Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rennes une capitale en pan-de-bois

Matthieu Le Boulch
p. 180-182
Référence(s) :

Leloup, Daniel, Rennes une capitale en pan-de-bois, Skol Vreizh, coll. « Demeures remarquables de Bretagne », Morlaix, 2017, 136 p.

Texte intégral

1Malgré les destructions importantes liées à l’incendie de 1720 ou à celles plus récentes de la période contemporaine, Rennes reste la cité bretonne la mieux dotée en immeubles à pan-de-bois. L’existence d’un ouvrage entièrement dédié à ce sujet est amplement justifiée, d’autant plus qu’aucune étude, avant celle de Daniel Leloup, ne traitait du pan-de-bois de manière aussi transversale et diachronique. L’ouvrage richement illustré suit un plan chronologique et propose de parcourir plus de 500 ans d’évolution stylistique de ce type d’architecture, en mettant l’accent sur les continuités et les ruptures. Il dépasse l’analyse strictement typo-chronologique en posant une question centrale : quel regard a-t-on posé sur l’architecture à pan-de-bois du xve siècle à aujourd’hui ?

2Daniel Leloup fait remarquer que les maisons de « bois et terrasses » apparaissent tardivement dans les textes, à partir du xve siècle. Cette identification tardive doit-elle être mise en lien avec une existence tardive ? Dès le xiiie siècle, Rennes se dote d’un bâtiment public en pan-de-bois : la Cohue. Faute de datations dendrochronologiques suffisantes, l’auteur se doit de rester évasif sur l’existence d’un habitat à pan-de-bois antérieur au xve siècle. Plusieurs modèles cohabitent à la fin du Moyen Âge, ayant pour point commun une section importante des pièces de bois. D’un côté les maisons à fenestrage continu et poteaux élargis (3, rue du Chapitre ; 32, rue de Saint-Malo), réservées à une élite urbaine en pleine ascension, de l’autre le bâti ordinaire constitué de « maisons-couloirs » avec une largeur de façade sur rue beaucoup plus réduite.

3Un nouveau modèle architectural se met en place au xvie siècle, mettant l’accent sur les décors portés. Les nombreux exemples encore en élévation des rues Saint-Michel, du Chapitre ou de la rue Saint-Georges témoignent de la diffusion d’un vocabulaire italianisant, prenant peu à peu ses distances avec les thématiques religieuses de la période gothique. Daniel Leloup fait remarquer à juste titre que la diminution de l’encorbellement est à mettre en lien avec de nouveaux impératifs de confort. Il omet cependant de préciser que cette évolution stylistique est également dictée par de nouveaux règlements d’urbanisme ordonnant sa suppression.

4Le Grand Siècle constitue l’apogée de ce mode de construction. La richesse des sources (minutes notariales, registres de réformation…) permet de dépasser l’écran de la façade et autorise une approche plus sociologique. L’utilisation des aveux produits dans le cadre des réformations du domaine auraient permis une étude plus fine des éléments de confort et des modalités de circulation horizontales et verticales. Mais, encore une fois, les datations se basent sur une analyse stylistique, à cause du faible nombre de maisons à date portée et de datations dendrochronologiques. Le modèle classique, avec ses façades plates, ses matériaux mixtes et ses nouvelles formes de toiture peine à s’imposer complètement. L’innovation majeure réside dans l’inventivité des menuisiers qui développent de nouveaux modèles d’escaliers, à jour central, rampe droite et balustres à simples ou doubles poires, dont de très beaux exemples sont encore conservés dans les immeubles de la place des Lices (1657) ou de la rue du Chapitre (Hôtel de l’Escu de Runfao). Ce chant du cygne amorce le déclin de l’architecture en pan de bois, dépréciée au siècle suivant, au profit de la pierre.

5L’incendie de 1720 ne porte pas un coup de grâce irréversible au pan-de-bois. Malgré les nouveaux règlements d’urbanisme dictés par l’ingénieur Robelin et l’architecte Gabriel, qui limitent son utilisation aux refends, le bois continue d’être employé comme matériau principal, que ce soit dans les galeries et escaliers sur cour de la place du Palais ou dans les baraques construites pour loger les sinistrés. Cette « architecture des décombres » a longtemps été ignorée par les historiens et les architectes. Daniel Leloup lui restitue dans cet ouvrage ses lettres de noblesse en mettant en avant son potentiel patrimonial. Paul Féval, né à Rennes dans la rue du Chapitre, se fait le porte-parole du dénigrement de l’architecture à pan-de-bois au xixe siècle. Le manque d’entretien, la multiplication et la paupérisation des propriétaires expliquent en partie cette vision misérabiliste et justifieront un siècle plus tard les destructions faites au nom de la modernité.

6L’habitat à pan-de-bois connaît au xxe siècle une très lente patrimonialisation, inégale selon les secteurs. Il faut attendre 1923 pour que le premier immeuble soit classé (Maison Ty Koz, rue Saint-Guillaume). La mise en place du secteur sauvegardé en 1985, qui épouse en partie les contours des enceintes rend le centre-ville intouchable. Les destructions se concentrent dans les faubourgs. Sous la municipalité Fréville (1953-1977), plus de la moitié des immeubles antérieurs au xviiie siècle disparaissent. Si la mise en valeur et la restauration des immeubles à pan-de-bois est aujourd’hui une priorité pour la ville, nous nous permettrons de dresser un bilan moins optimiste que l’auteur qui affirme que « l’avenir du patrimoine en pan-de-bois semble définitivement assuré ». Si cette affirmation est indéniable pour le secteur sauvegardé, les destructions se sont concentrées ces dernières années dans les faubourgs et continuent encore dans la ville close, au sud de la Vilaine.

7Rennes une capitale en pan-de-bois fait le pari d’un ouvrage accessible au plus grand nombre, richement illustré, sans faire de compromis par rapport à la rigueur historique. On peut regretter cependant l’absence de plans parcellaires (le plan Robelin de 1721) qui apporteraient un éclairage supplémentaire à l’analyse stylistique. La façade, comme le fait justement remarquer Françoise Boudon, est la manifestation verticale de la parcelle, qui soutient toute réalité architecturale. Cet ouvrage qui donne au lecteur les clés de compréhension de l’évolution urbaine est finalement un jalon, alertant sur la nécessité de multiplier les datations dendrochronologiques, qui couplées à l’analyse stylistique viendront renouveler considérablement notre connaissance du patrimoine en pan-de-bois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Le Boulch, « Rennes une capitale en pan-de-bois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 180-182.

Référence électronique

Matthieu Le Boulch, « Rennes une capitale en pan-de-bois », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4226

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page