Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le château des ducs de Bretagne entre grandeur et renouveau. Huit siècles d’histoire

Philippe Guigon
p. 176-178
Référence(s) :

Guillet, Bertrand, Armide, Aurélien (dir.), Le château des ducs de Bretagne entre grandeur et renouveau. Huit siècles d’histoire, Nantes, Éditions du château des ducs de Bretagne/Rennes, PUR, 2016, 624 p.

Texte intégral

1L’édition de beaux livres sur Nantes a le vent en poupe ! Après les magnifiques ouvrages publiés en 2013, l’un à Strasbourg consacré à la cathédrale, l’autre à Rennes et évoquant rien moins que la ville, au sens très large, voici « la première monographie du château des ducs de Bretagne » (p. 12). Cette affirmation n’a rien de présomptueux, non pas que les travaux sur cet illustre monument soient rares ou anciens, mais il fallait absolument les amplifier en présentant les recherches archéologiques et historiques récentes, ainsi que les travaux de restauration. Le choix d’un grand format permet d’offrir au lecteur, ravi, de somptueuses illustrations, souvent en pleine page, tant de documents d’archives, de représentations graphiques que de photographies anciennes ou modernes. Beau livre ne signifie pas ici vacuité du discours : si l’objet final peut agréablement adorner un salon où il serait innocemment déposé…, d’évidence il enrichira toute bibliothèque bretonne digne de ce nom (et pourvue d’étagères résistantes, car le « pavé » a tout de même une masse de 3,5 kg !), et restera pour longtemps l’ouvrage de référence sur le château.

2Ses vingt-deux auteurs le décrivent avec attention et précision durant « huit siècles d’histoire », sous-titre un peu réducteur puisque l’angle sud-est de la muraille ceinturant la cité du Bas-Empire (large de près de 4 m, avec même une tour) traverse la cour de part en part. Elle reste en service durant le haut Moyen Âge, mais quid d’un château, ou plutôt des châteaux ? La Chronique de Nantes, d’utilisation malaisée, évoque en effet au xe siècle l’existence de deux fortifications urbaines, l’une jouxtant la cathédrale et restaurée par Alain Barbetorte en 937, l’autre au Bouffay, érigée en 988 par Conan Ier le Tort, comte de Rennes. Un château ducal n’existait pas à l’emplacement actuel avant la première moitié du xiiie siècle, mais encore n’est-on pas clairement fixé sur ses origines. En effet, les textes ne permettent guère de trancher, ni sur son premier commanditaire, Guy de Thouars (sur ordre de Philippe Auguste) ou Pierre Mauclerc, ni sur la date d’un improbable évènement fondateur, de toute manière avant 1248. En cette année est évoqué le castrum quod dicitur Turris Nova : cependant la tour « neuve » pouvait l’être… depuis un certain temps ! Différentes campagnes de fouilles ont retrouvé au nord de la cour les bases d’une grosse tour circulaire, restes de la vieille turris considérée avec justesse comme une tour-maîtresse philippienne dont existent de multiples exemples en France septentrionale. Elle était associée à une enceinte quadrangulaire, avec une tour (dont l’une romaine) à chaque angle, sur lequel s’articula ultérieurement le complexe Vieux Donjon, un polygone reposant sur un noyau du iiie siècle, modifié lors des grands travaux dus à François II.

3En effet, le dernier duc de Bretagne décida de faire de Nantes le centre de gravité de son pouvoir, et de son chastel l’un de ses lieux de résidence privilégiés, transformant totalement ce site alors indigent de reparacion. Plusieurs chapitres de l’ouvrage abordent en détail les questions fort complexes de l’élaboration de cet ouvrage prestigieux et de sa chronologie, explicitées par des plans, coupes et élévations remarquables. Dès 1466, le château fut adapté à son rôle de forteresse moderne utilisant l’artillerie, même si cette dernière montra son impuissance face à celle du roi de France : en juin 1487, lors de la guerre franco-bretonne, un boulet pénétra même dans la chambre du duc (alors en ville !), installée dans le logis, couvert en 1480, ultérieurement remplacé par le Grand Gouvernement. Inachevé au décès de François II à partir du troisième étage, le chantier mené par Mathurin Rodier, alors maître d’œuvre de la cathédrale, s’arrêta en raison de la traîtreuse prise du château en mars 1491, où le rapt de la tresorerie de l’espergne ruina la duchesse deux fois reine, Anne de Bretagne. Celle-ci ne put reprendre la construction que lors de son remariage avec Louis XII, achevant vers 1502 le Grand Logis, dévolu, non à l’habitation contrairement à ce qu’indique son nom, mais à la représentation ; à son pignon nord, l’ostentatoire Couronne d’Or, aux deux niveaux de loggias sans précédent dans le royaume, permet grâce à ses deux escaliers l’accès à la salle du Conseil et aux appartements privés.

