Navigation – Plan du site

Un feudiste de province au travail à la fin de l’Ancien Régime

A provincial feudiste at work at the end of the Ancien Régime
Brigitte Maillard
p. 127-161

Résumés

Dans plusieurs provinces, les rénovations de papiers terriers semblent se multiplier au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime ; elles peuvent être le signe d’une réactivation du système féodal et seigneurial mais aussi la réponse à des besoins d’ordre et de clarté dans la gestion des seigneuries. Le nombre des feudistes a augmenté mais leurs effectifs restent inconnus. Les archives d’un feudiste qui a travaillé à Angers entre 1770 au moins et 1789 permettent d’analyser ses méthodes de travail, de mesurer l’importance et la nature de sa clientèle, d’évaluer le coût de la rénovation d’un papier terrier. Cette opération passe par différentes étapes bien précises : tri et classement des titres qui constitue une tâche préliminaire indispensable, levée de plans qui bénéficie des progrès des méthodes de cartographie, recueil des déclarations des vassaux et censitaires dans le cadre, en Anjou, des assises seigneuriales, rédaction du papier terrier. Ces travaux, coûteux pour les seigneurs, demandent, même pour une petite seigneurie, beaucoup de travail de la part du feudiste, de ses clercs et de différents collaborateurs comme les géomètres ; un feudiste ne peut donc pas mener plusieurs gros chantiers en parallèle. Même à la fin de l’Ancien Régime où elle semble avoir été plus fréquente, la rénovation des terriers n’a pu concerner, sans doute, qu’une minorité de seigneuries.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Anjou, Angers
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le feudiste et sa clientèle
La carrière de Labry
La clientèle de Labry
Les clients laïques
Les clients ecclésiastiques
Le fonctionnement du cabinet
Les collaborateurs occasionnels
Les clercs
Moyens financiers
Les opérations de rénovation d’un terrier
Les particularismes de l’Anjou
Méthodes et pratiques
L’importance des titres
Les assises seigneuriales en Anjou
Une étape obligatoire
Convocation et organisation
Le feudiste aux assises
Fonctionnement

Aperçu du texte

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, à partir de 1740 environ, les parutions d’ouvrages traitant du droit féodalo-seigneurial se multiplient, qu’il s’agisse de traités rappelant les grands principes du droit, de dictionnaires à l’usage de juristes (officiers de justice royaux ou seigneuriaux, notaires) et même de seigneurs attentifs à la gestion de leurs terres, ou de manuels destinés à des praticiens comme les feudistes ou commissaires à terrier. Dans la vallée de la Loire, le principal auteur de tels ouvrages est un professeur de droit français à l’université d’Orléans, Pothier (1699-1772), qui jouit d’une renommée nationale et dont les traités parurent entre 1740 et 1781. Tous ces ouvrages ont connu de nombreuses éditions, revues et augmentées ; ils figuraient, entre autres, dans les bibliothèques des grandes institutions religieuses. Les manuels s’adressaient aux arpenteurs mais aussi a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Maillard, « Un feudiste de province au travail à la fin de l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 126-1 | 2019, 127-161.

Référence électronique

Brigitte Maillard, « Un feudiste de province au travail à la fin de l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 126-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4422 ; DOI : 10.4000/abpo.4422

Haut de page

Auteur

Brigitte Maillard

Professeur émérite d’histoire moderne, université F. Rabelais-Tours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page