Navigation – Plan du site

AccueilNuméros126-3Note sur la vitesse d’écriture d’...

Note sur la vitesse d’écriture d’un vieux scribe breton du xve siècle

Copier les Grandes Chroniques de France dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 4984
Note on the copying speed of an old Breton scribe in the fifteenth century working on the Grandes Chroniques de France, manuscript BnF, fr. 4984
Antoine Brix
p. 7-19

Résumés

Copié en 1469 à Callac (Côtes-d’Armor), le manuscrit Paris, BnF, fr. 4984 conserve une partie des Grandes Chroniques de France. Le copiste du manuscrit, qui se donne le nom de G. Rest, a laissé tout au long du volume des indices de la vitesse à laquelle il travaillait. Il apparaît ainsi qu’il a œuvré au manuscrit fr. 4984 durant plus de six mois, temporalité lente qui est l’occasion de souligner le décalage existant, même pour les copies d’un ouvrage à succès comme les Grandes Chroniques de France, entre la commande d’un nouveau volume par un client et son achèvement par les artisans du livre chargés de sa confection.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVe siècle

Noms de lieux :

Callac, Côtes-d’Armor
Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’ai déjà eu l’occasion d’indiquer ailleurs les références à quelques travaux où sont formulé (...)

1À quelle vitesse copiait-on les manuscrits au Moyen Âge ? La question, loin d’être neuve, est d’importance dès lors que l’histoire entend quantifier et caractériser la circulation des volumes et la vitesse à laquelle un auteur pouvait raisonnablement espérer que son œuvre fût diffusée. Outre le prix attaché à la facture des livres médiévaux, paramètre qui en ralentissait beaucoup la circulation et qui limitait la diffusion des contenus textuels, la vitesse de production des manuscrits constituait un frein à la conquête du public et au succès des textes, phénomènes qui, au Moyen Âge, ne paraissent pouvoir être envisagés qu’à l’aune des décennies, voire des siècles1. Le délai de production dépendait, pour une large part, de la vitesse d’écriture atteinte par les copistes.

  • 2 Dubois, Anne, « La bibliothèque de Philippe de Hornes, seigneur de Gaesbeek et un Valère Maxi (...)

2Le temps nécessaire à la production d’un manuscrit médiéval en faisait un objet longtemps attendu pour qui désirait s’en procurer un exemplaire neuf. Davantage que l’inverse, c’est le commanditaire qui se plie au rythme de la production manuscrite. À la fin du Moyen Âge, la commande auprès d’un libraire d’un gros manuscrit vernaculaire enluminé pouvait être antérieure d’une demi-année à sa finition et à sa présentation au client. Le vendredi 1er décembre 1480, Philippe de Hornes commande au libraire et éditeur brugeois Colard Mansion un manuscrit de la traduction française des Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime. Le contrat passé entre l’aristocrate bibliophile et le libraire est conservé, et il stipule explicitement que l’exemplaire serait remis au commanditaire « endedens la nativite sainct Jehan Baptiste prochaine ven. qui sera en l’an iiijxxj2 ». Fixer le terme à la Saint-Jean-Baptiste suivante, le dimanche 24 juin 1481, permettait à Colard Mansion de prévoir la confection du manuscrit sur une période légèrement inférieure à sept mois. C’était donc le temps nécessaire pour qu’un libraire rassemblât les matériaux mis en œuvre et les personnes mises à contribution dans la production du grand exemplaire de luxe, enluminé, en deux volumes, aujourd’hui conservé à la bibliothèque de l’Arsenal sous la cote 5194-5195.

3Les délais de production des manuscrits vernaculaires prestigieux dans les centres de confection des livres au crépuscule du Moyen Âge peuvent-ils éclairer la production des codices plus communs ? Quelques notes marginales d’un abord énigmatique, transmises par le manuscrit fr. 4984 de la Bibliothèque nationale de France, éclairent d’un jour intéressant la vitesse de copie d’un scribe actif en Bretagne dans la seconde moitié du xve siècle.

G. Rest et sa copie des Grandes Chroniques de France

  • 3 Guenée, Bernard, Comment on écrit l’histoire au xiiie siècle. Primat et le Roman de (...)
  • 4 Guyot-Bachy, Isabelle et Moeglin, Jean-Marie, « Comment ont été continuées les Grandes Chro (...)
  • 5 Pour l’édition, voir Les Grandes Chroniques de France. Chronique des règnes de Jean II et d (...)
  • 6 Guenée, Bernard, « Histoire d’un succès », dans Avril, François, Gousset, Marie-Thérèse et (...)
  • 7 À propos des manuscrits enluminés des Grandes Chroniques, voir Hedeman, Anne D., The Royal (...)
  • 8 À ce propos, voir Neddermeyer, Uwe, Von der Handschrift zum gedruckten Buch. Schriftlichkei (...)

4Le manuscrit fr. 4984 de la BnF, épais de 237 feuillets, transmet sur ses 227 premiers feuillets la seconde moitié du texte des Grandes Chroniques de France. Ce titre désigne un ensemble historiographique vernaculaire précis, constitué sur plus d’un siècle, qui retrace à partir de la chute de Troie l’histoire des rois de France. À l’origine des Grandes Chroniques se trouve le Roman des rois du moine Primat, adaptation française, réalisée dans le troisième quart du xiiie siècle, du canon historiographique latin élaboré depuis l’époque de Suger à l’abbaye de Saint-Denis3. Jusqu’au milieu du xive siècle, des continuations furent composées par l’atelier historiographique du monastère francilien, de façon à donner une suite au Roman de Primat, dont le récit s’interrompait à la mort de Philippe Auguste4. À l’époque de Charles V, alors que les Grandes Chroniques racontaient l’histoire des rois jusqu’à la mort de Philippe VI, une continuation fut produite dans l’entourage royal : c’est au chancelier Pierre d’Orgemont que l’on attribue en effet la Chronique de Jean II et Charles V qui fut placée à la suite de l’ouvrage issu de Saint-Denis5. Dans cet état, des origines troyennes à 1380 ou 1381 selon les manuscrits, les Grandes Chroniques de France rencontrèrent un succès que n’égala aucune autre œuvre historiographique en français du Moyen Âge. Environ cent vingt manuscrits médiévaux conservent le texte des Grandes Chroniques, en totalité ou en partie, et bon nombre d’entre eux furent produits à Paris durant les quatre décennies que couvre le règne de Charles VI6. Plus de la moitié des exemplaires conservés sont enluminés7, proportion importante qui n’est pas à considérer sans précautions critiques, les volumes ornés ayant assurément connu des taux de déperdition plus faibles que les manuscrits de facture commune8.

