Navigation – Plan du site
La mort dans les villes du Sud

Introduction

Philippe Chassaigne
p. 13-14

Texte intégral

1Les contributions réunies ci-après proviennent de la journée d’étude « La mort dans les villes du Sud » organisée en mars 2005 par le Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine (CEHVI – EA 3251), de l’université de Tours. Cette rencontre a eu lieu dans le cadre de la quatrième Semaine de la Ville, organisée annuellement par la Maison des Sciences de l’Homme « Villes et territoires » (UMS CNRS 1835), dont la thématique était cette année-là « Les villes du Sud ».

2Les villes du Sud ne se résument pas, on le sait, à leurs aspects touristiques ou folkloriques. Si la vie, via les taux de natalité, y est foisonnante, la mort s’y fait aussi présente de façon quotidienne : morts naturelles, morts violentes, épidémies, catastrophes naturelles… Il s’est agi pour nous d’aborder cette question dans une perspective chronologique large (xviie-xxe siècle), traitant aussi bien des réalités de la mort, que de l’expérience de celle-ci par les urbains ou de son intégration dans tout un ensemble de croyances et de comportements culturels. Loin d’être évacuée, cachée, comme dans les sociétés occidentales, la mort est mise en scène, théâtralisée ; les cérémonies funéraires sont d’importants moments de sociabilisation, dont on peut retracer la genèse, les permanences et les évolutions, tout comme on peut s’intéresser aux questions posées par l’imbrication des religions (christianisme, islam, animisme), les acculturations, les résistances, les coexistences plus ou moins pacifiques.

3Les six interventions proposées ici couvrent de fait un espace géographique très étendu, puisque « le Sud » commence avec Toulon (Michel Vergé-Franceschi) pour aller jusqu’au Mexique (Nadine Béligand) et à l’Océanie (Claire Laux), via le Liban (May Davie) et l’Éthiopie (Marie-Laure Derat). Mais nous avons aussi voulu amorcer une démarche comparatiste (que la nature même de la manifestation nous empêchait de poursuivre plus avant), en demandant à Emmanuel Fureix, auteur d’une thèse remarquée sur « La mise en scène politique de la mort à Paris entre 1815 et 1848 », d’apporter une réflexion en contrepoint.

4Ce dossier – ce serait déraison ! – ne saurait en aucun cas prétendre à l’exhaustivité ; il fait état d’un questionnement donné, à un moment donné. Dans les pages des Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, et au-delà de l’« étrangeté » (stricto sensu) apparente du thème, il pourra, peut-être, inciter à des réflexions comparatistes sur le thème de la mort « dans les villes du Sud » et dans celles de l’Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chassaigne, « Introduction », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-4 | 2007, 13-14.

Référence électronique

Philippe Chassaigne, « Introduction », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-4 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/453 ; DOI : 10.4000/abpo.453

Haut de page

Auteur

Philippe Chassaigne

Professeur d’histoire contemporaine – Université de Tours, directeur du CEHVI

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page