Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne

Jean-Luc Marais
p. 191-193
Référence(s) :

Celton, Yann, Gicquel, Samuel, Le Moigne, Frédéric et Tranvouez, Yvon (dir.), Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne, PUR, 2018, 656 p.

Texte intégral

1Après le Dictionnaire des Lycées publics des Pays de la Loire (2009) réalisé à partir d’une idée d’Alain Croix, après le Dictionnaire des lycées publics de Bretagne (2012), voici le Dictionnaire des Lycées catholiques de Bretagne, qui mérite de retenir l’attention tant l’histoire de l’enseignement catholique est mal connue. Les trois textes introductifs (liminaire, préface, avant-propos) au contenu très conventionnel, peuvent inquiéter le lecteur, mais l’article Vocabulaire apporte (tardivement en raison de l’ordre alphabétique) une mise au point bienvenue, qui n’est pas que lexicale. Suit une riche introduction, qui démêle l’écheveau des notions de privé, de catholique, d’État et d’Église, de l’Ancien Régime à nos jours. Vient alors le corps de l’ouvrage : 109 notices d’établissements, 113 notices thématiques.

2Les notices d’établissement de longueur variée (inégalité assumée par les directeurs de l’ouvrage) présentent des histoires que l’on peut qualifier de classiques. Au départ, des institutions assurant toutes les étapes de la scolarité, séparant garçons et filles ; à l’arrivée, des établissements mixtes, accueillant le second cycle de l’enseignement secondaire et éventuellement des classes préparatoires. Mais un grand nombre d’établissements ont des parcours beaucoup plus sinueux, dont on ne peut dire (faute d’éléments de comparaison) s’il s’agit d’une originalité de la Bretagne ou de l’enseignement catholique. Nés d’une initiative locale généralement très modeste, parfois abrités dans une école primaire existante, des formations à caractère social, plutôt pour les filles, ou professionnel (agriculture, métiers liés à la mer) pour les garçons, toutes très liées à un territoire, se développent modestement, reçoivent une reconnaissance tardive par l’accès à un diplôme d’État, et se transforment en lycées agricoles ou professionnels, avec en général des regroupements et le maintien d’un ancrage local. Les notices d’établissements déroulent généralement une histoire heureuse, surmontant les crises politico-religieuses (interdiction de l’enseignement congréganiste), les guerres (destruction des locaux, occupation par l’ennemi), les évènements de 1968, pour aboutir aux établissements actuels, rayonnant de la modernité des bâtiments (clairement soulignée par l’illustration), de l’ouverture internationale, du dynamisme sur le marché de l’emploi. Originalité de l’enseignement catholique : le rôle de personnalités exceptionnelles, marquant fortement et longuement l’établissement qu’elles dirigent. Autre originalité, qui n’est sans doute pas sans rapport avec la précédente, la mention de crises graves (Petit Séminaire de Quintin, 1966 ; Le Paraclet à Quimper, 1971-1977 ; La Salle à Rennes, 1975-1976 ; Notre-Dame-de-la-Paix à Ploemeur, 1996).

3Le regroupement des articles par lieux met en évidence (ce qui n’était pas le cas dans les précédents Dictionnaires) deux points importants. Le premier, bien connu, valant aussi bien pour le réseau public que le réseau privé, est la spécificité locale de chaque établissement, par le choix des filières proposées et par les caractéristiques sociales du recrutement. Le second est beaucoup plus important : la concurrence. Il s’agit ici bien sûr de la concurrence entre enseignement catholique et enseignement public (voir l’article Dualité et concurrence), mais aussi, moins connue à l’extérieur, la concurrence entre établissements catholiques. Alors que l’enseignement public est organisé verticalement et que sa stratégie est impulsée d’en haut, dans l’enseignement catholique tout part de l’établissement. Chaque établissement est indépendant : l’autorité diocésaine ne s’est imposée que tardivement, et doit composer avec l’autorité des congrégations enseignantes, des conseils d’administrations, des anciens élèves, et avec le poids des professeurs très attachés à leur maison. L’autonomie des établissements est renforcée par la loi Debré (1959), puisque c’est avec eux que l’État passe contrat. Mais cette indépendance des établissements n’est pas sans risque : les établissements peuvent être petits (ils sont en Bretagne plus petits que dans le reste de la France), menacés sur le « marché concurrentiel de l’offre d’enseignement » (p. 372). Le terme concurrence revient fréquemment dans le texte, et plusieurs articles l’évoquent (Élèves, Congrégations enseignantes, Parents d’élèves, Pédagogie, Regroupements d’établissements). Les perspectives de concentration (en particulier en ville) sont une réalité, et la Communication y joue un rôle essentiel : ce n’est pas sans raison qu’un article y est consacré.

4Ce dictionnaire n’est pas seulement un dictionnaire. Par son introduction et par les articles thématiques, il déborde le cadre régional (Bretagne) et apporte des informations et une réflexion non conventionnelle sur l’enseignement catholique en France. Une série d’articles, rédigés principalement par Bruno Poucet, fait un tableau de l’histoire et de l’organisation de cet enseignement en France depuis 1959. Des renvois d’article à article auraient ici été utiles. Relevons les articles Défense scolaire, Caractère propre, Financement, Loi scolaire, Coût des études, Conseil régional, Immobilier, Organisation de l’enseignement catholique, Professeurs, Recrutement des personnel, etc. Une autre série (souvent sous la plume d’Yvon Tranvouez) aborde les déclinaisons de l’adjectif « catholique » accolé aux établissements. Là encore les enjeux abordés sont nationaux, et parfois même mondiaux, dans les articles Religion, Signes religieux, Aumônerie, Doctrine scolaire de l’Église, Religieuses, Vocations, Chrétiens contre l’école libre.

5Terminons en soulignant quelques articles qui retiennent l’attention : les articles Jeunes filles et Mixité, les articles très originaux : Photo de classe, Parcs et jardins, Santé, Surnoms. L’article Mille-neuf-cent-quatre-vingt-quatre étonne (qu’est-ce donc que cette date ?), mais éclaire le lecteur « extérieur » sur la sensibilité de l’enseignement catholique. L’historien appréciera les articles rétrospectifs Collèges d’Ancien Régime, ou Zouaves pontificaux, et les articles Établissements disparus, Juvénats, Petit séminaire (ici un renvoi aux articles sur chaque petit séminaire eut été utile). Si les personnels non enseignants actuels sont évoqués (Personnel Ogec), leurs prédécesseurs restent mal connus (quelques lignes impressionnantes dans l’article Religieuses). Même situation pour les professeurs : les prêtres diocésains professeurs ont peu attiré l’attention des historiens. Quelques articles sont trop courts : Bienfaiteurs et Entreprises (lien avec les) auraient gagné à être fusionnés. Un article manquant : « Ouest-France », tant est fort le soutien de ce quotidien régional à l’enseignement catholique.

6Un regret : l’ouvrage utilise le découpage régional de 1964, toujours en place. Certains seront chagrinés de l’exclusion de la Loire-Atlantique. D’autres estimeront que le cadre significatif aurait été un Grand Ouest intégrant tous les départements où l’enseignement catholique tient une forte place dans le second cycle (l’ancienne académie de Rennes plus les départements de la Manche et de l’Orne). Mais la Région Bretagne tenait sans doute à rappeler qu’elle a la charge des lycées. Un ouvrage qu’il ne faudrait pas réserver aux bibliothèques des lycées catholiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Marais, « Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 125-4 | 2018, 191-193.

Référence électronique

Jean-Luc Marais, « Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 125-4 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4290

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Marais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page