  • 9 Ces marques de provenance ont été entièrement transcrites : Bibliothèque nationale, départe (...)
  • 10 En outre, la moitié supérieure du dernier folio existant a disparu. Labory, Gillette, « Les (...)

5Dans le manuscrit fr. 4984, volume dépourvu d’ornementation, le récit des Grandes Chroniques de France n’est conservé qu’à partir de l’année 1226 et le couronnement de Louis IX ; il s’achève quelques paragraphes après l’avènement de Charles VI, en 1381. À la suite, sur les sept derniers feuillets du volume, plusieurs textes plus courts ont été transcrits, peut-être par la même main : des pièces relatives à la généalogie des rois de France et des ducs de Bretagne ; des marques de provenance et notes personnelles des xvie et xviie siècles attestant la circulation du volume à l’intérieur de ce duché9 ; enfin, une brève continuation de la Grande Chronique de Normandie consacrée aux années 1414-1419, dont le propos s’interrompt in medias res, signe que, dans son état de conservation actuel, le manuscrit est incomplet à la fin10.

  • 11 BnF, ms. fr. 4984, fo 1ra.
  • 12 Lewis, Peter S., « Note… », art. cité, p. 188, n. 20, a déjà indiqué que le filigrane du de (...)
  • 13 Lewis, Peter S., « Note… », art. cit., p. 188, n. 20 ; Booton, Diane E., « Notes on (...)

6Il est possible que la première moitié des Grandes Chroniques de France du manuscrit fr. 4984 soit conservée par un autre volume non identifié, ou qu’elle ait été copiée dans un codex aujourd’hui perdu : la rubrique par laquelle s’ouvre le codex parle bien du « secont volume des croniques de France11 ». Quoi qu’il en soit, le manuscrit fr. 4984 présente des caractéristiques codicologiques assez communes pour un codex français du xve siècle : il s’agit d’un volume en papier in-folio12 ; ses cahiers sont des septénions encartés ; et le texte y est disposé sur deux colonnes d’une cinquantaine de lignes par page. Un colophon consigné à la fin du volume, déjà signalé à plusieurs reprises depuis le xixe siècle, donne de précieux renseignements sur les conditions de copie du manuscrit. Le codex Paris, BnF, fr. 4984 a été terminé le mercredi 6 décembre 1469 à Callac, par un scribe âgé de 71 ans qui s’attribue le nom de G. Rest, qu’à l’occasion on a également pu lire Grest13 :

  • 14 BnF, ms. fr. 4894, fo 227va. La transcription proposée ici corrige une coquille qui s’est g (...)

« Explicit jusques cy en cest jour qui est le vie jour de decembre l’an mil iiiic lxix, et escript a Callac de la main G. Rest qui avoit lxxii ans d’age a janvier ensuyvant14. »

  • 15 Il faut en particulier signaler ici Callac, au diocèse de Vannes, village de l’actuelle com (...)
  • 16 Booton, Diane E., « Notes on Manuscript Production… », art. cité, p. 149, affirme que Calla (...)
  • 17 Kerhervé, Jean, L’État Breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 3 (...)

7L’existence de plusieurs localités ou lieux-dits au nom identique à travers toute la Bretagne rend incertaine l’identification du lieu de copie du manuscrit fr. 498415. Le plus probable est que G. Rest travaillait à Callac, actuelle commune des Côtes-d’Armor, siège au xve siècle d’une châtellenie ducale qui relevait, au point de vue des circonscriptions ecclésiastiques, du diocèse de Cornouaille16. Dans la réalité de la géographie politique et administrative du duché de Bretagne, il semble cependant que la forteresse de Callac et le territoire soumis à son autorité étaient contrôlés par la châtellenie voisine de Carhaix, plus importante17.

  • 18 On lit à la fin du ms. BnF, fr. 17270 : « Ce livre est a messire Tanguy du Chastel, viscont (...)

8Quant à G. Rest, rien n’est connu de lui par ailleurs ; aussi ne peut-on guère qu’échafauder des hypothèses à propos de son statut et de sa fonction. Était-il un scribe « à temps plein », si tant est que cette appellation puisse être utilisée pour qualifier le rythme des métiers médiévaux ? Âgé, G. Rest n’était peut-être pas le scribe le plus capable qui fût : la modestie codicologique et paléographique du manuscrit fr. 4984, l’écriture d’un module très petit, au tracé parfois tremblant et souvent difficile, les rubriques dont le scribe de Callac se charge lui-même, et les petites initiales nues rouges ou bleues, qu’il réalise sans doute aussi, excluent que G. Rest ait pu être un copiste employé par quelque commanditaire fortuné. L’un des plus célèbres bibliophiles bretons, Tanguy IV du Chastel, possédait bien, entreposé avec ses autres livres au château de Trémazan, à la dernière extrémité occidentale du duché de Bretagne, un exemplaire des Grandes Chroniques ; il s’agissait cependant d’un produit de professionnels parisiens du livre de prestige18. G. Rest, lui, écrivait vraisemblablement pour son usage personnel, tout au plus pour celui de son entourage proche. La vitesse de sa plume ne peut donc être indicative de ce qui se pouvait faire, dans la production des manuscrits des Grandes Chroniques de France, de façon plus experte, sous la supervision des libraires installés à Paris. Hélas, de ce type de production – fréquent dans le cas des Grandes Chroniques, ainsi que cela a été indiqué –, on ne connaît aucun indice permettant d’estimer la rapidité.

