Navigation – Plan du site

Les marins du Plessis-Bertrand à l’époque de Louis XIV : les opportunités d’une base de données

The sailors of Plessis-Bertrand under Louis XIV : the opportunities offered by a database
Aurélie Hess et Philippe Hrodĕj
p. 53-73

Résumés

La réalisation d’une base de données sur les marins du Plessis-Bertrand (c’est-à-dire de Cancale, Saint-Méloir, Saint-Ideuc, Paramé et Saint-Coulomb) pendant le règne de Louis XIV, et jusqu’à la fin du xviiie siècle, permet de mettre en évidence l’itinéraire professionnel, l’état sanitaire et les comportements familiaux et démographiques de ces marins. Cette base est constituée à partir de trois sources : les registres de baptêmes, mariages, sépultures des paroisses du Plessis-Bertrand, les registres de matricules et les rôles d’équipage conservés aux Services Historiques de la Défense ou dans les fonds d’amirauté des Archives Nationales.

Grâce au croisement des sources, la base permet l’étude de l’histoire démographique de cette population (l’âge au mariage, le taux de nuptialité, la mortalité, la place de l’activité maritime dans les familles…). La famille Grossin, qui paya un lourd tribut pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, en offre un exemple. L’itinéraire de Josselin Grossin, né le 15 août 1682, montre comment la base permet de reconstituer sa carrière de marin et les relations avec son environnement familial et social : devenu chef de famille à 15 ans, il embarqua dès 1698 comme mousse sur la frégate la Faluère, avec ses oncles Gilles Cliquin et Robert Grossin, son futur beau-frère et des voisins. Des traces de ses embarquements sont trouvées jusqu’en 1710, il est déclaré mort en 1714.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Exploitation de la base à partir d’un échantillon du corpus : les lettres G et H des marins de Cancale
Un marin pour 21 personnes
La guerre et sa moisson
Le mariage, marqueur social et bonne engeance
Matelot comme ton père
Embarquements et environnements familial et géographique

Aperçu du texte

La constitution d’une base de données concernant les gens de mer est toujours une œuvre de longue haleine. On aura beau dire que la France d’Ancien Régime n’a jamais obtenu le nombre de marins qui lui était nécessaire (le système des classes mis en place par Colbert n’en fournit que 50 à 60 000), la masse documentaire que génère cet amour précoce pour la bureaucratie est une source d’archives que tous les pays qui ont un littoral lui envient aujourd’hui. La base H3D2, dont l’objet est de recenser les marins du Plessis-Bertrand (territoire regroupant les paroisses de Cancale, Paramé, Saint-Coulomb, Saint-Ideuc, Saint-Méloir), n’échappe pas à ce paradoxe : malgré la perte de sources importantes comme les papiers de l’amirauté de Brest ou certains rôles d’équipage, ce qui reste ne manque pas d’impressionner pour qui veut s’y plonger.

La base en elle-même a vocation à s’étendre à l’ensemble du xviiie siècle et, une f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Hess et Philippe Hrodĕj, « Les marins du Plessis-Bertrand à l’époque de Louis XIV : les opportunités d’une base de données », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 126-1 | 2019, 53-73.

Référence électronique

Aurélie Hess et Philippe Hrodĕj, « Les marins du Plessis-Bertrand à l’époque de Louis XIV : les opportunités d’une base de données », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 126-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4358 ; DOI : 10.4000/abpo.4358

Haut de page

Auteurs

Aurélie Hess

Ingénieur d’études CNRS, université de Bretagne sud

Philippe Hrodĕj

Maître de conférences en histoire moderne, université de Bretagne sud

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page