et spécialisés. Il en résulte un enrichissement indiscutable des méthodes et des résultats mais aussi une inadéquation totale avec l’étude de certains systèmes complexes et évoluant à un pas séculaire. Or, c’est exactement le cas de la Grande Brenne.

15Enfin, le travail de R. Benarrous vaut aussi tout simplement par la richesse de sa matière, par la révision de certains clichés éculés mais tenaces, tel l’immutabilité de la nature, qu’elle soit forêt, zone humide ou étang, par ses découvertes in situ, par ses remises en perspectives. Comme il le conclut lui-même, p. 372, il propose un regard actuel sur « une zone humide » mais appelle aussi les chercheurs spécialistes à approfondir son approche et à la mettre à l’épreuve, en confrontant ses hypothèses aux données « d’autres régions d’étangs et de pisciculture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Meuret, « La Grande Brenne, histoire d’une zone humide continentale et de ses étangs », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 170-173.

Référence électronique

Jean-Claude Meuret, « La Grande Brenne, histoire d’une zone humide continentale et de ses étangs », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4162

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Meuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page