  • 19 Overgaauw, Eef A., « Fast or Slow, Professional or Monastic. The Writing Speed of Some (...)

9La vitesse de G. Rest peut en effet être calculée avec une grande précision. On l’infère d’une série de petits repères temporels dont le copiste a parsemé les marges de queue du manuscrit BnF, fr. 4984. À intervalles irréguliers figurent en effet des mentions de saint ou de sainte à l’extrémité inférieure de la page. On rencontre par exemple saint Yves au feuillet 8, saint Jean au feuillet 49, saint Benoît au verso du feuillet 76 ou encore sainte Madeleine au feuillet 86. Ces invocations ne témoignent pas d’une pratique de dévotion du scribe, et elles ne font pas référence au texte des Grandes Chroniques de France qu’elles accompagnent : reportées sur un calendrier, les dates de fête des saints cités par G. Rest dans le manuscrit fr. 4984 forment une trame chronologique qui est en réalité celle de la copie. Le scribe breton a indiqué les fêtes religieuses célébrées le jour où il était occupé à copier les feuillets sur lesquels de telles mentions apparaissent, pratique par ailleurs attestée sous la plume du copiste Herman d’Amsterdam, au début du xvie siècle : ce moine cartusien d’Utrecht transcrivit notamment le manuscrit Berlin, Staastbibliothek – Preussischer Kulturbesitz, theol. lat., fol. 707, codex dans lequel il indiqua, en marge, les fêtes religieuses célébrées tout au long de la période qu’avait couverte la copie du volume19.

10Le colophon du manuscrit fr. 4984, transcrit ci-dessus, indique que G. Rest a terminé sa copie le mercredi 6 décembre 1469. La première indication d’une fête religieuse se rencontre au feuillet 8 : c’est la Saint-Yves, fêtée le 19 mai. S’agit-il ici du vendredi 19 mai 1469, ou d’une Saint-Yves antérieure ? G. Rest a-t-il copié le manuscrit BnF, fr. 4984 sur une période excédant une année ? Les autres indications de fêtes conduisent à rejeter cette hypothèse et à assurer que le codex fr. 4984 a été entièrement copié durant l’année 1469. En effet, la dernière fête évoquée avant le colophon, la Saint-Crépin, au feuillet 201, a lieu le 25 octobre, et les fêtes intermédiaires sont bien célébrées entre le 19 mai et le 25 octobre. Toutes doivent donc être de la seule et même année 1469. La liste en est la suivante :

  • Saint-Yves : vendredi 19 mai 1469 ;

  • Saint-Jean-Baptiste : samedi 24 juin 1469 ;

  • Saint-Benoît : mardi 11 juillet 1469 ;

  • Sainte-Madeleine : samedi 22 juillet 1469 ;

  • Saint-Jacques : mardi 25 juillet 1469 ;

  • Saint-Symphorien : mardi 22 août 1469 ;

  • Sainte-Croix : jeudi 14 septembre 1469 ;

  • Saint-Luc : mercredi 18 octobre 1469 ;

  • Saint-Crépin : mercredi 25 octobre 1469.

  • 20 Dans la marge de queue du fol. 17r se rencontre une mention qui n’a pu être rattach (...)

11Ces dates marquent des fêtes dont la célébration n’est pas géographiquement limitée à un espace clairement identifiable, à l’exception notable de la Saint-Yves, spécifique aux calendriers bretons en général20. À défaut donc de révéler un usage dévotionnel particulier à l’intérieur de la Bretagne, la consignation de ces fêtes dans le manuscrit fr. 4984 permet de mesurer la productivité de G. Rest en tant que copiste avec une précision d’autant plus remarquable qu’elle est inhabituelle. De la transcription du feuillet 8 au feuillet 227, 202 jours ont passé, entre le 19 mai et le 6 décembre. C’est l’intervalle de temps sur lequel, à peu de choses près, Philippe de Hornes et Colard Mansion s’étaient accordés pour que celui-ci livrât à celui-là un grand exemplaire luxueux des Faits et dits mémorables français de Valère Maxime. Ici, ce temps est employé à la copie, par un seul homme, d’un manuscrit modeste qui contient la moitié du texte des Grandes Chroniques de France.

La productivité de G. Rest

  • 21 La question de l’autorisation du labeur dominical lorsqu’il s’agissait de copier des manusc (...)

12La vitesse moyenne de copie atteinte par G. Rest est de 1,09 feuillet par jour. Ces deux pages copiées quotidiennement sont-elles réalistes ? Plus que probablement, le vieux scribe de Callac n’a pas travaillé tous les jours, pendant plus de six mois, à son manuscrit des Grandes Chroniques. Si G. Rest n’est sans doute pas un scribe professionnel soumis à la réglementation attachée à semblable fonction, ce qui signifie que le dimanche chômé ne lui est pas statutairement imposé21, il est vraisemblable qu’il se soit lui-même épargné le labeur dominical. En tout cas, on ne rencontre pas parmi les fêtes enregistrées une célébration qui tombait un dimanche en 1469.

  • 22 Geremek, Bronisław, Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie-xve siècles. Étude sur (...)

13Il y eut 29 dimanches entre le 19 mai et le 6 décembre 1469. Une fois qu’ils ont été soustraits au total des jours écoulés entre ces deux dates, le chiffre de 172 journées de travail est obtenu, et la productivité journalière de G. Rest grimpe à 1,27 feuillet copié. Peut-être le copiste de Callac chômait-il d’autres jours de la semaine ? À titre de comparaison, on peut rappeler que les scribes professionnels actifs à Paris travaillaient environ 190 jours par an, nombre de ceux-ci étant d’ailleurs des demi-journées, à l’instar de la plupart des samedis et de certaines veilles de fêtes religieuses22.

  • 23 On a choisi, pour ne pas devoir exclure du relevé la dernière date, donnée par le c (...)

14Le calcul des moyennes partielles, permis par la prise en compte des laps de temps plus courts, compris entre deux fêtes indiquées successivement en marge de queue du manuscrit fr. 4984, révèle que G. Rest ne s’est pas arrêté, entre mai et décembre 1469, durant une période si longue que sa productivité moyenne s’en ressentirait. La vitesse moyenne de copie du codex fr. 4984 est assez constante, ainsi que l’illustre le tableau suivant23.