4Face à cet ensemble somptuaire, « flamboyant », le logis du Roy, dit aussi Petit Gouvernement, demeure l’édifice le plus méconnu de l’ensemble castral, alors devenu symbole de l’intégration de la Bretagne au royaume de France, mais sa restauration, de 1967 à 1975, aboutit à la recréation d’un bâtiment « du xvie siècle ». Il eut son heure de gloire le 30 avril 1598, lors de la signature par Henri IV de l’édit de pacification mettant (provisoirement) fin aux guerres de religion, après la soumission du chef ligueur et gouverneur rebelle de Bretagne, le duc de Mercœur. Ce dernier y installa plusieurs ouvrages fortifiés, dont ne subsistent que le demi-bastion Saint-Pierre et une caponnière, ouvrage caractéristique de la fortification dite « polygonale », préfigurant longtemps à l’avance les forts détachés des frontières de l’Est des débuts de la IIIe République.

5La fin du xviie siècle vit la modification du logis de François II, peut-être (mais ce n’est pas certain), à la suite d’un incendie, aboutissant à l’édification du Grand Gouvernement, prolongé par l’aile du Lieutenant du roi, détruite le 25 mai 1800 par la terrible explosion de la poudrière abritée dans la tour des Espagnols ; outre l’anéantissement de la chapelle ducale (où eurent lieu le 8 janvier 1499 les espousailles d’Anne et de Louis XII) et de la salle des archives, elle fit 60 morts et 108 blessés, dont tous les noms sont rappelés de façon touchante à notre mémoire. En 1814, le château n’était plus « considéré comme un poste fortifié » par la Commission du classement des places de guerre ; tout au plus servit-il de dépôt de bouches à feu et de leurs boulets, comme le montre une étonnante photographie prise en 1858, année d’un projet de restauration (inabouti) de la tour du Fer à Cheval. En 1862 le château fut inscrit sur la liste des monuments historiques, mais dès 1854 les façades du Grand Logis avaient fait l’objet d’importantes restaurations, préludes à de longues campagnes « gothicisant » la place forte, la dernière achevée en 2007. Ces travaux firent d’ailleurs l’objet de vifs débats entre archéologues du bâti, tenants de restitutions à l’identique, et architectes, interprétant « la restauration comme un acte architectural, donc créateur », querelles multiséculaires qui ne seront sans doute jamais tranchées. Toujours est-il que l’impression d’entrer dans un « château neuf » est flagrante ; la patine du tufeau s’atténuera au fil du temps, permettant des photographies un peu moins surexposées (en raison du trop beau temps !) que plusieurs de celles offertes dans ce, au demeurant, magnifique ouvrage.

6Tout semble avoir été dit, et de belle façon, sur le château. Tout ? L’histoire n’est heureusement jamais terminée et de nouveaux matériaux peuvent servir à prolonger son discours. Ainsi, a-t-il été très récemment porté à notre connaissance trente-neuf dessins réalisés en Loire-Inférieure entre les années 1834 et 1839 par le commissaire de Marine Félix Marant-Boissauveur, dont quatre représentent le château de Nantes (un en 1834, trois en 1836) [Delouche, Denise, Guigon, Philippe (dir.), avec les contributions d’Alain Boulaire, Anna Corkhill, René Estienne et Yann Guesdon, Félix Marant-Boissauveur (1821-1900). Album breton, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017] : même produits par un artiste amateur, ils apportent des informations inédites sur cette icône de la ville, et au-delà, de la province.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guigon, « Le château des ducs de Bretagne entre grandeur et renouveau. Huit siècles d’histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 176-178.

Référence électronique

Philippe Guigon, « Le château des ducs de Bretagne entre grandeur et renouveau. Huit siècles d’histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4200

Haut de page

Auteur

Philippe Guigon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page