Fête

Date

(1)

(2)

(3)

(4)

(5)

(6)

(7)

St-Yves

ve 19 mai

8

St-Jean

sa 24 juin

49

41

36/31

1,19/1,32

41

36/31

1,19/1,32

St-Benoît

ma 11 juil.

76

27

17/14

1,59/1,93

68

53/45

1,28/1,51

Ste-Madeleine

sa 22 juil.

86

10

11/10

0,91/1

78

64/55

1,22/1,42

St-Jacques

ma 25 juil.

90

4

3/2

1,33/2

82

67/57

1,22/1,44

St-Symphorien

ma 22 août

120

30

28/24

1,07/1,25

112

95/81

1,18/1,38

Ste-Croix

je 14 sept.

152

32

23/20

1,39/1,6

146

118/101

1,24/1,45

St-Luc

me 18 oct.

193

41

34/29

1,21/1,41

185

152/130

1,22/1,42

St-Crépin

me 25 oct.

201

8

7/6

1,14/1,33

193

159/136

1,21/1,42

(explicit)

me 6 déc.

227

26

42/36

0,62/0,77

219

201/172

1,09/1,27

(1) Numéro du feuillet daté


(2) Nombre de feuillets copiés depuis la dernière fête


(3) Nombre de jours écoulés depuis la dernière fête (avec / sans les dimanches)


(4) Feuillets copiés par jour écoulé depuis la dernière fête (dimanches ouvrés / chômés)


(5) Nombre de feuillets copiés depuis la première fête


(6) Nombre de jours écoulés depuis la première fête (avec / sans les dimanches)


(7) Feuillets copiés par jour écoulé depuis la première fête (dimanches ouvrés / chômés)

15Il apparaît que la productivité moyenne de G. Rest se maintient tout au long de la demi-année considérée, à l’exception de la dernière période : le rythme de copie baisse de moitié au mois de novembre. Comme il est assez peu probable, au regard de la relative régularité avec laquelle le reste du manuscrit a été copié, que le scribe de Callac ait sciemment divisé sa productivité par deux, il faut attribuer semblable chute de la moyenne à un travail plus occasionnel. G. Rest ne se consacrait plus à son travail avec la régularité qui avait été la sienne durant l’été et la première partie de l’automne, ou même il interrompit son labeur plusieurs jours durant, voire plusieurs semaines. Quant au pic de deux feuillets copiés par jour, atteint dans la seconde moitié du mois de juillet, il faut peut-être le lier, davantage qu’à une activé momentanément plus intense, aux inévitables imprécisions entraînées par la prise en compte du feuillet, recto et verso, comme plus petite unité de copie – lesquelles imprécisions sont nécessairement d’autant plus grandes que le nombre de feuillets considéré est petit.

  • 24 Berland, Florence, « La cour de Bourgogne et les circuits économiques parisiens. Collaborat (...)

16Malgré tout, il n’est pas inintéressant de noter que ce pic de productivité survient, dans les semaines suivant le solstice d’été, durant les journées les plus longues de l’année. Atavisme de scribe ? Il était interdit aux artisans de travailler à la lueur de la chandelle, bien que cette règle souffrît des exceptions et que des dérogations pussent être délivrées. En effet, dès lors que le commanditaire d’un artéfact ressortissait à la famille royale, l’interdiction du travail de nuit, effectué à la lueur de la bougie, était levée, tout comme la défense générale d’utiliser certains outils et techniques susceptibles de donner à qui les emploierait un avantage compétitif, situation contraire à l’esprit de l’organisation du travail artisanal au Moyen Âge24.

  • 25 Richard de Bury, Philobiblion. Excellent traité sur l’amour des livres, Cocheris, Hippolyte (...)

17Si un commanditaire brûlait d’intérêt de lire une œuvre, mieux valait donc qu’il en achetât une copie existante, ou qu’il s’en fît prêter un exemplaire. Cette hiérarchisation est précisément celle que recommandait Richard de Bury. Ce moine du xive siècle notait que, des livres de son monastère, « quelques-uns [lui] étaient vendus, d’autres donnés, et un grand nombre communiqués pour un temps ». Tous ces moyens ne se valent pas dans l’esprit de l’auteur du Philobiblion ; à l’en croire, l’investissement que représente la copie d’un nouveau volume ne doit être envisagée qu’en dernier recours, une fois épuisées les autres possibilités d’acquisition d’un texte. Son programme se résume simplement : « acquérir les manuscrits qui étaient à vendre et copier le plus convenablement ceux qui ne pouvaient être achetés25 ».

  • 26 Le Goff, Jacques, « Le temps du travail dans la “crise” du xive siècle. Du temps mé (...)

18Faire copier un nouveau manuscrit volumineux, comme l’étaient ceux des Grandes Chroniques de France, c’était ainsi entrer dans une temporalité longue et lente, celle du travail des médiévaux, « exempte de hâte, ainsi que le disait Jacques Le Goff, sans souci d’exactitude, sans inquiétude de productivité », et « définie par la référence changeante au temps naturel, du lever au coucher du soleil26 ». G. Rest ne songeait pas à se presser tandis qu’il copiait le manuscrit BnF, fr. 4984.

Éléments de comparaison

  • 27 Bozzolo, Carla et Ornato, Ezio, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois es (...)
  • 28 Samaran, Charles et Marichal, Robert, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant d (...)

19Pour autant, la productivité du scribe de Callac n’est pas si éloignée de ce qui se peut observer chez d’autres copistes médiévaux dont les vitesses de travail sont connues. Il est vrai, Carla Bozzolo et Ezio Ornato, dans une étude menée à partir des colophons, ont estimé qu’en moyenne un scribe professionnel copiait 2,85 feuillets par jour, une vitesse plus de deux fois supérieure à celle de G. Rest27. La productivité moyenne du vieux copiste du manuscrit fr. 4984 s’accorde mieux à certains des exemples réunis par les auteurs du Catalogue des manuscrits datés, qui rapportent des vitesses d’une considérable variété, de moins d’un feuillet par jour à plus de sept28.

  • 29 Overgaauw, Eef A., « Fast or Slow… », art. cit.
  • 30 Gumbert, J. P., « The Speed of Scribes », dans Condello, Emma et De Gregorio, Giuse (...)

20Les vitesses calculées par Eef A. Overgaauw sont plus proches de celles de G. Rest29. Au regard de la corrélation entre le nombre total de jours séparant le début de la fin du travail et la vitesse de copie, G. Rest se place même dans la catégorie des scribes rapides : son travail, qui prit entre 200 et 300 jours, a été effectué à une vitesse supérieure à celle de 0,8 feuillet par jour que calculait J. P. Gumbert pour ces entreprises de longue haleine30. Le nombre de lignes à la page semble être, dans tous les cas et sans réelle surprise, un facteur déterminant pour une large part la vitesse des copistes calculée par feuillet. Avec des pages couvertes de deux colonnes de plus de cinquante lignes très serrées, le manuscrit fr. 4984 n’affiche pas une disposition du texte qui pouvait flatter la productivité par feuillet de G. Rest.

  • 31 Ce terme est employé en codicologie pour désigner un cahier composé de sept bifeuil (...)
  • 32 Le cardinal de cahier d’un manuscrit désigne le type de cahier (défini par le nombr (...)
  • 33 Cahier composé de quatre bifeuillets, c’est-à-dire de huit feuillets ou seize pages
  • 34 Bozzolo, Carla et Ornato, Ezio, Pour une histoire du livre manuscrit…, op. cit., p. (...)

21Du point de vue de sa productivité par cahier, le copiste breton pâtit du gros septénion31 qui forme le cardinal32 du manuscrit BnF, fr. 4984 : avec seulement quinze cahiers copiés en vingt-huit semaines, G. Rest se classe loin derrière les scribes universitaires et leur standard réglementaire d’un cahier par semaine – lequel est, il est vrai, un quaternion33. Mais il semble que les scribes universitaires dépassaient fréquemment ce seuil obligatoire, et copiaient plutôt deux quaternions qu’un seul en l’espace d’une semaine34.

  • 35 « Chi fenist le Romans de la Rose / Qu’en v sepmaines, veritable chose, / Michiel Alés, par (...)
  • 36 Pontone, Marzia, I manoscritti datati dell’Archivio storico civico e Biblioteca Trivulziana (...)
  • 37 Cf. les différents exemples donnés par Hobbins, Daniel, Authorship and Publicity Be (...)
  • 38 Ionescu, Anca Irina, « “Codex Gigas” et la chronique de Kosmas le Pragois », Analele (...)

22Tout élevé qu’il soit, ce rythme est encore bien loin d’égaler ce que certains cas particuliers permettent de connaître : cinq semaines de l’année 1402 auraient prétendument suffi au clerc avignonnais Michel Alès, au service du cardinal d’Albano Nicolas Brancaccio, pour transcrire un exemplaire complet du Roman de la Rose, soit plus de 400 feuillets35. À en croire le copiste Giovanni dal Pino, la transcription de l’actuel manuscrit 149 de la Biblioteca Trivulziana de Milan, épais de 217 feuillets, ne l’aurait occupé que du 27 juillet au 18 août 1448 : sa vitesse moyenne serait ainsi supérieure à 9 feuillets copiés par jour36. Et les taux frénétiques de plusieurs dizaines de feuillets par nuit, revendiqués par certains théologiens du xve siècle, sont plus vertigineux encore, d’autant qu’ils concernent tout à la fois l’élaboration intellectuelle et matérielle d’une œuvre originale plutôt que la seule transcription d’une copie à partir d’un exemplar37. La légende entourant la réalisation du célèbre Codex Gigas, d’ailleurs, indique qu’une vitesse de copie extrêmement élevée – en l’occurrence, supposée telle – pouvait même nourrir quelque soupçon d’hérésie38. G. Rest, soucieux malgré tout d’enregistrer discrètement la chronologie de son avancement, ne s’enorgueillit pas, quant à lui, de son efficacité à la tâche.

  • 39 [Delisle, Léopold, Macon, Gustave,] Chantilly. Le cabinet des livres. Manuscrits, t. 3, (...)
  • 40 Il est certain qu’une étude des nombreuses annotations consignées dans les marges d (...)

23Les manuscrits des Grandes Chroniques de France n’étaient pas aussi courants dans la Bretagne du xve siècle qu’ils pouvaient l’être, à la même époque, dans les bibliothèques de la maison de Bourbon, au sud du royaume, ou des ducs de Bourgogne, au nord. Les collections des ducs de Bretagne n’ont pas conservé trace de cet ouvrage, et en-dehors du manuscrit fr. 4984 dont il a été ici question et de celui de Tanguy IV du Chastel, aucun exemplaire conservé n’a encore été signalé qui ferait état d’une provenance médiévale bretonne. Le manuscrit 868 de la bibliothèque du château de Chantilly appartenait à la fin du xvie siècle à l’évêque de Saint-Brieuc Nicolas Langelier, et passa ensuite entre les mains de plusieurs nobles bretons ; mais rien n’est connu des possesseurs médiévaux de ce volume produit au xve siècle, et dont les réserves destinées à recevoir des miniatures ne furent jamais complétées39. Les Grandes Chroniques, cette histoire des rois de  France, peinèrent-elles à trouver un public en Bretagne ? En tout cas, l’unique manuscrit dont la production est assurément à situer dans le duché paraît être le produit d’un seul homme, travaillant pour lui-même, dans une localité dont le château-fort se préparait peut-être aux affrontements que pouvait faire craindre la volonté de Louis XI d’annexer définitivement le duché au royaume. Il n’est pas impossible que le contexte de tensions entre le roi de France et le duc de Bretagne ait joué un rôle dans la naissance d’un intérêt pour l’histoire des rois de France à Callac, à la fin des années 146040.

24Mais cet intérêt reste isolé et G. Rest, âgé de 71 ans, travaille seul, à partir d’un exemplar dont rien n’est connu. Sa productivité en tant que copiste s’inscrit en définitive dans la moyenne ; son âge n’entrave pas particulièrement la vitesse de son activité, quand bien même son écriture devient difficile. Si tant est que le manuscrit BnF, fr. 4984 constitue bien le second tome d’un exemplaire autrefois complet des Grandes Chroniques de France, en deux volumes, il est tout à fait vraisemblable que la copie de l’ensemble se soit étendue sur plus d’une année. G. Rest n’est pas pressé ; sans doute ne travaille-t-il pas aussi vite qu’il le pourrait ; il incarne de la sorte l’artisan médiéval ménageant ses peines, interrompant un travail qui n’est pas suffisant pour se justifier par lui-même. Le temps religieux et le temps naturel priment sur le temps du travail ; G. Rest se satisfait de copier deux pages par jour, et de n’avoir sa copie des Grandes Chroniques de France achevée qu’un an après l’avoir entamée.

  • 41 Gilles Le Bouvier, Le livre de la description des pays, Hamy, Ernest-Théodore (éd.) (...)

25L’exemple de G. Rest ne peut certes pas être étendu automatiquement à toutes les copies du succès de la littérature vernaculaire que furent les Grandes Chroniques. Il a néanmoins le mérite de fournir quelques éléments à la réflexion sur le délai qui existe, au Moyen Âge, entre la commande d’un patron et la livraison du produit fini ; et sur la temporalité lente du rassemblement des matières premières et de la mise au travail des artisans du livre. Si des transports étaient nécessaires, pour acheminer du matériau brut employé dans la confection du codex ou pour livrer le manuscrit terminé, le délai devenait plus long encore, dans un royaume de France que l’on traversait en vingt-deux journées de voyage depuis les Flandres jusqu’aux Pyrénées, et en seize journées depuis la vallée du Rhône jusqu’aux confins bretons où œuvrait patiemment le vieux G. Rest41.

Haut de page

Notes

1 J’ai déjà eu l’occasion d’indiquer ailleurs les références à quelques travaux où sont formulées différentes hypothèses et réflexions relatives à la vitesse de la diffusion et du succès des textes au Moyen Âge ; je me permets d’y renvoyer : Brix, Antoine, « Un nouveau manuscrit de Jean d’Orléans, comte d’Angoulême († 1467). L’Abregé des croniques de France de Noël de Fribois (Paris, BnF, fr. 5705) », Romania. Revue consacrée à l’étude des langues et des littératures romanes, 135/1-2 (2017), p. 208, n. 18.

2 Dubois, Anne, « La bibliothèque de Philippe de Hornes, seigneur de Gaesbeek et un Valère Maxime exécuté dans l’atelier de Colard Mansion », dans Cardon, Bert et al. (dir.), « Als ich can ». Liber amicorum in Memory of Professor Dr. Maurits Smeyers, t. 1er, Paris-Louvain-Dudley, Peeters, Corpus of Illuminated Manuscripts (22) – Low Countries (8), 2002 p. 615 pour la transcription, et p. 616 pour la reproduction du document conservé à Bruges, Stadsarchief, Oud Archief 105, Private stukken, aanwinsten, n  1.

3 Guenée, Bernard, Comment on écrit l’histoire au xiiie siècle. Primat et le Roman des roys, Moeglin, Jean-Marie (éd.), Paris, CNRS, 2016.

4 Guyot-Bachy, Isabelle et Moeglin, Jean-Marie, « Comment ont été continuées les Grandes Chroniques de France dans la première moitié du xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 163/2 (2005), p. 385-433. Pour l’édition du texte, voir Les Grandes Chroniques de France, Viard, Jules (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 10 vol., 1920-1953.

5 Pour l’édition, voir Les Grandes Chroniques de France. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, Delachenal, Roland (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 4 vol., 1910-1920.

6 Guenée, Bernard, « Histoire d’un succès », dans Avril, François, Gousset, Marie-Thérèse et Guenée, Bernard (dir.), Les Grandes Chroniques de France. Reproduction intégrale en fac-similé des miniatures de Fouquet. Manuscrit français 6465 de la Bibliothèque nationale de Paris, [Paris], P. Lebaud, 1987, p. 81-138 ; Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires, Duval, Frédéric (éd.), Genève, Droz, Textes littéraires français (587), 2007, p. 316-325 ; voir en dernier lieu la thèse inédite de l’auteur de ces lignes : Brix, Antoine, Itinéraires et séjours des rois d’encre. Histoire médiévale de la fortune littéraire des Grandes Chroniques de France. xiiie-xvie siècles, thèse de doctorat en histoire soutenue à l’Université catholique de Louvain en 2018 sous la direction de M. Paul Bertrand. »

7 À propos des manuscrits enluminés des Grandes Chroniques, voir Hedeman, Anne D., The Royal Image. Illustrations of the Grandes Chroniques de France. 1274-1422, Berkeley/Los Angeles/Oxford, University of California Press, 1991.

8 À ce propos, voir Neddermeyer, Uwe, Von der Handschrift zum gedruckten Buch. Schriftlichkeit und Leseinteresse im Mittelalter und in der frühen Neuzeit. Quantitative und qualitative Aspekte, t. 1, Wiesbaden, Harrassowitz, Buchwissenschaftliche Beiträge aus dem Deutschen Bucharchiv München (61), 1998, p. 80.

9 Ces marques de provenance ont été entièrement transcrites : Bibliothèque nationale, département des manuscrits. Catalogue des manuscrits français, t. 4, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1895, p. 460-461. Le ms. BnF, fr. 4984 est entré dans les collections du roi de France au xviiie siècle, avec la bibliothèque de Colbert.

10 En outre, la moitié supérieure du dernier folio existant a disparu. Labory, Gillette, « Les manuscrits de la Grande Chronique de Normandie du xive et du xve siècle », Revue d’histoire des textes, 28 (1998 [1999]), p. 202, signale brièvement ce texte à partir du ms. BnF, fr. 5028, où le récit est poursuivi jusqu’aux événements de 1422 ; Lewis, Peter S., « Note on the Fifteenth-Century Grande Chronique de Normandie », Nottingham Medieval Studies, 46 (2002), p. 185-198.

11 BnF, ms. fr. 4984, fo 1ra.

12 Lewis, Peter S., « Note… », art. cité, p. 188, n. 20, a déjà indiqué que le filigrane du dernier cahier, transmettant la continuation de la Grande Chronique de Normandie, représentait une tête de bœuf qu’il assimilait au Briquet 15083, filigrane attesté à Tréguier en 1470. Le papier sur lequel les Grandes Chroniques ont été transcrites arbore un filigrane différent, puisqu’il s’agit d’une fleur de lys dans un écu surmonté d’une croix de la passion. Les filigranes Briquet 7215-7216 sont iconographiquement similaires mais stylistiquement différents.

13 Lewis, Peter S., « Note… », art. cit., p. 188, n. 20 ; Booton, Diane E., « Notes on Manuscript Production and Valuation in Late-Medieval Brittany », The Library. The Transactions of the Bibliographical Society, 7e sér., 7/2 (2006), p. 149 ; Deuffic, Jean-Luc, « Copistes bretons du Moyen Âge (xiiie-xve siècles). Une première “handlist” », Pecia. Le livre et l’écrit, 13 (2010), p. 157 [no 31] préfèrent tous trois « G Rest » (sans ponctuation). Auparavant, le Catalogue des manuscrits français…, op. cit., p. 460 et les Colophons des manuscrits occidentaux des origines au xvie siècle, t. 2, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg, Specilegii Friburgensis – Subsidia (3), 1967, p. 254 [no 5632] avaient transcrit « Grest ». Le R étant assurément majuscule dans le ms., je privilégie ici les transcriptions les plus récentes, conscient cependant que le G initial pourrait éventuellement être lu comme un E, et le t final comme un c.

14 BnF, ms. fr. 4894, fo 227va. La transcription proposée ici corrige une coquille qui s’est glissée dans celle de Booton, Diane E. « Notes on Manuscript Production… », art. cit., p. 149, n. 79, où l’on trouve « mil iiije lxix » au lieu de « mil iiijc lxix ». Par ailleurs, on suit ici le Catalogue des manuscrits français…, op. cit., p. 460 en rendant « avoit » là où le ms. transmet « aut », abréviation qui ne paraît pas courante sous la plume de G. Rest. Lewis, Peter S., « Note… », art. cit., p. 188, n. 20, reproduit « aut » sans développer ; Booton, Diane E., « Notes on Manuscript Production… », p. 149 n. 79 et Deuffic, Jean-Luc, « Copistes bretons… », p. 157 [no 31] donnent tous deux « au », ce qui n’est guère satisfaisant au regard du sens. Les Colophons des manuscrits occidentaux…, op. cit., p. 254 [no 5632] développent l’abréviation et modernisent l’orthographe, transcrivant « avait ».

15 Il faut en particulier signaler ici Callac, au diocèse de Vannes, village de l’actuelle commune de Plumelec, dans le Morbihan, où s’élevait alors un château qui existe toujours.

16 Booton, Diane E., « Notes on Manuscript Production… », art. cité, p. 149, affirme que Callac relevait du diocèse de Tréguier. C’est contraire à ce qu’indique Kerhervé, Jean, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, 1987, t. 2, p. 1022, qui place Callac dans le diocèse de Cornouaille. Il est certain que sa position géographique à l’intérieur de la Bretagne situait Callac aux confins des deux circonscriptions ecclésiastiques : le prieuré bénédictin de Landugen, établi par l’abbaye Sainte-Croix de Quimperlé à deux kilomètres au sud de Callac, apparaît tout au long des xive et xve siècles dans les pouillés de l’évêché de Cornouaille (Pouillés de la province de Tours, Longnon, Auguste (éd.), Paris, Imprimerie nationale, Recueil des historiens des Gaules et de la France, 1903, p. 303, 306 et 311). À l’inverse, Plougonver, à quelques kilomètres au nord de Callac, faisait partie du diocèse de Tréguier, ainsi que l’indiquent les pouillés de cette circonscription (Pouillés de la province de Tours…, op. cit., p. 341 et 346).

17 Kerhervé, Jean, L’État Breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 32 et 44.

18 On lit à la fin du ms. BnF, fr. 17270 : « Ce livre est a messire Tanguy du Chastel, visconte de la Belliere et seigneur de Chastillon sur Yndre ». À propos de la bibliothèque de Tanguy IV et de sa femme, Jeanne Raguenal de Malestroit, voir Claerr, Roseline, « Un couple de bibliophiles bretons du xve siècle. Tanguy (IV) du Chastel et Jeanne Raguenel de Malestroit », dans Coativy, Yves (dir.), Le Trémazan des du Chastel. Du château fort à la ruine. Actes du colloque de Brest, 10, 11 et 12 juin 2004, Brest-Landunvez, Centre de recherche bretonne et celtique – Association sos Château de Trémazan, 2006, p. 169-187.

19 Overgaauw, Eef A., « Fast or Slow, Professional or Monastic. The Writing Speed of Some Late-Medieval Scribes », Scriptorium. Revue internationale des études relatives aux manuscrits, 49/2 (1995), p. 222-227.

20 Dans la marge de queue du fol. 17r se rencontre une mention qui n’a pu être rattachée à aucune fête, bien qu’elle ait été consignée au même endroit de la page et avec les mêmes caractéristiques d’écriture que les célébrations énumérées ici. On lit ainsi brezrac, séquence à la sonorité assurément « bretonne », mais qui n’a pu être interprétée.

21 La question de l’autorisation du labeur dominical lorsqu’il s’agissait de copier des manuscrits n’occupait pas que les laïcs. Dans le milieu ecclésiastique, le problème se posait davantage dans des termes moraux. Jean Gerson fut consulté à ce propos (Hobbins, Daniel, Authorship and Publicity Before Print. Jean Gerson and the Transformation of Late Medieval Learning, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, The Middle Ages, 2009, p. 72).

22 Geremek, Bronisław, Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie-xve siècles. Étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, Posner, Ana et Klapisch-Zuber, Catherine (trad.), Paris-La Haye, Mouton et Cie, École pratique des hautes études – Sorbonne. vie section : sciences économiques et sociales. Industrie et artisanat (5), 1968, p. 78-85.

23 On a choisi, pour ne pas devoir exclure du relevé la dernière date, donnée par le colophon, de considérer le feuillet daté comme le dernier copié d’une période donnée, plutôt que comme le premier.

24 Berland, Florence, « La cour de Bourgogne et les circuits économiques parisiens. Collaboration et confrontation (1363-1422) », dans Courbon, Léonard et Menjot, Denis (dir.), La cour et la ville dans l’Europe du Moyen Âge et des Temps Modernes, Turnhout, Brepols, Studies in European Urban History (35), 2015, p. 190-191.

25 Richard de Bury, Philobiblion. Excellent traité sur l’amour des livres, Cocheris, Hippolyte (éd.), Paris, Auguste Aubry, 1857, p. 81 et 152.

26 Le Goff, Jacques, « Le temps du travail dans la “crise” du xive siècle. Du temps médiéval au temps moderne », dans Idem, Un autre Moyen Âge […], Paris, Gallimard, Quarto, 1999, p. 68.

27 Bozzolo, Carla et Ornato, Ezio, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS, Équipe de recherche sur l’humanisme français des xive et xve siècles. Textes et études (2), 1983, p. 47 ; Verger, Jacques, Les gens de savoir dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, Moyen Âge, 2e éd., 1998, p. 87 évoque aussi la vitesse de deux feuillets et demi par jour.

28 Samaran, Charles et Marichal, Robert, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 2, Paris, CNRS, 1962, p. xiv ; t. 3, Paris, CNRS, 1974, p. xviii.

29 Overgaauw, Eef A., « Fast or Slow… », art. cit.

30 Gumbert, J. P., « The Speed of Scribes », dans Condello, Emma et De Gregorio, Giuseppe (dir.), Scribi e colofoni. Le sottoscrizioni di copisti dalle origini all’avvento della stampa [Atti del seminario di Erice, X Colloquio del Comité international de paléographie latine (23-28 ottobre 1993)], Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, Biblioteca del Centro per il collegamento degli studi medievali e umanistici in Umbria (14), 1995, p. 63.

31 Ce terme est employé en codicologie pour désigner un cahier composé de sept bifeuillets, c’est-à-dire de quatorze feuillets ou vingt-huit pages.

32 Le cardinal de cahier d’un manuscrit désigne le type de cahier (défini par le nombre de bifeuillets) apparaissant le plus fréquemment dans ce manuscrit.

33 Cahier composé de quatre bifeuillets, c’est-à-dire de huit feuillets ou seize pages.

34 Bozzolo, Carla et Ornato, Ezio, Pour une histoire du livre manuscrit…, op. cit., p. 47 ; Pellegrin, Élisabeth, « La bibliothèque de l’ancien collège de Dormans-Beauvais à Paris », dans Eadem, Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, CNRS, 1988, p. 51, n. 5.

35 « Chi fenist le Romans de la Rose / Qu’en v sepmaines, veritable chose, / Michiel Alés, par hativesce, / Copia […] » (BnF, ms. fr. 25525, fol. 421r ; cf. Huot, Sylvia, The Romance of the Rose and its Medieval Readers. Interpretation, Reception, Manuscript Transmission, Cambridge, Cambridge University Press, Cambridge Studies in Medieval Literature (16), 1993, p. 46).

36 Pontone, Marzia, I manoscritti datati dell’Archivio storico civico e Biblioteca Trivulziana di Milano, Florence, sismel-Galluzzo, Manoscritti datati d’Italia (22), 2011, p. 25-26 ; cf. Gumbert, J. P., « Thick Quires in Italy », dans Vernacular Manuscript Culture 1000-1500, Kwakkel, Erik (dir.), Leyde, Leiden University Press, Studies in Medieval and Renaissance Book Culture, 2017, p. 226.

37 Cf. les différents exemples donnés par Hobbins, Daniel, Authorship and Publicity Before Print…, op. cit., p. 162.

38 Ionescu, Anca Irina, « “Codex Gigas” et la chronique de Kosmas le Pragois », Analele Universităţii Bucureşti. Limbi şi literaturi străine, 60/2 (2011), p. 109-124.

39 [Delisle, Léopold, Macon, Gustave,] Chantilly. Le cabinet des livres. Manuscrits, t. 3, Paris, Plon, 1911, p. 135.

40 Il est certain qu’une étude des nombreuses annotations consignées dans les marges du ms. BnF fr. 4984 donnerait à voir un exemple intéressant de lecture des Grandes Chroniques en Bretagne ; de plusieurs mains et de plusieurs époques, ces notes témoignent en effet d’un intérêt pour tout ce qui concerne le duché dans l’histoire des rois de France.

41 Gilles Le Bouvier, Le livre de la description des pays, Hamy, Ernest-Théodore (éd.), Paris, Ernest Leroux, Recueil de voyages et de documents pour servir à l’histoire de la géographie depuis le xiiie siècle jusqu’à la fin du xvie siècle (22), 1908, p. 30-31. Moins souvent cité, Philippe de Mézières propose une estimation un peu plus basse, mais aussi plus vague : « la noble seignourie du roy de France, laquelle, en long et en lé, n’a pas plus de .xv. journees ou environ » (Philippe de Mézières, Songe du vieil pelerin, Blanchard, Joël (éd.), t. 1er, Genève, Droz, Textes littéraires français (633), 2015, p. 540, l. 16-19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Brix, « Note sur la vitesse d’écriture d’un vieux scribe breton du xve siècle »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 126-3 | 2019, 7-19.

Référence électronique

Antoine Brix, « Note sur la vitesse d’écriture d’un vieux scribe breton du xve siècle »Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 126-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abpo/4562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.4562

Haut de page

Auteur

Antoine Brix

Ingénieur d’études en analyse de sources historiques, Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search